AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You're in my mind ! [Liam - Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
MessageSujet: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   6/8/2015, 23:36

A peine quelques jours passèrent depuis sa rencontre avec Liam. C’était loin d’être une rencontre banale… C’était un mécano très étrange qui paraissait très psychopathe … Encore un peu et Evelyn s’y jetterait un peu plus comme si elle ne pouvait pas s’en empêcher. Non, un peu plus sérieusement, il y avait un truc qui faisait que ça l’intriguait tout de même. Il agissait maladroitement… et les échanges SMS lui donnaient conformément une drôle d’idée… Evelyn ne savait d’où ce type pouvait sortir. D’une autre planète ? Allez savoir… Il lui semblait qu’il y avait un truc qui l’avait traumatisé dans son enfance ou quoi ? Genre c’était le genre de type à avoir été kidnappé, séquestré et battu jusque-là. Quoi ? Cela pouvait expliquer la balafre qu’il avait sur son ventre.
Et puis, pour lui faire… « confiance », ce n’était pas comme si l’autre soir, lorsque son ami Virgile l’avait rencontré au bar, celui-ci l’avait rassuré sur ce qu’il pouvait y penser de ce type.

Jusqu’au jour J, Evelyn et Liam s’envoyèrent régulièrement des textos. En même temps, ce n’était pas comme s’ils ne vivaient pas en face, et ne pouvaient pas voir ce que l’un ou l’autre pouvait faire dans leur cocon respectif… Cela dit, un jour, il ne faudrait pas que la jeune femme oublie qu’elle était… « surveillée » car savait-on le jour où elle décidera de se promener en sous-vêtement au milieu de son appartement… Non, il ne faudrait pas qu’elle oublie de fermer ses rideaux ce jour-là… Enfin, c’était vite dit puisqu’en cette matinée, elle s’était oubliée en se promenant en petit tee-shirt et en culotte… et finit vautrée dans cette tenue sur son canapé avec un magasine d'Histoire entre les mains.

Bon, en ce jour J, la jeune femme s’était habillée d’un mini-short en jean et d’un vieux tee-shirt blanc pas trop moulant. Pour une journée de peinture, elle n’allait pas porter de magnifiques vêtements, non ? Ca serait trop bête ! Et elle n’allait pas faire de la peinture n’importe où : chez Liam. Non, elle ne s’incrustait pas comme ça. Pas du tout ! Mais l’excuse étant qu’ils s’étaient promis une pizza … alors Evy proposa de s’en charger et de faire la livreuse. Même pas besoin de savoir laquelle prendre parce que ces deux-là s’étaient de suite mis d’accord sur une fungi. Pas besoin de chercher plus loin… Ce fut comme ça alors qu’Evelyn entra dans l’immeuble d’en face avec la pizza en main.
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 330
● Date de naissance : 13/02/1986
● Age : 31
● Originaire de : texas
● A NY Depuis : aout 2015
● Emploi/Etudes : Etudiant en Médecine
● Avatar : Joseph Morgan
● DC : Serena Johanson


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   7/8/2015, 12:56

Cella ne faisais pas dix minutes que j'étais devant le miroir de ma salle de bain entrain de complexer. Non absolument pas! Je me regardais. Un simple t-shirt sans manches et un jeans usé...J'avais les yeux légèrement cernés, hier quelques heures supplémentaires s'étaient rajoutée au garage. Et puis bon a barbe de trois jour : sexy ou négligé ? Ou alors négligemment sexy ? Putain mais elle allait me rendre dingue cette fille ! Je finis par juste me passer de l'eau glacée sur le visage quelques fois avant de sortir de ma salle de bain et d'aller déjeuner.

Mon appartement était simple. La porte d'entrée donnait sur un mini couloir débouchant directement sur la salle de séjour en rectangle. A droit la grand baie vitrée donnant sur l'immeuble d'Evelyn, mon coin télé et des fauteuils, une table basse et un canapé face à la vitre. A gauche une jolie cuisine était séparée de la pièce par un comptoir. Au centre trônait une table ronde concordant avec le reste des meubles. Je m'en servait comme bureau, table de cuisine etc. En face de la porte d'entrée il y avait deux portes. Une donnant sur ma chambre avec salle de bain privée adjacente, l'autre porte donnant sur une petite toilette avec un évier. C'était petit mais je ne demandais pas plus et puis c'était devenu mon chez moi. Enfin ça le deviendrais encore plus après aujourd'hui. J'avais décidé de repeindre le salon.  Heureusement je n'avais installé que le stricte nécessaire. Le pouf et la télé avaient déjà été bougé dans ma chambre, j'avais reculé le canapé le plus possible, tout avait été recouvert de draps pour éviter les taches.

Je regardais par la baie vitrée par reflex et vis la jeune demoiselle installée confortablement sur son canapé. Elle portait un simple t-shirt et ses jambes étaient nue. Je me détournais instantanément. Et dire qu'elle allait m'aider aujourd'hui pour la peinture. Fallait vraiment que je me contrôle. Depuis notre premier échange via sms nous n’arrêtions pas. Des petits commentaire de ce qu'on voyait en face. L'autre jour je l'avais vu manger un paquet de chips face à la télé. Elle avait semblé si concentrée et fascinée que je n'avais pus résister à lui écrire. Depuis je jetais régulièrement des petits coup d’œil à la fenêtre pour voir si je ne la surprenais pas à faire quelque chose qui me donnerais une raison de lui écrire. Elle était si belle... Encore plus quand elle souriait en recevant un de mes messages. Comme l'avait dit son pote barman : j'étais bravement atteint ! Je déjeunais vite fais avant de descendre à la cave chercher les pots de peintures que j'avais entreposé. J'avais opté pour un gris chaleureux. La cuisine qui serait peinte prochainement en vert émeraude concorderait donc bien avec. Alors que je sortais de la cave je tombais presque nez à nez avec ma belle portant une boite de pizza dont s’échappait une délicieuse odeur. Fungi ! Je souriais grandement avant de m'avancer vers elle.

« Bonjour ! Je pensais que c'était moi qui était censé t'offrir une pizza ?! »

J'avais entamé sur un ton taquin, avant de lui faire la bise. Elle sentait toujours aussi bon... Et qu'est ce qu'elle m'avait manqué ! Je l'invitais alors à me suivre, la laissant passer devant moi pour entrer dans l’ascenseur. Une fois la machine en marche je déposais les pots qui pesaient quand même assez lourd et me tournais ver elle.

« Alors, comment ça va ? Prête à peindre ? »

J'avais déjà fait pas mal de travail seul. Collé du scotch sur les bords, recouvert les meubles, et fait les contour du motif que je voulais avoir. J'avais toujours adoré dessiné petit. Je suivais des cours de dessins durant mes années d'études à la fac de médecine. J'avais continué en prison. J'en avais donc profité pour repeindre mon salon pour y rajouter une touche personnelle. Je m'étais procuré différents cadres vierges et avait pris aussi des plus petits pot de peintures de diverses couleurs, plus vives. Du rouge, du jaune, de l'orange, du violet, du vert pomme, du bleu foncé, du fushia, du pourpre. J'avais dans l'idée de placé les cadres plic-ploc et de dessiner quelque chose dedans. De l'art abstrait ou alors une représentation de quelque chose. Je laisserais probablement Evelyn rajouter son dessins. Ça ferra un souvenir d'elle chez moi... Une petit touche d'elle chez moi... Moi accro ? Pas du tout !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   7/8/2015, 16:06

En arrivant dans l’immeuble, Evelyn ne s’attendait pas réellement à tomber face à face avec… C’était ça d’être pensive. Elle s’attendait à monter tranquillement les marches, toquer à la porte et l’imaginer là, en train de lui ouvrir la porte… Et là, pouf, quelqu’un apparaissait à travers son chemin. Cela pouvait être n’importe qui, un voisin mais non, c’était … Liam. Et pour peu, Evelyn aurait lâché la pizza par terre, mais en mode warrior, ce n’était pas le cas… Pas qu’elle buguerait mais presque. C’était que pour une fois, du moins (si on ne parlait pas du fait qu’elle pouvait le mater par sa fenêtre), elle le voyait avec une barbe naissante, ce qui lui donnait un côté viril et très sexy, le genre bad boy.

