AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Loverdose [Theodore - Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
MessageSujet: Loverdose [Theodore - Terminé]   29/6/2015, 11:49

Journée tranquille pour Virgile. Il ne travaillait pas aujourd'hui, que ce soit au bar ou bien en faisant des extra. Et généralement, les journées comme ça, on sait comment ça se passe pour lui.

La veille au soir, sévèrement en manque, il avait tenté de joindre Tony pour qu'il lui file une bonne dose. Pas de chance, le rouquin n'était pas en ville. Il était parti rendre visite à une tante malade ou il ne savait plus quoi, mais serait de retour le lendemain soir. Oui, mais Virgile, c'est aujourd'hui qu'il lui fallait sa dose ! Heureusement, avec le temps et les contacts, le blond savait ou s'en procurer, sans passer par le biais de son ami. C'était peut être moins des gens de confiance que lui mais la, dans son état, il s'en fichait pas mal. Il lui fallait sa dose, un point c'est tout. Après avoir cherché et patienté un bon nombre d'heure, il finit par avoir rendez vous avec un autre mec, qui lui fila un truc qui lui fera voir des étoiles. Oui bah ça, c'est pas comme si Virgile ne connaissait pas la chose. Dose payée et en poche, ils se quittèrent et le blond rentra chez lui au petit matin.

Ravi et impatient de satisfaire son envie dévorante, il avait préparé tout son matos. Seringue, cuillère et tout ce qu'il faut pour une injection en bonne et due forme. La dose prête, il se l'injecta. Effectivement, il vit des étoiles. Parfaitement détendu, il devint vite d'humeur joyeuse. Déçu de n'avoir personne avec qui partager ça, il prit son portable et, au pif appela des personnes. Evelyn la première, et se mit à lui parler de choses qui n'avaient aucun sens. Tant bien même qu'il ne remarqua pas être tombé sur son répondeur. Puis à Tony, qui l'eu en ligne, mais Virgile aurait tout aussi bien pu faire la conversation à un mur ça aurait été la même chose. Puis il chercha quelqu'un d'autre à appeler. Jamais deux sans trois comme on dit. Il tomba sur le numéro de Campby, nommé ainsi dans son portable. Oh bah tiens, allons y ! C'est donc très joyeusement que Virgile se mit à lui parler de conneries monstres, comme le fait qu'il soupçonnait réellement l'existence des Tortues Ninja dans les égouts de la ville, ou bien à quel point les coquelicots étaient des fleurs très moches, puis de la pluie et du beau temps ( enfin chez Virgile visiblement il y avait de la neige en plein mois de juin dans son propre appartement ) …. Puis raccrocha, pas sûr non plus d'avoir eu une vraie conversation, mais il s'en fichait.

Sentant l'euphorie passer, il s'avachit dans son canapé. La sensation heureuse laissa place à d'autres sentiments. Toute joie de vivre avait laissé place au pessimisme. Lui revint en mémoire l'histoire de sa vie. Comme par exemple le fait qu'il ne saura jamais qui étaient ses parents biologiques ou qui lui a donné son nom de famille. A tous les coups sa mère devait être une prostituée et son père un client qui ont eu vite fait de se débarrasser de lui. Il se souvint des années horribles dans cet orphelinat, avec ces bonnes sœurs plus viles que les serpents. Puis sa famille adoptive. Ces parents indifférents à son sort, seulement préoccupés par le qu'en dira t-on. Son frère avec qui il était peut être passé à coté de quelque chose et sa sœur avec qui il avait tout gâché. C'est en revoyant son visage en pensées qu'il se sentit terriblement mal. Pourquoi est ce qu'il restait encore dans ce monde alors que personne n'était la avec lui ? A qui manquerait-il ? Personne. A quoi bon ? Pourquoi ?

Dans un geste désespéré, Virgile se prépara une autre dose. Les mains tremblantes, il eu du mal à doser correctement. Il n'avait jamais enchaîné deux doses à la suite, parce qu'il savait que ça pouvait être très mauvais. Mais désespéré comme il l'était, il s'en foutait. Avec un bref soupire de satisfaction il sentit l'aiguille se planter dans sa peau. Puis la balança de coté. Les effets ne tardèrent pas, mais ce ne fut pas la même chose qu'avant. Il se sentit brusquement mal, très mal. Virgile avait l'impression que sa tête allait exploser, que tout son corps allait lâcher. Son cœur battait trop vite, sa tête tournait, il avait chaud et terriblement froid en même temps, sa vision se troubla.

Puis, ses yeux se révulsèrent. Sans qu'il ne puisse se retenir, il chuta lourdement en avant, face contre le parquet. Inconscient, immobile.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   29/6/2015, 16:24

Le boulot, ce n’était pas ce qui manquait. Si le travail, c’était la santé, c’était peut-être ce qui tuera sans aucun doute Théodore un jour, lui qui ne s’arrêterait jamais. Cela dit, aussi bizarre soit-il, il avait quand même pris sa matinée. Pourquoi ? Ce n’était pas comme si Théodore avait vécu la nuit la plus courte de sa vie. Malgré le fait qu’il soit parti tôt du Bloody Hell la veille (ce n’était pas comme s’il avait une bonne route à faire du Bronx jusqu’à chez lui), Lénore l’appela en panique par rapport à Gaspard, celui-ci se trouvait aux urgences… Après avoir trop picolé, il avait pris le volant et avait fini sa route dans un fossé… Théodore rejoignit alors Lénore à l’hôpital. Bien qu’il ne pouvait pas faire grand-chose pour un Gaspard inconscient, il pouvait être là pour Lénore pour la rassurer. Enfin, lorsque Gaspard reprendra conscience, pas sûr qu’il approuvera la présence de son frère.

Après avoir essayé de dormir un peu dans les couloirs de l’hôpital, Théodore décida de rentrer chez lui, histoire de prendre une douche. Ayant travaillé non-stop la veille, il n’avait pas encore mis les pieds chez lui. Douche prise, le début d’aprem, il se dirigea à l’hôtel où il devait rencontrer quelques personnes, et ce fut même là qu’il croisait son père, toujours accroché à son téléphone. Théodore se demandait s’il était au courant que Gaspard était à l’hôpital. Une fois que son père ait raccroché, le brun lui dit l’information.

Il va bien ? fit le père d’un ton neutre.