Si ! Mais j’ai croisé le pizzaiolo et j’en ai profité pour le soudoyer…

Humour quand tu nous tenais… Cela dit, si elle s’attendait à une bise… C’était étrange. Bon, on ne pouvait pas dire que la jeune femme ne collectionnait pas ce genre de relation. Souriante, elle passa une mèche derrière une oreille avant de suivre Liam dans l’ascenseur.

Ca va ! répondit-elle. J’ai mangé un lion ce matin…

Donc elle était prête à tout alors elle pourrait carburer… Bon, dis ça comme ça, ça pouvait faire chelou, comme si Liam allait l’exploiter et l’utiliser comme esclave … Et c’était Evelyn qui s’était incrustée de base ? Ah oui…
Arrivant alors au bon étage, ils pouvaient alors se diriger vers l’appartement en question qu’Evelyn pourrait découvrir la première fois… en dehors de ce que la vue de son appartement lui offrait.

Gris ? Vers et gris alors ? Ca ne fera pas un peu triste ?
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 330
● Date de naissance : 13/02/1986
● Age : 31
● Originaire de : texas
● A NY Depuis : aout 2015
● Emploi/Etudes : Etudiant en Médecine
● Avatar : Joseph Morgan
● DC : Serena Johanson


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   7/8/2015, 17:40

Ne craques pas, ne craques pas, ne craques pas.... Ce n'est qu'un ascenseur... un endroit clos, assez petit ou elle et moi étions enfermé. Cet endroit nous obligeait à une certaine proximité.... Et elle avait pas pensé à couvrir ses jambes. Heureusement qu'il y avait la pizza qui sentait vraiment bon histoire que je me concentre sur autre chose. Si je n'avais pas capte l'humour plus tôt j'aurais déjà envoyer le pizzayolo en chirurgie ! Gratuitement en plus ! Je rigolais à sa remarque sur le lion et souriais malicieusement avant de lacher :

« Ton lion ressemblait fort à une tasse de thé et un paquet de gâteau. »

Finalement l’ascenseur arrivé à mon étage et je la laissait passer. J'ouvris la porte de mon appartement et la laissait entrer. Je posais mes deux pots sur la table ronde avant de me tourner vers elle légèrement mal à l'aise. Elle aimait ? Elle aimait pas ? Ça me rendais dingue de pas savoir comment elle voyais mon petit cocon personnel.  Après quelques secondes je repris un sourire et montrais les cadres.

« Je comptais faire un fond gris ensuite accrocher les cadres et dessiner quelques chose dans le cadre. J'ai plusieurs petits pots de peintures variés. Ça pourrais donner bien. Le vert c'est pour la cuisine, ça passera bien avec les meubles.... Fin c’est ce que le vendeur m'avait dit.... Et puis je dirais pas triste mais neutre. »

J'étais un peu piqué par sa réplique. Non mais c'est bon j'étais pas le roi de la déco. Oui j'avais pris des cours de dessins... Mais la déco restait un point non développé chez moi. Avant la prison ma mère arrêtait pas de me charrier sur ma chambre d’ailleurs. « Si jamais tu décore ta future demeure comme ta chambre, ne t'étonne pas si tu restes célibataire. ». Aujourd'hui je savais qu'elle n'oserait plus plaisanter de la sorte. Mais je m'en fichais. J'étais bien ici. Et sauf si Evelyn déménagerais je ne vendrait cet appart pour rien au monde.  Mon estomac s'exclama à ce moment et je rigolais légèrement :

« J'imagine que c'est le signal d'envoi pour la pizza ! Tu veux des couvert ou on la mange à la main ? »

Je lui indiquais les tabourets devant le comptoirs. De simple trucs en métal recouvert de cuir noir mais très moelleux et confortables. Je sortais deux verres de mes armoires et ouvris le frigo.

« Alors sinon comme boissons je peux te proposer de l'ice tea, du sprite et de l'eau ? »

Je me retournais vers elle et le fait de la voir dans mon appart me fis bizarre. Elle était ici, devant moi. Plus de l'autre côté de la rue. Parfois cette distance me semblait dérisoire, d'autres fois j'avais l’impression qu'il y avait un immense fossé entre nous. Et puis ce coup ci il n'y avait pas de vitres entre nous. Juste.... Elle et moi. ET une délicieuse pizza.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   7/8/2015, 19:05

Tassé de thé ? Paquet de gâteaux ? Oups, il avait dû la voir dans son superbe pyjama à la con avant qu’elle aille prendre sa douche et qu’elle se promene en tee-shirt et en culotte en mode normal ? Peut-être n’avait-il pas vu la suite ! C’était dingue tout de même cette manie de savoir ce que l’un ou l’autre faisait de l’autre côté…

Mais c’est un secret ! fit Evy avec un sourire aux lèvres.

Oh, qu’elle prenne un thé et des gâteaux, non mais ! De toute manière, il n’y avait qu’eux dans l’ascenseur ainsi que la pizza en témoin mais c’était tout.
En rentrant à son appartement, Liam lui expliqua alors les couleurs et voir les choses dessiner sur les murs, et bien, il y avait de l’idée là-dedans.

Et bien, on va se débrouiller pour enjoliver tout ça ! fit-elle dans un sourire. Ca va être sympa à faire.

Oh, qu’elle dise que ça allait être triste avait été loin d’être méchant, évidemment que non. C’était histoire de lancer la conversation et elle ne savait ce que Liam avait en tête réellement.

Prenons des forces avant de commencer ! Sans couvert, allons à la bonne vieille franquette !

Evelyn posa donc la pizza sur le comptoir de la cuisine.

De l’Ice Tea ira très bien, fit –elle tout en enlevant la veste en cuir qu’elle avait sur le dos… Je crois que j’ai quelque chose qui doit revenir à son propriétaire…

A savoir où il voulait la ranger, Evelyn le lui tendit et le laissa la récupérer à sa guise. Puis la jeune femme s’installa sur un des tabourets du comptoir tout en croisant naturellement ses jambes.
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 330
● Date de naissance : 13/02/1986
● Age : 31
● Originaire de : texas
● A NY Depuis : aout 2015
● Emploi/Etudes : Etudiant en Médecine
● Avatar : Joseph Morgan
● DC : Serena Johanson


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   7/8/2015, 20:41

Je lui fis un clin d'œil. C'était notre secret en quelque sorte. Rien qu'à elle et moi. Au fils des derniers jours j'avais beaucoup apprécié nos échanges sms. Personne d'autre ne savait à quoi ressemblait son pyjama, ou encore sa petite bouille le matin quand elle n'était pas réveillée. Ou le soir lorsqu'elle regardait la télé, elle semblait parfois si fascinée. J'avais adoré ce jeux des sms. Mais aujourd'hui rien de ça. Aujourd'hui je la voyais en vrai, et chez moi! Je fus heureux de voir qu'elle aimai mon idée. C'est vrai que mon appart était pas top jusque là. Des murs blancs…. C'était nu, je n'en pouvais plus. J'allais avoir une dépression. Heureusement qu'elle habitait en face.

Je lui souriais. Sans couvert. Elle était simple, j'aimais ça. Je lui servi son verre avant de m’asseoir à côté d'elle, me servant du sprite. J'avais pensé à poser un rouleau dessuis-tout à côté de la boite histoire de pouvoir s’essuyer les mains si jamais. Les crasses sur les mains ça me connaissait vu que j'étais mécano. Mais aujourd'hui je préférais les gardées propres… Si jamais je devais…. Lui tenir la main, ou passer une mains sur sa joue ou … Fallait vraiment que j’arrête mes films et qu'elle ne croise pas ses jambes comme ça. Je souriais lorsqu'elle me tendis ma veste en cuir. Elle l'avais portée…

"Je suis heureux que tu ne sois pas tombée malade ce soir là!"