Il a quelques lésions mais ça devrait aller.

Bien !

Oui, Gaspard aurait rien de trop grave au final, ce qui était plutôt rassurant mais de voir que le daron reprit son téléphone à l’oreille et s’en aller… Pire. Il se fichait éperdument de Gaspard… Ecoeurant.

D’ailleurs, en parlant de téléphone, Théodore aperçut qu’il avait quelques messages sur son répondeur. En les écoutant, il y avait forcément un message de sa mère qui l’invitait à manger pour le weekend, un collaborateur, un message de Castiel qui lui confirme qu’il aura son tableau et un message d’un groupe qui voudrait sans doute jouer au Bloody Hell...

En premier lieu, il répondit à Castiel en lui disant merci, puis répondit au groupe en leur donnant rendez-vous … tout à l’heure, tiens ! Théodore en avait marre–là et avait besoin de sortir. Juste de sa secrétaire qui vint frapper à sa porte pour … Le brun récupéra sa veste et quitta les lieux. En passant devant le bureau de sa secrétaire, il fit à celle-ci de reporter tout rendez-vous, s’il y en avait, à la semaine suivante… Pour ce weekend, stop.

Sortant dehors, Théodore se dirigea vers sa voiture. Le temps de faire le chemin, il récupéra son portable et appela Lénore pour avoir des nouvelles. Apparemment ça allait mieux. Gaspard était « réveillé ». Ca allait alors ! Enfin dans sa propre voiture, Théodore partit à la rencontre du groupe au Bloody Hell pour voir ce que ça donnait. Pour le moment, il adorait et ça semblait coller à l’idée de ce que Théodore avait du bar ; le genre de groupe pop-rock anglais. Cela dit, après conversation avec eux, le groupe sera engagé pour quelques soirs. Ils resteront en contact.

Cela dit, en parlant de contact, voilà qu’en récupérant de nouveau son portable, Théodore remarqua qu’il avait de nouveau un message. Encore ? Cela dit, c’était peut-être le message le plus surprenant car déjà d’une part, ça venait de Virgile (bon, Théodore devait admettre que c’était possible avec les nouvelles responsabilités données mais n’était-ce pas un peu tôt pour l’appeler ?) puis deuxio, en écoutant le message, celui-ci était insensé. Il avait ni queue ni tête : si c’était pour vous parler de tortues, de ninja, d’égouts, de coquelicots ou encore de neige. Il allait bien ? Lui aussi avait décidé de se bourrer la gueule ? Sans aucun doute, si en plus, il oubliait de lui parler de pingouins…

Bref, sur le coup, Théodore essaya de le rappeler, et ce, deux fois, mais deux fois il tomba sur le répondeur. Etrange. Bon, le brun faisait quoi ? Il laissait tomber et rentrait chez lui, pépère ? Bon, comme il trainait dans le Bronx, il pouvait toujours passer voir Virgile, non ? Du moins, pour lui dire ses quatre vérités. Certes, il avait son numéro mais bon, si c’était pour s’amuser à dire des conneries, y’avait d’autres chats à fouetter.

Sur ce, en trouvant l’adresse de Virgile dans ses papiers trainant dans son bureau, Théodore se dirigea chez Virgile, en espérant qu’il soit chez lui… Arrivant dans l’immeuble, il put lire le nom de son employé sur les boites aux lettres ainsi que son étage. Arrivé au cinquième étage, Théo sonna alors. Pas de bruit. Rien. Nada. Pas de réponse. Il resonna avant de frapper tout simplement, comme si ça pouvait changer quelque chose…

Virgile ?

Il lui jouait des tours peut-être. Faisait-il le mort pour le faire chier ? A cette unique pensée, ça le faisait chier qu’il posa la main sur la poignée de la porte et… merde, c’était ouvert ? Il n’allait pas rentrer sans être invité, si ? Et ben… Merde ! En remarquant la présence de Virgile, allongé au sol, Théodore était surpris, les yeux écarquillés. Il s’approche du blondinet pour voir si tout allait bien mais en remarquant bien sûr la seringue près de lui, il ne fallait pas chercher midi à quatorze heures pour...

Sortant de nouveau son portable espérant avoir assez de batteries (c'était bon!), Théodore appela alors les urgences. Ceux-ci allaient bien être occupés ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   29/6/2015, 16:45

Lorsque Théodore appela les urgences, il ne tarda pas à avoir quelqu'un en ligne, demandant la nature de l'urgence. Accident, malaise, accident domestique, autre chose, ils devaient savoir pour aider. Aussi, dès que Campbell eu quelqu'un au bout du fil, et lui expliqua ce qui se passait, la personne qu'il eu au téléphone lui demanda de suite l'adresse pour faire venir une ambulance.

La jeune femme incita Campbell à garder le téléphone allumé, pour qu'elle puisse le guider pour donner à la personne en danger le plus de chances de s'en sortir. D'abord les gestes des premiers secours, à savoir faire en sorte que la personne ne s'étouffe pas, ni dans son vomi ou en avalant sa langue. Elle l'incita aussi à vérifier qu'il respirait encore ( il respirait, mais difficilement ). Elle lui dit aussi de vérifier constamment que la victime respirait, de vérifier son pouls. Et s'il y avait présence d'arrets respiratoires, de lui faire du bouche à bouche.

Au bout du fil, la jeune femme, une fois qu'elle lui ait expliqué calmement quoi faire et comment faire, lui assura qu'elle restait en ligne jusqu'à l'arrivée des secours. Elle le rassura en disant que quoi qu'il se soit passé, drogue ou non, les urgentistes étaient tenus au secret médical et qu'il pouvait dire tout ce qu'il savait, tout ce qui les aideraient à sauver la victime.

Virgile, lui, était totalement inconscient, ailleurs. Il ne savait pas ce qui se passait autour de lui, n'ayant conscience de plus rien. Son corps lui, lâchait. Son cerveau oublia d'envoyer l'ordre à ses poumons de respirer. A quelques reprises en fait.

Heureusement, les urgentistes arrivèrent avant que la situation n'empire, avec tout ce qu'il fallait pour le maintenir en vie, et le faire respirer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   29/6/2015, 17:09

Garder son sang-froid… Allez savoir comment Théodore pouvait le garder. Face à ça, comment voulez-vous qu’il réagisse ? Ô grand jamais il avait pu faire face à une overdose…

Appelant les secours, il fut alors guider alors pour les gestes de premiers secours… Oh, Virgile respirait encore. Il y avait encore moyen de lui sauver la vie, tout en attendant à ce que l’ambulance arrive… Les urgentistes finirent par arriver, prenant alors la situation en main…

Vous êtes de la famille ?