Je me relevais tout en lui prenant la veste des mains et effleurais sa main au passage. J'avais oublié à quel point sa peau était douce. J'accrochais rapidement la veste au porte mentaux à côté de la porte et revins vers elle pour entamer la pizza. Apres la première bouchée je demandais légèrement plus nerveux:

"Tu …. Veux en savoir plus sur le mystérieux jeune homme que je suis et me laisser découvrir la mystérieuse jeune femme que tu es ou pas encore?"

Je la regardais droit dans les yeux. Elle savais que je les aimais. Et je savais qu'elle me trouvais à son goûts. Les sous entendus dans les sms ne trompaient pas! Et pourtant… Nous savions qu'il y avait tous les deux plus derrière nos sourire. Je savais pour sa tentative, elle savait pour mes cicatrices… Et je lui avais dit que je répondrais à ses question tout comme elle m'avait fait comprendre qu'elle répondrait aux miennes. Le tout était de savoir quand.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   8/8/2015, 16:03

C’était assez étrange de se retrouver face à lui alors qu’elle ne l’avait pas revu face à elle depuis… cette soirée sous la pluie… Ils ne devaient pas se revoir aujourd’hui d’ailleurs. Cela dit avec les échanges SMS, elle avait l’impression de le connaître depuis un peu plus longtemps mais en fait, pas tant que ça… Il y avait une certaine complicité mais il y avait un certain fossé, une part de mystère… Un mystère qui devrait un peu se dissiper autour de cette pizza.

Quand il récupéra la veste qu’elle lui tendit, encore une fois leurs mains s’effleurèrent, comme cette fois au garage en s’échangeant leur numéro. A croire que c’était peut-être fait … exprès. Cela dit, à sa remarque, Evelyn ne put s’empêcher de lui sourire.

J’étais bien couverte !

Bon, en rentrant, elle avait eu un léger rhume et encore, bon, ça aurait pu être pire mais non, tout allait bien. Elle pétait la forme, physiquement parlant. Se tenant droit comme un i sur son tabouret, Evelyn commença à récupérer une part de pizza qu’elle commençait à manger… Enfin le champignon qui commençait à se casser la figure de sa pizza, elle le récupéra entre ses doigts et l’amena à sa bouche, pendant que Liam revint sur le tabouret, tout près d’elle.

Croisant son regard, Evelyn finit par les planter dans les siens. Oh, elle n’avait pas oublié le fait qu’il aimait ses yeux. Ce n’était pas comme s’il ne lui avait pas assez répété par texto. Oh, qu’elle se ressaisisse, il manquerait plus qu’elle rougisse un peu.

Alors on lève déjà le voile du mystère ?

A savoir maintenant ou attendre plus tard ? Hum, c’était à jouer cartes sur table d’entrée. Pas de faux semblant ? Ni rien ? C’était un peu ça la règle ? Mais il n’empêche qu’il avait attiré sa curiosité…

J’hésite ! Ne dévoilons pas tout ! Gardons un peu de mystère !

Non non, s’ils se disaient tout maintenant, est-ce que ça gâcherait un peu tout ? Allez savoir et allez savoir ce qu’elle allait apprendre n’allait pas lui plaire ? Ou plutôt au contraire…

Nous avons le droit à une question chacun son tour. Une seule ! Si ça te va ? défia-t-elle, mais un sourire finit par se dessiner sur ses lèvres par la suite.

Elle se concentra sur sa pizza.

Qui commence ?

Oh, il y avait tellement de questions qui lui traversaient l’esprit et qui la démangeaient, comme le fait d’où venait cette cicatrice ou encore le fait qu’on ait pu le blesser autant apparemment, psychologiquement parlant, comme il lui avait bien sous-entendu par SMS…
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 330
● Date de naissance : 13/02/1986
● Age : 31
● Originaire de : texas
● A NY Depuis : aout 2015
● Emploi/Etudes : Etudiant en Médecine
● Avatar : Joseph Morgan
● DC : Serena Johanson


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   9/8/2015, 16:32

Je fus heureux qu’elle n’ait rien eu ce soir-là. La pluie ne nous avait pas épargné pourtant mais au moins elle n’avait rien eu un peu grâce à moi. Et puis ma veste lui allait bien. Je la lui repasserais volontiers…. Un jour où une occasion se présentera. Je dérivais alors le sujet de la conversation sur nos petits secrets respectifs. Je la regardais avec un petit sourire désolé lorsqu’elle demanda si on levait déjà le voile. Oui…. Moi je voulais déjà le lever… Elle méritait la vérité. Je ne voulais pas construire quelque chose sans qu’elle ne sache à propos de mon passe. Je baissais le regard sur ma pizza … Si jamais elle voulait encore construire un truc après ça. Je le relevais lorsqu’elle parla de garder du mystère.

Je fis un petit sourire triste… Sur certains sujet l n’y avait pas de soucis, le jeu pouvais s’avérer marrant mais sur son passé de prisonnier… Mieux ne valait pas jouer. Elle donna alors les directives d’une question chacun. Je lui fis un petit sourire avant de finalement prendre mon courage à deux main et de lui prendre la main, plongeant mes yeux dans les sien qu’elle venait de relever.

« Je ne préfère pas… ce n’est pas que je n’ai pas envie de te découvrir mais … Il vaut mieux que tu apprennes directement avec qui tu traine. Je … En fait ça va sonner totalement tiré par les cheveux mais c’est vraiment arrivé et je veux que tu sache que tout ce que je dirais sera la vérité ! »

Je la regardais dans les yeux avant de baisser le regard un instant pour le replonger dans ses émeraudes. Je ne lâchais pas sa main mais ne la forçais pas non plus. Elle pouvait la dégager à tout moment ! Je pris une grande inspiration et commençais.

« J’ai fait huit ans de prisons. Il y a huit ans je sortais avec… une fille qui bossait dans une bijouterie. J’étais étudiant en médecine. Il y a huit ans mon frère jumeau était une petite racaille qui se droguait. Mes parents n’étaient pas spécialement fier de lui. Il pouvait venir quand il le voulait à la maison, mais ils lui faisaient des reproches ... De ne pas être aussi sérieux que moi… Il y a huit ans nous avions décidé de partir un weekend au Texas elle et moi.  Décompresser un peu… »

J’eu un sourire amère à se souvenir. J’avais fini par lâcher sa main pour prendre une gorgée de mon Sprite avant de continuer. Je n’osai plus reprendre sa main… Ni la regarder dans les yeux.

« A l’époque je me donnais à fond dans mes études, mais du coup j’accumulais la fatigue. Si je sais que je ne dois pas me réveiller, une bombe aurait pu exploser, je n’aurais rien remarqué. Ce samedi matin e me fis réveiller par des policier. Complètement à l’ouest je ne comprenais rien de ce qui arrivait. Tout ce que je savais c’était qu’Evangeline n’était plus là, qu’un flingue était posé en évidence sur ma table de chevet et que quelques gouttes de sang se trouvaient sur la moquette. Une fois au commissariat on m’exposa les faits : la bijouterie où ma copine travaillait avait été braquée, le gardien avait été abattu et les caméras de sécurité avaient tout filmé. Difficile de différencier des jumeaux sur une vidéo… Mes parents avaient accouru avec un avocat, tous pointèrent mon frère jumeaux mais là le policier sorti un certificat de décès datant d’il y a un moi. Nous étions tous abasourdi. C’est la dernière fois que je vis mes parents. Ils ne vinrent pas au procès. A l’époque je n’avais pas de quoi me payer un avocat seul. Je fus condamné à vie pour avoir cambriolé la boutique, abattu le gardien et probablement abattu ma copine. Elle avait été présumé morte, son sang ayant été retrouvé sur la moquette.  Je ne comprenais pas comment c’était possible. Un double ? Autre chose ? Tout ce que je savais c’était que j’étais innocent. Il y a rois semaine un inspecteur vint me voir. Un accident de voiture s’était produit. Le chauffeur d’une Porche avait été tué sur le coup, sa femme était emmenée aux urgences. Je ne comprenais ce que cet agent me voulais… jusqu’à ce qu’il e montre une photo du conducteur. En gros mon frère jumeaux se la coulait douce depuis huit ans avec mon ex copine, faisant ci et là un braquage de banque pour ne pas s’ennuyer et pouvoir dépenser encore plus. En gros mon frère avait monté un coup de dingue et m’avait fait porter le chapeau alors qu’il e payais la belle vie avec mon ex. »

Je fis une autre pose reprenant une gorgée de mon verre. Je me perdis dans mes souvenirs. La déception de mes parents, la prison, ma libération, Evangeline.