Non… Je suis son patron.

Les dires du rouquin qui lui servait de meilleur ami lui revinrent à l’esprit : « il n’a personne ! ». Vraiment. Pas de famille ? Pas de parents ? Ni de frères et sœurs ? Il avait coupé les ponts avec ? Théodore n’en savait rien… Comme il n’en savait rien s’il n’était pas passé là, ici, maintenant à son appartement si Virgile serait encore en vie. S’il n’avait pas décidé de passer, qui l’aurait trouvé ?

C’était avec ses questions qu’il était là dans ce couloir d’hôpital dans le Bronx, attendant des nouvelles. Le brun avait insisté pour accompagner Virgile, et payerait même les charges si besoin étaient. Tournant en rond dans ce couloir, Théodore décida d’appeler Evelyn. Tout en sachant que celle-ci était proche de Virgile, elle saurait lui dire quoique ce soit, saurait sans doute quoi faire et même savoir qui appeler. Ou mieux, tout simplement venir… Mais il tomba directement sur sa boite vocale. La jeune femme devait être occupée, sans aucun doute, tout en sachant que c’était le weekend du 4 juillet. En ce weekend, c’était la fête au village. Cela dit, cela n’empêcha pas au brun de lui laisser un message sur son répondeur… Il fallait croire que c’était la journée pour que les gens se parlent entre répondeurs… Vraiment…

Théodore finit par se poser sur un banc et soupira. C’était vraiment une journée de merde ! Une journée comme il les aimait… Gaspard avait la grande idée d’avoir un accident de voiture… Virgile, overdose ? Franchement, Théodore n’avait rien vu venir. Comment pouvait-il s’en douter ? Comment pouvait-il se douter ce que faisait Virgile en dehors du boulot ? Il passa une main sur son visage et soupira...

Un médecin finit par s'approcher de lui un peu plus tard. Théodore ne savait combien de temps puisqu'il avait été à deux doigts de s'assoupir. Virgile était hors de danger. Le brun se surprenait presque d'être soulagé... Cela dit, celui-ci finit alors par aller le voir dans la chambre qu'on lui avait alors destinée... Théodore s'assit sur le fauteuil à côté du lit et observa Virgile, se demandant ce qu'il avait très bien pu lui traverser l'esprit à celui-là...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   29/6/2015, 18:30

Branché à un respirateur artificiel, des perfusions branchées à sa main, il était allongé dans un lit d'hôpital. Très lentement, Virgile sorti d'un sommeil sans repos qui lui avait paru être une éternité, et à la fois d'un confort extrême. Cette perte de conscience, ne pas savoir ce qui c'était passé pendant ce temps la, ne l'effrayait pas. Au contraire, il s'était senti vraiment bien. Il avait senti son corps partir, son esprit s'embrumer. Il n'avais plus ces soucis, avec sa vie, son existence qu'il jugeait inutile, son mal être profond. Tout cela n'existait plus et il avait sombré. Mais la, il reprenait conscience, petit à petit. Et Virgile se sentait mal. Très mal. Tant physiquement que psychologiquement. Son corps paraissait lourd, sa tête, on n'en parlait même pas. Il avait l'impression qu'il allait vomir d'une seconde à l'autre. Il était totalement déboussolé.

Il ouvrit péniblement les yeux. Ils avaient beau être ouverts, il y voyait flou. Il cligna une nouvelle fois des yeux et y vit plus clair. Un hôpital ? Qu'est ce qu'il y foutait ? C'était quoi ce truc dans son nez et dans sa main ? Pourquoi il était branché à des trucs ? Oh … Il referma les yeux et se souvint. Enfin, un peu. Il se souvenait surtout de s'être vu mourir. Et qu'est ce qu'il foutait dans un hôpital ? Il rouvrit les yeux, et, difficilement, tourna la tête.

Toi ?


Non, la Virgile n'était pas en état de prendre en conscience le fait qu'il devait le vouvoyer et compagnie. Théodore Campbell était à coté de lui, assis à son chevet ? Pourquoi ? Le cerveau malmené du blond fit son affaire. Lui, ça devait être lui qui avait appelé les secours, lui qui l'avait tiré d'un sort sûrement fatal. Comment ? Il n'en savait rien. C'était juste la seule explication qu'il avait, jamais il ne viendrait le voir comme ça, pour le plaisir. Pourquoi lui et pas Tony ou Evy par exemple, il ne le savait pas. Mais …

Pourquoi ne pas m'avoir laissé crever ?!


La voix cassée, Virgile s'était exprimé avec toute la détresse du monde dans ses yeux. Pourquoi il n'avait pas pu le laisser ? Hein ? Ça lui aurait fait quoi qu'il crève dans son vomi sur son parquet hein ? A quoi bon ? On pouvait pas lui foutre la paix une seule fois dans sa vie et le laisser faire ce qu'il voulait ? C'est trop demandé que de se foutre en l'air sans qu'on vienne l'emmerder ? Faites pas gens il manquerait à qui que ce soit dans ce bas monde !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   29/6/2015, 19:22

Assis là, Théodore observait toujours Virgile, là, dans ce lit. Il était si calme, si paisible. Pas qu’il ne l’était pas habituellement mais il avait toujours cet hautain, toujours ce petit regard de travers ou encore du sarcasme… Enfin, surtout vis-à-vis de lui. Surtout. Il avait toujours ce petit regard pour lui rappeler qu’il était… « petit ». Saleté!

Cela dit, ces derniers temps, c’était un peu différent. Oh, ils étaient loin d’être devenus de grands amis. C’était clair et net. Mais ils avaient tout de même réussi à avoir une conversation… normale… Il fallait bien s’habituer à la présence de l’un et l’autre, n’est-ce pas ?

Toujours assis sur ce siège et ce, en tailleur, le brun ne bougea pas d’un poil… Pourquoi ? Pourquoi rester ici ? Pourquoi ne pas prendre la poudre d’escampette ? Après tout, il avait fait son devoir, si ? Il savait qu’il lui avait sauvé la vie… Ou n’était-ce une prise de compassion, et qu’il voulait que Virgile ait une présence lors de son réveil ? Qui savait… Pourtant, est-ce que Virgile voudrait de sa présence ? Tout comme son frère Gaspard ?