« Je lui faisais confiance… j’ai passé hit ans à penser qu’elle s’était faite tuer… Et là… »

Je relevais les yeux sur elle. Je me relevais de mon tabouret et pris ses deux mains dans le miennes hésitant. La regardant sérieusement, je repris d’une voix grave.

« Écoutes, je… je te demande pas de me sauter dans les bras dans une seconde, ni qu’on se marie demain… mais tu me plais … Tu me plais énormément ! J’aime nos petits messages, j’aime quand tu souris, j’aime le fait qu’on ait des points communs et j’aimerais vraiment qu’on ait une chance… »

Je la regardais dans les yeux cherchant à savoir ce qu’elle pensait, ce que seraient ses réactions. Je me rapprochais doucement avant de reprendre la parole, d’une voix lus douce :

« En sortant j’étais en colère, j’e voulais au monde entier, à la gente féminine aussi ! Et pus je t’ai croisé… toi et tes yeux verts magnifique et j’ai fondu… Tu étais si… »

Je n’arrivais pas à finir ma phrase, étant trop proche d’elle. Mon regard dévia une fraction de secondes sur ses lèvres, mais remonta tout aussi vite. Je voulais savoir si j’avais encore une chance avec elle. Si elle me laisserait l’aimer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   9/8/2015, 18:28

Evelyn se voulait être joueuse sur le coup, mais apparemment sur ce coup, ils n’étaient pas réellement sur la même longueur d’ondes ? Liam lui avait pris la main pour avoir toute son attention… Il semblerait vouloir lui confier quelque chose, quelque chose de grave, peut-être ? La jeune femme était à milles lieux de s’imaginer quoique ce soit, du moins la vérité qui concernait Liam… Elle était un peu perdue… Se tenant toujours droite sur son tabouret, elle le regarda, attentive et toute ouïe.

Quand il lui annonça direct qu’il avait fait … huit ans de taule ? Quoi ? Avait-elle bien entendu ? Pour le moment, Evelyn ne disait rien, abasourdie… ne voulant lui couper la parole de sa tirade. Si elle s’y attendait ? Pour le coup, Evelyn avait l’impression de vraiment attirer les gros lots quand même… mais ne disons rien. N’était-elle pas la mieux placée pour ne pas se fier aux apparences ? Encore un peu, elle aurait bien pris ses jambes à son cou mais non, elle resta plantée là sur ce tabouret, en restant droite, à l’écouter… Tout ça n’avait été qu’un malentendu… Liam avait été victime d’une escroquerie, d’un complot de la part de sa « copine » de l’époque et de son frère jumeau… Comment pouvait-on faire une chose pareille ? Et surtout vis-à-vis de son frère jumeau ? C’était inimaginable… Pour Evy, ça l’était. Comment pouvait-on faire ça à sa propre famille ? Alors qu’elle-même ne se remettait absolument pas la mort de sa propre sœur, se sentant encore responsable et coupable alors pouvoir faire ce genre de complot était inconcevable… Imaginer que l’être aimé n’était plus de ce monde … alors qu’elle se vivait la belle vie et en plus avec son frère ? La pire des trahisons… Evelyn comprenait mieux alors les doutes ou encore son manque de confiance qu’elle avait pu entrapercevoir dans ses textos.

Wouah… quelle histoire…

La jeune femme ne pouvait pas rester insensible à ça, et ça pouvait se voir à travers son regard. Elle était sans mots. Qu’est-ce qu’elle pouvait dire à travers toute cette histoire qui paraissait si invraisemblable ? Le genre d’histoire qu’on pouvait croiser tous les jours !

Quand il se leva de son tabouret et qu’il s’était approché d’elle pour lui déclarer qu’elle lui plaisait, Evelyn bloqua sur ses yeux et elle crut même qu’il irait jusqu’à l’embrasser… comme au garage où il avait bien essayé de le faire mais… il ne l’avait pas fait. Et là, est-ce qu’il le ferait ? Plus ça allait, plus elle pensait à cette idée, bien que ça n’arriva pas… Enfin…

Si … quoi ? Mais n’empêche, Evelyn se demanda sérieusement comment il avait pu voir toutes ses choses en elle… Elle baissa son regard, hésitante.

Tu sais, je ne suis pas aussi parfaite !

Personne ne l’était, de toute manière. Il ne lui avait pas dit qu’elle l’était mais voilà, les faits étaient là. Le fait qu’elle ait failli s’ôter la vie, ça n’avait pas l’air de le déranger et il semblait l’air de prendre comme elle était, elle et … ses démons ? La prendrait-elle s’il savait qu’elle était du genre à se droguer aussi ? Leur vie à tous les deux avait basculé à peu près au même moment puisque l’accident qu’Evelyn avait vécu s’était déroulé il y avait de cela 7 ans déjà.

Qu’est-ce qui ferait dire que je ne te blesserai pas, moi aussi ?

Elle ne retirait pas ses mains des siennes, elle était toujours proche de lui.

J’ai tué ma sœur, balança-t-elle puisqu’ils étaient dans le ton de la confidence, mais elle avait ça sur le cœur, et c’était une chose qui la pesait toujours et encore…. Enfin.. c’est tout comme…. Il y a.. 7 ans… Irene et moi… On avait l’habitude d’aller se promener dans l’Indiana… J’étais au volant. Un chauffard nous a… percuté. Ma sœur n’a pas… survécu. Je ne me le suis jamais pardonnée…

Et pour peu, si ce n’était une chose qu’elle ne confiait jamais à personne. Les seules personnes au courant étaient sa famille, Virgile ou encore Castiel (et cette fois-ci involontairement car la jeune femme avait cru parler à un prêtre à ce moment-là)… Et même si Liam lui disait que ce n’était pas sa faute là, pour le moment, Evelyn n’y croirait pas. Pour elle, c’était comme si elle avait le sang de sa sœur sur ses propres mains. Elle aurait pu éviter cet accident mais non. Il n’y avait pas un seul jour où elle ne pensait pas à sa petite sœur. Après tout ça, ce cher Liam, voulait-il toujours d'elle après ça? Ou non? Il lui faudrait énormément de temps et de chemin pour que la jeune femme ait une meilleure estime d'elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 330
● Date de naissance : 13/02/1986
● Age : 31
● Originaire de : texas
● A NY Depuis : aout 2015
● Emploi/Etudes : Etudiant en Médecine
● Avatar : Joseph Morgan
● DC : Serena Johanson


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   9/8/2015, 22:04

J’attendais qu’elle réagisse. J’avais peur qu’elle prenne la fuite. Qu’elle ne s’en aille et ne veuille plus jamais me voir. Je la comprenais mais ... Je voulais avoir une chance. J’avais plongé mes yeux dans les siens et attendais, bouillant intérieurement de peur. C’est lorsqu’elle me répondit que je comprenais qu’elle ne voulait pas fuir. Me faire mal ? Comment pourrait-elle ? Elle avait fait une tentative de suicide oui mais ce n’était pas comme si elle avait de mauvaise intentions envers moi si ? J’allais répliquer lorsqu’elle entama. Je fronçais les sourcils avant de pâlir légèrement au fur et à mesure qu’elle avançait dans son récit. Un accident … c’était terrible. Elle devait se sentir terriblement coupable. Je la regardais…. Elle avait dus souffrir. La vie était tellement injuste parfois.