Ca étonnerait beaucoup Théodore mais ce n’était pas pour autant qu’il allait lâcher le morceau, si ? Pourquoi Virgile se droguait ? Etait-ce la première fois ? Ca serait étonnant… Est-ce qu’Evelyn savait ? Est-ce qu’était dans le coup ? Pourquoi tout ça ? Il s’était passé quoi dans sa vie ? Pourquoi maintenant ? Pour… Oui, il y avait pas mal de pourquoi.

Face à ses pensées, le temps passait et Virgile finit par se réveiller… Doucement mais sûrement. Le temps qu’il reprenne ses esprits, il avait l’air surpris de le voir.

Oui, moi, la belle au bois dormant ! fit Théodore dans un demi-sourire.

S’il s’attendait à ce que Virgile puisse cette question : Pourquoi ne pas l’avoir laisser crever ? Allez savoir !

Pourquoi l'aurais-je fait ?

Il manquerait ça, que Théodore soit un monstre inhumain. Et puis quoi encore. Cela dit, le brun finit par s’asseoir correctement sur son fauteuil, histoire de s’accouder sur ses genoux.

Je ne suis pas un monstre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   29/6/2015, 19:40

Pourquoi n'aurait il pas laissé Virgile crever ? Parce qu'il n'était pas un monstre ? Oh ça … Et en plus il se permettait d'avoir un petit sourire ? Il croyait quoi ? Qu'il se montrait compatissant envers lui à ce moment ? Il ne comprenait pas. Son cerveau atrophié ne lui permettait pas d'avoir un raisonnement logique de tout de façon. Virgile fronça les sourcils, et répondit avec toute la colère que son état lui permettait :

Si, tu es un monstre ! Pour qui te prends-tu pour décider de qui laisser vivre ou crever hein ?


Heureusement que personne n'occupait le lit d'à coté, vraiment. Mais ça n'aurait de tout de façon rien changé pour Virgile, il ne se gênait pas pour dire le fond de sa pensée, alors la, au bout du rouleau il se serait aussi fait plaisir. Mais pourquoi il l'avait sauvé ? Pour jouer les héros ? Pour pas avoir la mort d'un pauvre toxico sur la conscience ?

Tu pouvais pas me laisser crever ? Qui te dis que je voulais être sauvé ? J'ai pas demandé à ce qu'on m'aide …


Virgile laissa sa tête retomber de coté, du coté opposé d'ou se tenait Théodore. Il fixait le mur, d'un air désespéré. Il n'était pas bien du tout. Sa tête lui faisait mal, son corps entier lui faisait mal aussi. Et il se sentait tellement perdu … Pourquoi continuer a vivre ? Si ce n'est que pour avoir son chieur de patron à son chevet ? Il était sûr que Virgile était pas le genre de mec à vouloir avoir plein de monde autour de lui, légèrement asocial sur les bords. Mais quand même … C'était dire la misère ! Pas même un de ses amis la, sa famille … Qui n'avait de famille que de nom … Virgile ferma ses yeux bleus, dans une grimace de douleur. Son corps eu un violent soubresaut, et sa lèvre inférieure se mit à trembler quelque peu.

Laisse-moi …


Qu'il le laisse tranquille, qu'il lui foute la paix. Qu'il s'en aille et qu'il le laisse chialer une bonne fois pour toutes, et peut être se lamenter sur le fait qu'il aurait souhaité vraiment y rester … Il était au plus mal, et ne voulait pas que Théodore soit témoin de ce spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   29/6/2015, 20:31

Bon, si Théodore avait pensé se faire bien accueillir à son réveil…  en fait, non. Du tout. Le contraire l’aurait sans doute plus surpris « Oh merci de m’avoir sauvé, vraiment ! ». Non, ça n’aurait sans doute pas été son genre ! Et tout le monde n’était pas du genre à sauter de joie. Il fallait être vraiment fêlé dans ce cas.

A ses dires, c’était comme si Théodore s’était pris pour Dieu. Après tout, non, il n’avait rien décidé. Il avait été là sûrement au bon moment… Si Virgile ne lui avait pas passé ce coup de fil débile, Théodore n’aurait pas décidé de passer… Et s’il croyait si Théodore pouvait le laisser dans cet état, il pouvait se mettre le doigt dans l’œil…

Bien… au moins c’est clair, lâcha-t-il tout simplement, avant de conclure : Quant à moi, heureusement que je n’ai pas l’habitude d’obéir…

Chieur ? Non, peut-être pas. Etait-ce peut-être qu’avec ce comportement qu’il n’y avait personne dans l’entourage de Virgile ? Théodore n’était pas le genre à se laisser impressionner ou encore à abandonner…

Je ne partirai pas…  fit-il sans être brusque. Tu ne me feras pas partir, Virgile.

Si c’était pour lui faire comprendre qu’il était tout simplement… là… Qu’il ne l’abandonnerait pas. Il se leva et s’assit sur le bord du lit, histoire que le blondinet ait une épaule sur qui s'appuyer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   29/6/2015, 21:07

Il entendit clairement Théodore lui dire qu'il n'obéirait pas. C'est pas un ordre qu'il lui donnait, c'était une supplique. Ne faisait il pas la différence ? Ne voyait il pas que le blond était au bord du gouffre ? Et … Il ne partirait pas ?

Pourquoi ?

Pourquoi donc ? Virgile finit par tourner le regard vers lui, toute la misère du monde dans ses yeux. Pourquoi est ce qu'il restait la ? Lui, Campbell tout puissant qui avait tout ce que tout homme normal désirerait, pourquoi se soucier du sort d'un tel détritus que Virgile ? Il n'en savait rien, et à l'heure actuelle il n'était pas en état de penser ou de réfléchir normalement. Tout ce qu'il savait c'est que le brun était la, près de lui. Dans un élan de désespoir, il rassembla toutes ses maigres forces pour se redresser et se jeter littéralement dans les bras de Théodore. Il s'en foutait que ce soit lui, que Virgile soit tel qu'il est, de leur relation pas spécialement bonne. Il avait juste besoin, sans le savoir, d'une épaule sur laquelle il pouvait pleurer toutes les larmes de son corps. Le destin a fait que ce soit sur celle de Campbell qu'il pleurait actuellement.

Au bout du rouleau, désespéré comme jamais, il avait relevé ses mains pour s'accrocher à la chemise de Théodore, comme un naufragé s'accroche à une bouée. Il ne demandait jamais rien à personne ou à qui que ce soit, et ce depuis longtemps. La, tout ce qu'il souhaitait, c'est s'accroche à lui pendant qu'il laissait enfin éclater tout son mal être, dissimulé depuis longtemps par les drogues. Son corps était fatigué de ça, son esprit était complètement déglingué. Il ne s'en rendait pas compte, raison pour laquelle il avait craqué.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   30/6/2015, 12:36

Théodore avait décrété qu’il ne partirait pas. Point. Ce qui le poussait à rester ? Il y avait sans doute un millier de raisons. Ne serait-ce de le voir ainsi complétement désarmé ? Le laisser seul face à son désarroi ? Parce qu’il savait également qu’il n’avait pas grand-monde autour de lui ? Parce qu’il s’en soucie ? Parce qu’il se souciait de tout ça ? … Le « pourquoi ? » du blondinet était tout à fait légitime.

Parce que…

Le brun fit une pause, réfléchissant à ses mots.

Parce que personne ne mérite d’être seule dans ce genre de situation.

Si un jour, Théodore aurait imaginé être là pour lui un jour, il ne l’aurait sans doute pas cru… S’étant assis à côté de lui, au bord du lit, Virgile s’écroula alors sur lui, éclatant en sanglots, s’accrochant à sa chemise… Le brun passa un bras autour de Virgile, comme pour le protéger et son autre main, il les passa dans ses cheveux.

Il fallait sans doute que ça sorte un jour. Théodore le voyait tous les jours en train de faire des sarcasmes, il l’avait toujours vu comme quelqu’un qui voulait se montrer fort, et comme chaque individu, on avait ses propres faiblesses.

C’est ça… Il faut que ça sorte ! fit Théodore doucement, et le berçant.

La vie de Virgile n'avait pas dû être rose pour qu'il n'ait point l'envie de vivre, pour qu'il n'ait point d'ambition professionnelle, ... Rien. Le néant. Tout qui pouvait le pousser à se droguer. Pourtant, c'était drôle, malgré le fait que sa rencontre avec lui avait été houleuse, Théodore se rappelait bien d'avoir vu lors de leur rencontre du potentiel et encore, ce n'était pas pour rien que Virgile ait des responsabilités au Bloody Hell.

Théodore ne bougea pas et resta là, le temps que Virgile se calme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   30/6/2015, 13:21

Virgile avait un sérieux doute quand au fait que personne n'avait à rester seul dans ce genre de situation. Pour sa part en tout cas. C'est que depuis toujours, il s'était fait seul. Avait grandi peut être entouré, mais seul. La solitude, le vide, voilà quelle était sa vie. Un vide qu'il comblait de drogues destructrices.

Il sentait le bras de Théodore autour de lui, et sa main dans ses cheveux. Ça avait beau être ce sale Campby qui se croyait au dessus de tout de l'avis de Virgile, cette présence lui fit du bien. Enfin, dans l'état ou il était il ne le remarquait pas, occupé à pleurer et à exprimer toute sa tristesse. Il se fichait bien que le brun le voit dans cet état. De tout de façon le blond n'avait jamais été très porté sur les apparences. Il se penchera peut être sur le pourquoi du comment Théodore avait fait le choix de rester avec lui, le soutenant dans sa détresse. Pourquoi une telle bonté ? Qu'est ce qu'il avait à gagner à rester avec lui, simple employé, simple moustique à écraser ? Pourquoi le grand Campby se penchait il sur son sort ? Pourquoi tant de gentillesse ? …. Il ne savait pas. Il était sûr d'une chose cependant :

J'aurais … voulu y rester …


Avoua Virgile entre deux spasmes. Il était véritablement déçu d'être encore en vie. Ce n'était même plus les effets secondaires, la fatigue qui lui faisaient dire ça. C'était vraiment ce qu'il pensait au plus profond de lui. Il aurait préféré ne plus jamais ouvrir les yeux. A quoi bon ? Pourquoi ? Pour qui ?

Il n'y a rien de bon ici. Rien …


Jamais Virgile ne s'était un jour réveillé heureux d'être envie. Les jours pour lui se ressemblaient tant … Aller bosser, payer sa dope et se shooter. Le lendemain recommencer, sans jamais s'en sortir, au contraire, sombrant de plus en plus, perdant tout le peu qu'il avait si ce n'était pas lui qui le détruisait. Jamais il n'avait eu de but dans sa vie. Pas non plus de personne qu'il aimait assez pour pouvoir rester sur terre. Ses amis ? C'est beau, mais eux aussi avaient leur vie, aussi dissolue soit elle. Ils s'en remettraient.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   30/6/2015, 14:11

Théodore le laissa pleurer à sa guise dans ses bras. Le blondinet semblait se calmer un peu. Est-ce que ses foutus paroles qu’il finissait par dire devrait l’étonner ? Pas vraiment si ça ne représentait son état d’esprit du moment.

Evidement, à ces dires, Théodore n’était pas bien d’accord et évidemment, Virgile ne lui demandait pas son avis. S’il n’y avait rien de bon ? Au contraire, il y avait l’amitié…
Bon, ce n’était pas comme si Théodore pouvait trop parler, ce n’était pas comme s’il avait un millier d’amis mais la quantité ne faisait pas la qualité… Virgile devait compter pour quelques personnes, non ? Ses deux soi-disant meilleurs amis par exemple.