Je ne savais trop quoi dire. L’habituel « ce n’est pas de ta faute » ne servirait à rien. Elle se sentait coupable et les gens n’avaient pas du arrêter de lui dire. Je savais que ce n’était pas de sa faute mais je connaissais que trop bien ce sentiment de culpabilité alors qu’il ne devait pas être là. Combien de temps n’avais-je pas passé à me faire des reproches concernant Evangeline ? Pourquoi je n’ai pas pu al protégé ? Pourquoi je n’étais pas la lorsqu’elle en avait eu besoin ? Les questions avaient arrêtés le jour où j’avais appris.  Doucement je lâchais sa main gauche et levais ma main droite. Je lui prenais doucement son menton pour qu’elle relève son beau visage. La regardant tendrement je commençais d’une voix douce :

« Ça n’a pas été facile pour toi… J’imagine que tu as du entendre des « ce n’est pas de ta fautes » de tous les côtés ? Je ne te dirais pas ça… Mais je veux que tu saches que je ne te considère pas comme coupable et que je ne compte pas te fuir. ~j’eus un petit sourire ironique en repensant à ma rencontre avec Virgile. ~ Comme dirait ce cher Virgile, il est trop tard pour moi… Je suis sous le charme ! »

Je passais doucement mes doigts le long de sa joue et essayais un sourire. Je savais que ce sourire n’était pas le plus joyeux. C’était un sourire triste, un sourire d’une personne qui avait connu la peine, mais qui savais que ça allait être mieux un jour. Je continuais d’une voix douce en la contemplant.

« Je n’ai jamais été croyant au sens propre du terme. Dieux, le paradis, l’enfer… Ce sont des termes abstraits pour moi… Mais je crois au destin, au fait que rien n’arrive par hasard et que les bonnes actions se payent, comme les mauvaises qui auront des conséquences… Peut-être qu’on s’est rencontré parce qu’on mérite une chance tous les deux… une chance de remonter la pente, d’aller mieux… De connaître le bonheur… Je veux connaître le bonheur avec toi … Te laisser une chance et … Que tu m’en laisse une aussi. Je veux te montrer le monde, te faire voir à quel point ça peut être beau… Je veux … Simplement… t’aimer… »


Je me perdais dans ses yeux. Je me perdais pour de bon. Elle était si proche… Elle semblait si triste, je voulais tant l’aider… La réconforter. La voir heureuse. Et je voulais tant l’embrasser. Elle ne s’était pas reculée de moi, ni n’avait retiré ses mains. C’était bon signe non ? Une partie de moi était en train de savoir si je pouvais l’embrasser, si c’était correct… l’autre se disait que la pizza allait être froide et qu’on devait peindre aussi. Je pense que ce fut ma dernière pensée cohérente car rien que le fait d’imaginer l’embrasser, là tout de suite… Elle était si proche. Doucement je dépliais mes doigts qui n’avaient jusque-là qu’effleuré sa joue pour pauser ma main cotre celle-ci. Elle avait la peau si douce. Je rapprochais doucement mon corps du sien, au point ou nos torses se frôlèrent à peine. Je la regardais une dernière fois dans les yeux m’assurant qu’elle ne voulait pas fuir avant de me pencher doucement, très doucement vers elle. Je fixais ses lèvres et du déglutir une fois. Mes émotions étaient totalement hors contrôle : une part de nervosité, de peur, d’affection, d’envie, d’amour, de passion… Tout ce mélange firent que je ne me rendis presque pas compte que j’avais ferme les yeux et que j’avais finalement tout doucement posé mes lèvres sur les siennes. Je me reculais de quelque centimètre la regardant dans les yeux.

Le contact avait été bref mais si grisant. Doucement je me repenchais ers elle et fermais les yeux avant de poser mes lèvres sur les siennes, plus longtemps ce coup-ci. Une main sur sa joue je lâchais finalement son autre main, pour passer la mienne doucement sur sa taille. Je bougeais doucement mes lèvres contre les siennes, avant de me libérer une dernière fois. Ce fut la dernière fois que je regardais son visage avant de perdre mon contrôle. Elle était si belle… SI douce… je l’attirais alors doucement à moi, la faisant descendre de son tabouret pour la coller au comptoir tout en reposant mes lèvres sur les siennes, demandant cette fois si tactilement l’autorisation d’un baisé plus poussé. Mordillant doucement sa lèvre inférieure je savourais son corps contre le mien.

Si seulement elle savait à quel point j’étais fou d’elle !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   10/8/2015, 23:32

Pourquoi Evelyn restait là ? Une personne normale n’aurait pas fuie ? Qui disait honnêtement dans ce monde qu’on avait fait de la taule ? Non, Evelyn ne bougea pas d’un poil. Liam paraissait si sincère… Il voulait tenter quelque chose avec elle ? Semblant porter des vues sur elle alors qu’ils ne se connaissaient guère… comme si toute cette histoire pouvait sortir d’un conte de fée… D’un drôle de conte de fée.
En fait, ce n’était pas comme si l’un et l’autre ne savaient qu’il y avait quelque chose derrière leur cicatrice, un lourd secret… Liam lui avait fait partagé le sien …et Evelyn lui fit part du sien naturellement... Elle n’avait vécu ce genre de choses, ce genre de lien comme s’ils pouvaient totalement se …comprendre ? Alors qu’ils n’avaient loin d’avoir vécu la même chose.
Face à son discours, Liam lui avait remonté son visage pour qu’elle puisse le regarder, planter son regard dans le sien… Allez savoir pourquoi mais elle avait envie de lui laisser une chance, elle sentait qu’elle pouvait vivre quelque chose de bien avec lui… Pourquoi ? Parce qu’il avait flashé sur elle ? Oh cela ne signifiait pas que Liam ne lui déplaisait pas non plus… Il était très attractif, et le courant passait plutôt bien. Il lui inspirait confiance et puis la jeune femme cherchait une stabilité émotionnelle… elle cherchait un peu de douceur, d’être aimée… Non, elle ne serait pas folle de se jeter dans les bras de n’importe qui ou du premier venu… A vrai dire, depuis qu’elle avait fait sa tentative de suicide, c’était limite si elle n’avait plus ouvert les yeux sur le moindre mec ou encore avait cherché à rencontrer quelqu’un… Apparemment, on disait que ça tombait tout seul, comme ça quand on s’y attendait le moins ? Sûrement… Comme il le disait lui même, était-ce le destin qui les avait mis à travers leur chemin ? Y’avait-il une raison ? Lui-même avait dit qu’il n’avait plus confiance en la gente féminine… Mais pourquoi elle ? Qu’est-ce qu’elle avait plus que les autres ? D’où sa peur de le blesser… Ne lui demandez pas d’avoir une meilleure d’estime d’elle-même…

Evelyn le voyait s’approcher d’elle, elle ne bougeait point. Elle avait le regard fixé sur lui avec une idée dans la tête et cela semblait être réciproque. La jeune femme était subjuguée entre ses yeux… et ses lèvres… Le temps qu’il s’approche d’elle, elle avait baissé son regard sur ses lèvres qui les siennes n’attendaient que d’être capturé par ses lèvres… Allez savoir pourquoi son cœur se mettait à battre la chamade… D’abord un baiser timide, puis un second… et Evelyn fut assez vite attirée contre lui pour un dernier baiser… elle se trouvait là, debout face à lui, lui qui avait une bonne petite tête de plus qu’elle, il avait une main sur sa propre taille. Quant à elle, elle avait passé ses bras autour de son cou et se laissa plaquer contre le comptoir… Entrainée ainsi, elle passa même ses mains au creux du visage de Liam, savourant ce baiser, voulant que celui-ci devienne un peu plus fougueux, l’autorisant à ce que leurs langues se rencontrent et s’entremêlent... Liam venait de craquer l’allumette du désir. Il était si doux avec elle… si … Restant plaqué contre lui, les mains d’Evelyn descendirent sur son torse avant que ceux-ci finissent leur trajet à la taille de Liam pour passer ses mains sous son tee-shirt pour caresser sa peau… Rapidement, sous ses doigts, elle sentit la cicatrice de Liam…Cela avait peut-être dû faire effet d’interrompre le baiser mais ce n’était pas pour autant qu’Evy retirait sa main.. Cela ne la dérangeait absolument pas… Oh, non. Puis doucement, elle l’aida même à retirer par la suite son tee-shirt pour qu’il finisse torse nu…
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 330
● Date de naissance : 13/02/1986
● Age : 31
● Originaire de : texas
● A NY Depuis : aout 2015
● Emploi/Etudes : Etudiant en Médecine
● Avatar : Joseph Morgan
● DC : Serena Johanson


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   11/8/2015, 12:20

J’étais au paradis. Je sentais ses lèvres une première fois contre les miennes. Contact bref et électrisant. Elle ne me repoussa pas. Une seconde fois ou je glissais ma main sur sa taille fini… Toujours aucun mouvement de recul. Et puis je lâchais prise. Je l’attirais à moi pour approfondir un troisième baisé. Elle avait les lèvres si douces. La peau si douce. Son odeur m’envoutait. Je sentais ses bras passer autour de mon cou. Ce n’était pas un signe comme quoi elle était contre ? Non ! Le baisé s’approfondi et je sentais sa langue venir à la rencontre de la mienne. Plaqué ainsi contre le comptoir elle ne pouvait être plus désirable. Ma main alla rejoindre la première sur sa taille, la serrant contre moi. Je ne voulais plus qu’elle s’en aille. Même si je savais que je ne la forcerais jamais à faire quoi que ce soit… En ce moment je voulais qu’elle reste.

Alors que le baisé devenait de plus en plus fougueux je sentais, au bord de la conscience ses mains bouger. Lorsqu’elle les glissa le long de mon torse je frémis et gémis contre sa bouche sans pour autant la laissé s’échapper. Huit ans sans toucher ni regarder un corps de femme ... Huit ans loin de tout désir… Et voilà que j’ai un coup de foudre pour cette sublime créature… Cette femme était juste sublime, désirable, douce, fragile… Et j’en étais dingue ! Je me reculais légèrement d’elle lorsque ses mains caressèrent ma peau sous mon haut. Ma respiration était saccagée, mon cœur battait la chamade et je n’étais pas e état de réfléchir. Je plongeais mes yeux dans les siens et murmurais d’une voix rauque de désir :

« Evelyn… »

Ce n’était pas une menace, ni une invitation ou autre… Je voulais juste murmurer son prénom. Le prénom de cette femme qui m’enchantait et qui était mienne en ce moment. Ne tenant plus je replongeais sur ses lèvres. L’embrassent lentement mais sensuellement au début avant d’approfondir encore une fois. Je sentais sa main caresser mes cicatrices. Inconsciemment j’avais passé une main dans le bas de son dos. Elle avait la peau si douce. Cela ne me dérangeait pas qu’elle voie ou touche mes cicatrices. C’était plus sa réaction face à leur histoire qui me terrifiait. Mais elle ne semblait pas avoir fuis… Je ne compris pas l’enchainement de la suite, mais tout ce que je compris c’est qu’elle m’enleva mon t-shirt et que je la plaquais contre moi pour reprendre ses lèvres dans un baisé fougueux et emplis de désir. Je gémis contre elle. Une main toujours dans le bas de son dos, l’autre descendait le long de sa hanche. Je la laissais passer sur sa hanche avant de relever doucement sa jambe pour la caller contre la mienne. Je laissais mon autre main remonter le long de son dos, sous son t-shirt, et je pouvais m’empêcher d’à la fois la serrer contre moi et de la presser contre le comptoir.

Elle me faisait de l’effet. Un effet monstre. Et elle devait bien le savoir vu la manière dont mon bassin était collé au sien. Entre deux baisés fougueux je passais ma main vers l’avant de son buste, caressant sa poitrine légèrement entre les deux tissus avant de la descendre le long de son ventre pour finalement m’emparer de son autre cuise. La relevant d’un coup je la fis asseoir sur le comptoir avant de lui retire son t-shirt à son tour, non sans avoir en tout premier lieu balayer le comptoir de mon bras envoyant balader je ne sais plus tout quoi au sol. Je ne me contrôlais plus. Je la voulais là. En ce moment même. Elle était si désirable. Alors que ma bouche était passée de la sienne à sa nuque pour la mordiller et suçoter doucement une de mes mains était passée sous son genoux, tandis que l’autre caressais a cuise. Je laissais alors doucement ma main glisser entre son short et sa peau, du côté extérieur de sa cuisse. Je laissais mon autre main retrouver sa place dans le bas de son dos pour l’attirer encore plus contre moi et reprendre ses lèvres en otage. Elle était si belle… Je finis par murmurer entre quelques baisés, d’une voix rauque.

« Si tu savais comment je te désire… Tous les soirs à te voir… Si proche et si inaccessible ! »

Je l’embrassais encore et alors que j’avais retrouvé ma place au creux de son cou, je me rendis compte de ce qu’on faisait. Elle était là à moitié nue sur mon comptoir. Je … je ne voulais pas… pas comme ça…. Elle méritait quelque chose de plus doux, de plus réfléchis. Me reculant d’elle je plongeais mon regard dans le sien. Mon désir était toujours présent…. Et elle devait encore le sentir vu notre positon mais il ne fallait pas … Pas comme ça. Doucement je repris mes esprits, la regardant toujours. Je bougeais ma main droite, toujours sous son short sur sa cuisse, pour doucement caresser sa joue.

« Je ne peux pas… Tu mérites tellement mieux qu’un comptoir de cuisine… Tu mérites qu’on prenne le temps de vénérer ton corps, de t’aimer comme il le faut… Tu mérites tellement plus que juste ça ! »

Je la contemplais tendrement, reprenant doucement mes esprits et ma respiration.  J’allais finir frustré… Très frustré. Spontanément et sans réfléchir je lui fis part de mes pensées sans vraiment m’en rendre compte.

«  Des douches froides je peux en prendre quand je veux pour me calmer mais te vénérer… Te montrer à quel point je t’aime … C’est quelque chose d’unique ... Si jamais… Je veux que ce soit unique… Je ... »


Je ne trouvais plus mes mots plongé dans ses yeux verts. Doucement je m’approchais d’elle et collait mon front contre le sien. Souriant doucement je pris la parole.

« Tu mérites quel chose de beau, de tendre… Des bougies, des pétales de roses…Quelque chose de romantique ... Tu mérites d’être aimé comme une femme… Je ne veux pas que la première fois entre nous, si jamais il y aura, se fasse comme ça sur un comptoir. Je veux que la première fois soit le reflet de ce que je ressens vis-à-vis de toi ! Je veux t’aimer Evelyn… Je veux t’aimer et que tu me laisse une chance de te le montrer tous les jours ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   11/8/2015, 18:55

En venant ici, Evelyn ne s’attendait pas à ce que ça se déroule ainsi et aussi vite. Elle s’était imaginée qu’ils mangeraient cette pizza tranquillement avant de s’attaquer à la peinture. Elle n’avait pas envisagé que d’entrée, Liam lui parlerait à cœur ouvert… se voulant être honnête, jetant les dés du jeu à ses risques puérils…