Au contraire, il y a l’amitié…

Et puis il y avait… l’amour ? Est-ce que Virgile avait déjà connu l’amour une fois dans sa vie ? Théodore se posa la question… Pour ce qui était de sa part, l’amour, c’était bien une chose qui lui faisait défaut… Le brun n’avait jamais été vraiment amoureux. Certes, il avait vécu des coups de cœur et encore… Cela dit, il gardait bien espoir qu’il existe quelque part. Après tout, il n’y avait qu’à voir l’amour que se portaient Gaspard et Lénore pour savoir qu’un amour aussi fort puisse exister et que peut-être, ça serait le cas pour lui, un jour… Oui, il disait bien un jour, parce que d’apparence, ce n’était pas comme s’il était fiancé avec Lénore en ce moment… C’était un peu beaucoup compliqué…

L’amour…

Ce n’était pas comme si c’était des choses dont voulait sans doute entendre le blondinet. Toujours dans ses bras, Théodore ne le lâchait pas. Il finit par dire :

Reposes-toi ! Je ne bougerai pas d’ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   30/6/2015, 15:11

Virgile ne réagit pas lorsqu'il lui parla de l'amitié. Oui, il savait ce que c'était, il avait quand même deux très bons amis, un depuis des années, et une depuis moins longtemps, mais qui comptaient pour lui. Mais pas assez pour lui faire partir de la tête son envie de partir …. L'amour …. Le plus beau sentiment du monde c'est ça ? Pour les gens normaux oui. Pas pour les mecs comme Virgile.

Ca fait longtemps que j'y ai renoncé …

Lâcha Virgile entre deux pleurs. L'amour … La belle affaire ! Même s'il avait grandi sans amour, il avait déjà rencontré ce sentiment un jour … Mais plus aujourd'hui.

Qu'est ce qu'un toxico de bas étage peut attendre des gens …


Rien, selon lui. C'est bien pour ça qu'il avait renoncé à Elisabeth, parce qu'il n'avait rien de bon à lui apporter. Juste de la peine et des frayeurs. C'est parce qu'il l'avait aimée qu'il avait préféré couper les ponts. Et avoir décidé de ne plus tomber amoureux. Si possible. Ça faisait trop mal. Trop mal d'aimer quelqu'un et savoir qu'on ne peut rien lui donner de bon. Petit à petit, ses pleurs se firent moins violents, moins denses. A force, il avait fini par s'épuiser totalement en pleurant de la sorte. C'est qu'il avait été bien retourné par ce qui venait de se passer, son corps le lui faisait savoir. Alors il resta la, accroché à la chemise de Campbell.

Il savait que cette fois, il y avait quelqu'un. Quelqu'un sur qui se reposer, même l'espace de quelques larmes. Cette idée avait un petit quelque chose de réconfortant. Tant pis si c'était Campbell, dans l'état ou il était, il n'avait pas la force de protester. Alors, ses larmes cessèrent de couler petit à petit. Il se sentait lessivé, vide de toute force. A bout. Son corps était malmené depuis des années lui criait aujourd'hui pour réclamer une trève. Vigile ferma les yeux, lentement, toujours accroché au brun. Epuisé, il sombra aussitôt dans un sommeil profond. Peut être un peu conforté par l'idée qu'il y avait quelqu'un avec lui. C'est pas quelque chose dont il a l'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   30/6/2015, 20:29

Il était sans doute inutile de débattre quoique ce soit. En tout cas, pas ici, pas maintenant… Pas avec un Virgile dans un état pareil, face à cette détresse. Le plus important était que Virgile se repose, ait l’esprit un peu plus clair… Et pour ce qui s’en suivra, mystère. Théodore n’avait jamais imaginé un jour pouvoir être soudainement si « proche » de lui sans vraiment trop l’être. Aussi bizarre soit-il. Théodore était là au lieu de consoler son frère, Gaspard, qui était lui aussi à l’hôpital à l’autre bout de la ville. Vraiment…

Peu à peu, il pouvait sentir que Virgile se calmer de plus en plus, jusqu’à avoir une respiration normale. Toujours agrippé à lui, le blondinet finit par se rendormir dans un semblant de paix.

Cela dit, Théodore n’allait sans doute pas rester planté là, surtout qu’une infirmière pénétrait à l’intérieur de la chambre. Le brun s’extirpa du lit, en évitant de réveiller Virgile mais au point où celui-ci était, aucun risque… puis sortit de la chambre. Théodore traîna dans le couloir d’un pas las avec une chemise froissée mais ce n’était sans importance. Ce n’était pas comme si elle avait déjà vu pire. Pour peu, il aurait bien besoin d’un café, tout en allant se chercher un, il sortit son portable où il pouvait s’apercevoir qu’il avait encore des messages. Peut-être Evelyn l’avait rappelée ? Ne serait-elle pas déjà là si elle avait su ? Non, pas d’Evelyn mais Lénore qui demandait où il était passé… Théodore soupira. Un jour, c’était lui qu’on finirait par tuer…

Le lendemain matin, comme Théodore s’était « porté garant » pour Virgile, celui-ci se dirigea alors à l’hôpital, histoire d’avoir des nouvelles et de savoir comment il allait… Au passage, dans un magasin, le brun trouva un mini-pingouin en peluche qui voudrait se faire adopter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   30/6/2015, 23:37


Si les médecins avaient voulu réveiller Virgile pour l'examiner, ils rêvaient en beauté ! Le blond était parti dans un sommeil des plus profonds, comme ça faisait des années qu'il n'en n'avait plus eu de tel. Du coup, ce n'est que le lendemain une fois qu'il fut reposé que les médecins arrivaient pour voir comment il allait. Bah … Comme un mec qui a faillit crever d'une overdose et souhaité y rester. En tout cas il n'y avait pas à dire. Les médecins devaient vraiment avoir l'habitude des gens comme lui, vu la façon dont il était traité. Aux petits soins. Tant que ça le gava vite. Ah dans le genre chieur, on fait pas mieux. Il n'avait jamais aimé être traité comme une pauvre petite chose, alors même s'il était cloué au lit, branché à une perfusion – ils avaient retiré le respirateur artificiel depuis – merci de le traiter comme un mec qui a toute sa tête. Du coup lorsqu'on lui proposa une aide psychologique, Virgile les envoya gentiment chier comme il sait le faire.

Puis, petit à petit ce fut les questions sur la drogue. Ils essayaient de savoir depuis combien de temps il en prenait, qu'est ce qu'il avait prit pour déclencher l'overdose …. Ok, secret médical et tout le blabla, mais foutez lui la paix nom de nom ….. C'était pour l'aider à se soigner qu'ils disaient. Mais s'il ne voulait pas se soigner hein ? S'il était bien dans ses problèmes mentaux, hein ? Vous voulez faire quoi de tout de façon, dès que le mec n'était pas partant pour se soigner, c'était foutu. Mais ces médecins n'abandonnaient pas. Font chier quand même, acceptez un peu de ne pas pouvoir sauver tout le monde, et vous dormirez mieux le soir.