Ce n’était pas pour autant qu’Evelyn s’en allait… Non, elle restait plantée là… L’idée qu’il la prenne là sur le champ, là, toute suite… Son corps contre le sien, bouillonnant… Ils étaient perdus, prêt à s’envoyer en l’air. Tout contre lui, Evelyn sentait son désir qu’il avait pour elle et il n’y avait sans aucun rien de plus excitant… Elle lui avait enlevé son tee-shirt, elle pouvait désormais voir ses cicatrices… Oh, ne vous inquietez pas, ce n’était pas ce qui lui faisait peur. Ca faisait parti de lui, non ? Et ce n’était pas ce qui rendait attrayant et… attirant chez un homme ? Evelyn sentit les mains de Liam passé sous son tee-shirt, la caressant et montant jusqu’à sa poitrine. Cela la fit frissonner, comme ses baisers qui parcouraient sa nuque. La jeune femme gémit face à ça, en même temps qu’elle passa une de ses mains dans la chevelure de Liam et pendant que la deuxième caressait son dos. Elle sentit également la main de Liam par la suite passer sur sa cuisse.. cherchant par la suite à la faire grimper sur ce comptoir de la cuisine. Oh soudainement, ça en deviendrait presque torride à le voir là, tout dégager ce qu’il y avait ce comptoir pour ensuite la réembrasser et lui faire l’amour, ici, là, maintenant. Il lui avait également au passage son haut, la laissant alors en joli soutif blanc. La jeune femme avait toujours une belle petite collection de lingerie… Elle ne vivait pas sur l’or mais c’était limite si elle ne lâchait pas une grosse partie de son fric dans les vêtements, pas forcément des vêtements de luxe et cher mais au moins de beaux vêtements et surtout de magnifiques sous-vêtements… Hey ! Chacun son truc !

Tu m’as là… murmura-t-elle entre deux baisers, quand il lui fit qu’il la désirait… qu’il lui fasse l’amour là, sur le champ… Elle voulait se sentir partir, elle voulait se sentir bien, libérée… elle cherchait ce bien-être, la rendant un peu plus forte, oubliant un peu toutes ses peines. Elle voulait être aimée, désirée et c’était ce que Liam lui offrait sur un plateau d’argent.

Bizarrement, Liam s’arrêta dans ses mouvements. Pourquoi ? Pourquoi il ne pouvait pas la prendre là ? Lui faire l’amour, ici, maintenant ? Qu’est-ce qui n’allait pas ? Parce qu’elle ne méritait pas d’être prise là ? Parce qu’elle mérite mieux ? Mieux quoi ? D’être mise sur un piédestal ? Qu’importait le lieu où elle pouvait être prise : un confessionnal, un tapis, un ascenseur… N’était-ce pas l’acte qui comptait ? Depuis plus d’un peu plus d’un an, depuis son arrivée à New York, Evelyn se comportait comme un bateau échoué, se laissant aller au gré du vent, perdant toute notion, toute estime qu’elle avait pour elle, tout respect à son sujet…Pourtant, l’idéal aurait été ces pétales, ces bougies mais ça ne se passait que dans les films, n’est-ce pas ? A ces choses-là, Evelyn avait cessé d’y croire… Elle avait toujours été rêveuse et fleurs bleue de ce côté-là, mais allez savoir pourquoi mais tout ceci venait la fouetter en pleine figure. Durant tout ce temps, elle avait oublié qui elle était réellement… Elle s’était transformée en quelque chose dont elle n’était pas, elle était souillée, se jetant dans les bras des premiers venus… Non, ce n’était pas elle… mais c’était ce qu’elle devenait. C’était ce qu’elle était devenue… Les larmes aux bords des yeux, silencieuse, le front contre le sien, elle avait les mains au creux du visage de Liam… Non, elle ne méritait absolument pas tout ça.

Je ne mérite pas tout ça, Liam… Je ne suis pas digne de tout ça, ni de ton amour !

Elle le poussa pour descendre du comptoir et en profita pour remettre son tee-shirt sur elle, restant encore là mais encore un peu, elle se demandait si elle ne devait pas prendre la fuite… comme elle avait pris l’habitude de le faire depuis … depuis un moment… lorsqu’elle se sentait effrayée. Malgré tout ce qu’il avait pu lui dire, le fait qu’il lui plaisait, la trouvant magnifique, avec une certaine facilité, elle ne pouvait pas changer d’opinion qu’elle avait d’elle-même du jour au lendemain…Les larmes menaçaient de couler. C’était bête de pleurer pour ça, si ? Evelyn avait toujours été sensible. Elle croisa les bras, recroquevillée sur elle-même.

Tu es quelqu’un de bien Liam… Il y a tellement de filles, comment tu peux êtres sûr que je suis celle qui te faut...

Elle ne voulait pas être sauvée ou si ce n'était autre qui chose qui l'empêchait de vouloir, mériter ce bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 330
● Date de naissance : 13/02/1986
● Age : 31
● Originaire de : texas
● A NY Depuis : aout 2015
● Emploi/Etudes : Etudiant en Médecine
● Avatar : Joseph Morgan
● DC : Serena Johanson


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   11/8/2015, 20:13

J’avais dérapé ... Nous avons dérapé. Alors que je comblais sa nuque elle répondu à mes murmures. Oui je l’avais… Une vois me murmura : pour combien de temps ? Mais bin vite je fus perdus dans un tourbillon de désir, d’envie t de luxure. Sa peau contre la mienne. Son buste contre le mien… Le goût de ses lèvres, de sa peau, son souffle contre le mien… J’étais perdu. Mes sens étaient aiguisés, enregistrant tous ce qui se déroulait à l’instant et pourtant j’étais déconnecté de la réalité. Plus ne rien ne comptais qu’elle contre moi.

Je la voulais tant… mais pas que juste sur ce comptoir. Je voulais plus. Je voulais des roses pour elle, lui prendre la main, la faire rire, la prendre contre moi tendrement. Je ne voulais juste un coup vite fais. Je voulais à la fois prendre mon temps à la fois sauter les étapes et déjà lui promettre les étoiles dans le ciel. Je voulais la vénérer. Mis j’avais peur ... peur qu’ne allant trop vite je ne pourrais pas avoir l’occasion de le faire. Je voulais être spécial à ses yeux ... être le seul à lui prendre la main… Le seul à faire briller ses beaux yeux verts. Le seul …  Je m’arrêtais et exprimais les désirs de mon cœur. Les mots franchirent mes lèvres ... ce n’étaient pas des discours préparés, ni raffinés ... Juste ce que je ressentais au plus profond de moi. De la sincérité à l’état pur. Pas de mensonges, n de faux semblant. Je n’en pouvais plus des mensonges. Depuis que j’avais appris pour mon frère je m’étais juré de ne plus jamais mentir. De dire la vérité à chaque instant.

Front contre front j’attendais sa réponse. Une main toujours contre sa joue, l’autre sur le bas de son dos. J’avais touché … j’avais gouté… et maintenant je ne pourrais probablement plus jamais m’en passer. Je plongeais mon regard dans le sien et y décelais des larmes. Mon estomac se tordit. J’avais foiré ? J’essayais de comprendre ce que j’avais dit de mal mais à part mon ressentis… C’est lorsqu’elle prit la parole que je compris. Et cette information me fit mal. Qu’était-il donc arrivé pour que tu penses ça ? Je n’eus pas le temps de répliquer qu’elle me repoussa doucement. Je reculais alors de deux pas, la regardant descendre du comptoir, torturé de l’intérieur je ne pouvais rien dire. Le désir avait laissé la place à de l’incompréhension, de la tendresse... j’avais temps envie de lui hurlé que si ! Elle avait droit à tout ça ! Je voulais qu’elle ait tout ça. Mais je ne connaissais que ce genre de comportement. Je la voyais alors la devant moi, les larmes aux yeux, recroquevillée et dans un état de détresse.

J’avais alors vers elle alors qu’elle parlait. Doucement je remis une mèche derrière son oreille et en profitais pour prendre son menton entre mes doigts et tendrement remonter son visage ver le mien. Lui dire qu’elle avait tort ne servirais à rien. Elle ne me croirait pas. Je lui fis un sourire tendre avant de doucement répondre à sa question.

« Parce que j’ai envie que tu sois celle-là ! Je t’ai déjà dit que je croyais au destin… Le jour où je suis venu te dépanner … je t’avais déjà vu le matin. Tu sortais du Brooklyn Muséum. J’étais arrêté aux feux rouge sur ma moto… Et là tu as traversé le passage à piétons te tout ce que j’ai pu penser en te voyant c’était : wow ! Tu étais … Rayonnante. Je … J’ai vraiment flashé à ce moment-là… Durant le reste du trajet jusqu’au garage je n’ai pas arrêté de penser à toi. Et le reste de la journée aussi. Vers l’après-midi je me rendis compte de la taille de New York… Les chances e te revoir étaient si minces… Et pourtant… Ce soir-là c’était toi au bord de la route… Toi et pas une autre ! »

Je baissais mon regard un instant souriant nostalgique avant de la regarder, passant doucement ma main libre sur la sienne, caressant le dos de sa main avant de glisser mes doigt dans celle-ci et d’exercer une pression.

« Et puis on s’est écrit. Avec ton numéro entre les mains je ne pouvais faire autrement… Et ce fus de pire en pire tous les jours. Je me couchais impatient de pouvoir me réveiller le lendemain et pouvoir continuer à t’écrire. Je suis devenu accro à nos jeux texto, au fait qu’on s’envoyait des petits sms  pour commenter ce que l’autre faisait sans méchanceté juste comme ça… Si aujourd’hui je te veux toi et pas une autre c’est parce que tu es tellement plus que ce que j’avais attendu… Tu es tellement plus que ce que j’avais imaginé aimer un jour.  Je me fiche de savoir si tu es celle qu’il me faut ou pas ... tu es celle que j’aime déjà et que je veux vénérer tous les jours… »

Je lui fis un sourire tendre avant de finir ma tirade en murmurant, tout en la regardant dans les yeux :

« … Avec des pétales de roses et des bougies ! A toi de voir si c’est ce que tu veux ! »

Je ne la forçais. Ce n’est pas parce que moi je veux lui dédier mes journées qu’elle le voudrait aussi. Elle était libre de refuser, de partir quand elle le voulait. Je savais juste que si elle partait une part de moi ne s’ne remettrais probablement jamais. Pourquoi me mètre une telle créature sous mes yeux si ce n’est pour l’aimer ? Je la contemplais penchant un peu ma tête à gauche. Elle était si belle et si vulnérable à la fois. Doucement je passais mes doigts sur sa joue avant de me reculer d’un petit pas. Tendant mon bras, je lui offrais ma main.

Plongeant mon regard dans le sien je voulu prendre la parole mais je ne saurais exprimer ce que je ressentis en ce moment même. Elle était fragile et devant moi. Si elle avait fuis plus tôt je l’aurais rattrapée certainement pour lui demander ce qu’elle avait, pourquoi elle ne me laissait pas l’aimer. Mais elle n’avait pas fuis. Je comprenais son mal être. Ce mal qui ronge les gens qui ont un passé chargé. Un passé teinté de noir et de gris… Ces gens qu’on ne pouvait convaincre avec des « mais non ce n’est pas vrai », des « tu le mérites/ mérites mieux ». Ces gens qui ne croyaient plus en des phrases classiques, qui doutaient de chaque bonne action qui leur arrivait. Je savais que je n’avais aucune chance de la gagner de la sorte il fallait qu’elle me laisse une chance… Une chance de la faire rire, de la rendre heureuse, de lui montrer la vie.

Il fallait qu’elle choisisse de son plein gré d’être aimée. D’où ma main tendue. Je n’abandonnerais pas facilement même si elle n’acceptait pas ma main, mais je voulais savoir… savoir si elle allait me donner ma chance. Si elle voulait… de mes pétales de roses et mes bougies.

......................................................................................................................................................

     


Présentation                 Relations               Topics
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   12/8/2015, 21:32

Encore un peu, Evelyn avait cru être dans un rêve, dans une bulle où elle pouvait se sentir rassurée, réconfortée, aimée… ou tout simplement où elle se sentirait en sécurité, lui offrant une stabilité dans sa misérable vie. Depuis le temps qu’elle cherchait un phare qui pourrait l’éclairer, la guider et qu’elle ne devienne plus ce bateau qui tanguait de part et d’autre.

Leur moment avait si bien commencé et directement avait pris cette tournure qu’Evelyn n’aurait jamais imaginé. Imaginant qu’ils pourraient éventuellement à se tourner autour, apprendre à se connaître et y aller progressivement… Ca aurait pu s’il ne l’avait pas embrassé ou pire tout stopper quand ils étaient partis pour s’envoyer en l’air… Ca aurait été un peu mieux si rien n’avait été … stoppé ? Ecoutant ce qu’il lui racontait, ce qu’il ressentait depuis qu’il l’avait rencontré, ou plutôt vu… sur ce passage piéton. Oui, elle se souvenait de cette journée, si… Il l’avait déjà repéré… un peu plus tôt durant cette journée où elle ne l’avait vu…

Evelyn avait les larmes au coin des yeux. Elle avait dû mal à croire que ça lui arrivait… Elle rêvait d’une romance pareille, vivant par procuration, se doutant que ceci était totalement irréel, que ce n’était pas possible… ou du moins que ça ne lui arriverait tout simplement jamais. Pas pour elle… Qu’est-ce qu’il pouvait voir de bien en elle … Qui n’avait jamais rêvé d’entendre ce genre de chose ? N’était-ce pas trop beau pour être vrai ? Pourtant lorsqu’il lui prit la main, cela la ramena à la .. réalité ? Liam était vraiment un fou, ça devait être ça ! Il était fou de lui faire ça…

Je…

Le regard posé sur lui, elle pouvait voir Liam attendait une réaction de sa part, tendant sa main… Certes, il ne lui forçait à rien mais elle ne voulait pas non plus lui donner des espoirs. Elle ne savait plus trop ce qu’elle voulait.

Pourquoi tu me dis tout … ça ? … Maintenant ?

Elle passa une main sur sa propre joue pour empêcher une larme de couler… elle eut presque un rire nerveux face à sa question possiblement idiote. Elle soupira pour essayer de se remettre de ses émotions et… elle récupéra sa main tendue et de l’autre, elle le mit sur la joue de Liam.

Je.. ne peux rien te promettre… Je….j’ai besoin de temps.

Et…. ce vous n’imaginez pas l’effort que c’était venant d’elle... Elle ne le repoussait pas non, mais ... c'était ainsi ce qu'elle ressentait pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 330
● Date de naissance : 13/02/1986
● Age : 31
● Originaire de : texas
● A NY Depuis : aout 2015
● Emploi/Etudes : Etudiant en Médecine
● Avatar : Joseph Morgan
● DC : Serena Johanson


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   13/8/2015, 01:04

Pure. Tant de révélations en si peu de temps. Moi qui avais pensé passer une journée calme à rire et peindre. Nous aurions appris à nous connaître petit à petit, nous aurions ris, nous aurions joués. Une bataille de peinture aurait certainement éclaté, je l’aurais poursuivi après qu’elle m’ait foutu un pinceau de peinture sur mon haut. Nous aurions fait le tour du comptoir, nous aurions ris aux éclats, j’aurais réussi à l’attraper par la taille. Je l’aurais fait tourner avant de la retourner pour qu’elle soit face à moi. Nous nous serions souris ... j’aurais caressé sa joue… Nous nous serions rapprochés de plus en plus… Et je n’aurais pas pu l’embrasser. Je n’aurais pas pu lui montrer que je l’aimais …. Nous nous serions retrouvés au même point que maintenant. J’aurais déballé mon histoire. J’aurais été sincère dès le début voulant m’assurer qu’elle sache avec qui elle risquait de s’engager.

J’étais peut-être romantique et ridicule là devant elle à avoir tout déballé. Sur mon passé, mes sentiments, mes pensées… mais c’était plus fort que moi. Je voulais de la sincérité. Pas comme avec Evangeline ... je voulais la vérité, pas de faux semblants, être moi, avec mon passé et ma personnalité. Je paraissais probablement pour fous à me reculer et lui tendre la main. Et puis bon je paraissais pour un fou depuis le début non ? Du coup j’attendais