Du coup, lorsqu'il entendit la porte s'ouvrir, une fois de plus, il s'était dit que ça y est, un nouveau médecin arrivait pour qu'il tente de coopérer un peu.

Fais chier …

Il ouvrit les yeux, et, fut surpris de voir qu'il s'agissait en fait de …

Campbell ?

Certes, il avait traversé une des pires passes possibles, mais il se souvenait encore de ce qui s'était passé hier pendant sa brève phase d'éveil. Il se souvenait bien avoir pleuré dans ses bras, lui avoir dit qu'il aurait préféré crever et tout ça. Ce qui en un sens, était encore le cas.

Pourquoi revenir ?


Qu'il se soit assuré à la limite qu'il survive, soit. Mais revenir ? Il hallucinait en fait non ? Il était toujours en train de planer ? Y'avait quoi dans cette perf ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   1/7/2015, 16:45

Quand Théodore entra dans la chambre, celui-ci trouva un Virgile… en pleine forme. Pour dire, ses paroles ne l’étonnèrent guère. Ce qui l’amusa bien en quelque sorte.

Le véritable Virgile Dickinson est de retour parmi nous !

C’était lui tout craché. Enfin, si ce n’était la facette qu’il avait toujours montrée jusque-là, excepté ce moment de faiblesse la veille... On était tous humain.

Il faut une raison pour savoir comment tu vas ? Si tu vas être en forme pour revenir travailler ?

En mode normal. Bon, certes, il ne revenait pas forcément en tant que patron… Enfin, est-ce qu’il pouvait se considérer comme un ami ? Non plus. Ils étaient loin d’avoir ce rapport-là. Il n’empêche que jusque-là, Théodore n’avait pas eu de nouvelles d’Evelyn. Il l’avait appelé la veille pour lui annoncer les choses… En fait, il ne manquerait plus qu’il lui arrive aussi un truc, genre tous les serveurs du « Bloody Hell » avaient décidé de clamser. En fait, Théodore aurait peut-être dû changer le nom du bar.

En plus, j’ai croisé quelqu’un qui a voulu se faire adopter ! fit-il en présentant le pingouin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   1/7/2015, 18:55

Aux premières paroles de Campbell, Virgile ne répondit rien. Sa tête blasée parlait pour lui. Parce qu'il y avait des faux Virgile ? Hé, lui aussi avait le droit de craquer quand même ! Et s'il ne pouvait pas le faire après avoir faillit crever, quand ? Bon. Il était la pour voir comment il allait ? S'il était pas mort entre temps plutôt oui !

Je survivrais.


Et puis avec tous les médecins qui traînaient dans les parages, qui allaient finir par le rendre fou, aucune chance que Virgile ne puisse mettre à exécution ses sombres envies. Même si elles étaient moins fortes que la veille en fait. Il avait encore dans un coin de sa tête ce qu'il avait pensé et dit hier. Et était sincère. Mais épuisé comme il l'était, il n'avait pas spécialement la force de se lever et aller se jeter par la fenêtre. Et en plus, il avait vu que ce n'était pas possible, la fenêtre ne s'ouvrait qu'en battant justement pour éviter ce genre de choses. Ça sent le vécu. Puis, Virgile afficha clairement une tête surprise à ce que Théodore avait en mains. Il pencha un peu la tête de coté, avisant la chose. Il était sérieux ?

Si j'étais pas tellement à l'ouest, je crois que je serais mort de rire à l'heure qu'il est.


Parce qu'après le foin qu'il avait fait par rapport au pingouin du Bloody Hell, voilà qu'il ajoutait un membre à la famille ! Mais sérieusement, le geste le touchait. En prouvait un léger sourire. Il ne s'était pas du tout attendu à une telle chose de la part de son patron, tant que ça en devenait irréaliste.

Je vais croire qu'il y a plus de drogue dans la bouffe de cet hôpital que dans ce …


Dans ce qu'il avait prit hier. Mais Virgile se tu. Il n'était pas sûr soudainement. Pas sûr d'avoir tout compris. Est ce que c'était son patron qui l'avait trouvé ? Est ce que c'était lui qui avait prévenu les urgences ? Ou était ce un ami ? Non, cette option lui semblait fausse. Et … est ce qu'il avait vu la seringue ? Avait il comprit ? Il détourna quelque peu le regard.

Merci, fallait pas.


Tentative de changer de sujet et revenir sur le pingouin en peluche. C'est pas que Virgile avait honte de son état, c'est qu'il s'agissait la de son patron. Et un patron qui apprends que son employé est un drogué fini, c'est pas bon pour les affaires. Le blond réalisa qu'il était sûrement dans une merde noire. Et c'est pas le coup de la peluche qui allait plaider en la faveur du brun ! Il était sûrement assez fourbe pour lui offrir ça en guise de cadeau d'adieu !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   1/7/2015, 23:34

Il semblerait que Théodore ait surpris Virgile. Et comment ! Déjà par sa venue, sans doute en premier lieu. Puis par ce bébé pingouin en dernier lieu, qui au passage, c’était un plaisir de le lui offrir. Au moins, Virgile serait sans doute bien capable de s’en occuper. Cela dit, dans d’autres circonstances, le blondinet serait « mort de rire », si ce n’était pas une meilleure conception de la mort, une meilleure façon de mourir, soit. Enfin cette réflexion, le brun se le garda pour lui. L’air de rien, Théodore était plutôt « rassuré » que le blondinet ait survécu… En fait, l’idée d’apprendre qu’il aurait pu être réellement mort ne lui avait jamais effleuré l’esprit. Comment aurait-il réagi si Virgile l’était vraiment ? Théodore ne savait… Et il ne savait s’il voulait réellement le savoir. Cela dit, le fait que la peluche fasse « plaisir » à Virgile lui faisait également plaisir, bien qu’il gardait ce sentiment intérieurement.

Après avoir donné le pingouin à son futur propriétaire, le brun s’assit alors au bout du siège qui était près du lit, tout en s’accoudant sur ses propres genoux. Voilà que Virgile parla de drogue et de bouffe dans la même phrase … phrase qui n’avait pas de fin. Peut-être parce que le mot « drogue » dans ces circonstances était de… circonstance.

Pas de quoi … répondit-il quand Virgile le remercia pour la peluche, même si c’était une tentative de changement de sujet.

Cela dit, Théodore n’était pas là pour lui faire la morale. Après tout, il n’était pas le mieux placer pour lui dire quoique ce soit à ce sujet, sur ce qu’il devait faire… Mais ayant pu assister à ça, l’ayant « sauvé », il ne pouvait pas passer à côté comme si de rien était.

Je pense que tu te fais déjà une idée que c’est moi qui t’ai trouvé… Cela dit, je ne poserai pas de questions sur le pourquoi du comment mais t’as toujours ta place au Bloody Hell.

Si ça pouvait rassurer... Théodore comptait sur lui pour revenir à la charge. Cela dit, c'était vrai, il ne poserait pas de question parce que... voila.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   2/7/2015, 12:17

Récupérant le pingouin, Virigle regarda du coin de l'oeil Théodore, qui s'était posé sur le siège à coté du lit. En fait, ça l'étonnait qu'il y ait un siège. Généralement, les drogués de bas étages comme lui n'ont personne qui veillerait sur eux. Enfin, la preuve, vu que pour Virgile, c'était son patron qui venait voir comment il allait. Ou peut être le virer …. De la part de Campbell, ça ne l'étonnerait pas des masses. Celui ci avait d'ailleurs commencé à lui parler. Et confirma que c'était bien lui qui l'avait trouvé. Merde. La, c'est sûr que plus de doute possible, il savait. Merde.

Cependant, la suite de ses mots surpris grandement Virgile. Il tourna la tête vers lui, le regard surpris, en entendant ses paroles. Déja le fait qu'il ne pose pas de questions. Oh. Lui, il savait parler aux drogués. Ça suffisait des médecins qui n'arrêtaient pas, alors merci, si en plus son seul visiteur s'y mettait, il était pas sorti de l'auberge … Et surtout, la fin de sa phrase le soulagea comme pas possible. Il avait toujours sa place au Bloody Hell.

Merci.


Ça sortait du cœur. Il ne savait pas combien ça aurait été compliqué pour Virgile s'il avait été viré ! C'est que la drogue ne pousse pas sur les arbres. Enfin, si, mais vous voyez. Reste quand même une autre question que Virgile ne comprenait pas.

Pourquoi faire tout ça pour moi ?


Clairement, pour lui il ne méritait pas toutes ces attentions. Il ne savait pas pourquoi lorsqu'il l'avait trouvé a l'agonie il ne l'avait pas laissé dans sa merde. Ni pourquoi hier il était venu le voir, et aujourd'hui encore. Ça n'aurait pas été plus simple de le laisser ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   2/7/2015, 13:29

Les choses étaient en quelque sorte posées, notamment si Virgile devait revenir bosser au Bloody Hell. Il manquerait qu’il y ait un malaise ou des engueulades à cause des non-dits… Au moins, le blondinet savait qu’il avait toujours son emploi et que le brun ne comptait pas le virer… Chose qui devait surprendre le drogué. Peut-être qu’un jour, Théodore pourrait lui expliquer les véritables raisons, du moins s’il y en avait des véritables… Après un cours moment de réflexion, Théodore se contenta de répondre seulement :

J’imagine parce qu’on a tous notre lot de problèmes…

Est-ce que cette réponse pourrait le satisfaire ? En tout cas, ce n’était pas faux. Théodore pouvait paraître sans cœur, intraitable, comme il avait pu se comporter vis-à-vis de Sonya au Bloody Hell… Mais il y avait un fossé. Le comportement, la façon d’être, différait, et notamment de la manière de travailler.
Et est-ce que virer Virgile l’aiderait ? Est-ce que ça aiderait un drogué, en général ? Sans doute pas…

Bon, remets-toi en forme pour le Bloody Hell ! Je vais voir si j’arrive à choper Evelyn pour qu’elle te remplace…

Théodore commença à se lever, s’apprêtant à partir. Selon lui, il avait fait le tour et Virgile allait bien. Donc tout roulait.Et pour le weekend, il risquait d'avoir du monde au bar. Enormément de monde et en plus, ce n'était pas comme s'ils fermaient avant 4h du matin. Cela dit, si Théodore n'arrivait pas à la joindre, il aurait du pain sur la planche à aider les deux autres services; Il avait peut-être viré Sonya un peu trop tôt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   2/7/2015, 14:28

La réponse de Campbell surprit fortement Virgile. En fait, c'était peut être la première fois qu'il voyait le brun comme un être humain à part entière. Avec tous ses sales cotés bien évidents, mais peut être de la sympathie en lui ? Peut être que Virgile s'était trompé sur son compte ? Que son attitude hautaine n'était qu'une façade, quelque chose qu'il devait faire pour le boulot. Peut être. Le blond était surpris de constater qu'il y avait bien un homme derrière cette mascarade. Et ça avait un coté réconfortant, mais effrayant également. Parce qu'ils venaient de découvrir une facette de l'autre qu'ils ignoraient. Virgile venait de réaliser que Campbell n'était pas si monstrueux que ça, et Théodore venait d'apprendre l'addiction de Dickinson. A voir si ça changera quelque chose dans les temps à venir. Parce que le blond se doutait bien qu'à un moment ou un autre, il allait vouloir en savoir peut être plus sur cette affaire. Mais pas aujourd'hui. Merci bien, il lui laissait un peu de répit. Virgile hocha la tête lorsque Campbell déclara y aller, lui disant de se remettre en forme.

Je m'y mets dès à présent.

Se remettre en forme. Même si pendant quelques jours il ne risquait pas de venir travailler. La, dans son état, la seule chose qu'il pouvait faire, c'était dormir. Alors il salua d'un bref signe de tête le brun, avant de refermer les yeux. Et si des médecins se ramenaient encore une fois, il fera semblant de dormir. Ou les enverra bouler. Il verra selon son humeur et sa forme.

Il tourna la tête de coté, yeux clos, pour tomber à nouveau dans un sommeil, réparateur cette fois. Il allait lui falloir un peu de temps à son corps pour récupérer après le choc, et sûrement bien plus longtemps pour son mental. Longtemps, voir peut être jamais …
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Loverdose [Theodore - Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Loverdose [Theodore - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life In New York :: Corbeille :: Messages Supprimés :: Sujets suppr-
Sauter vers: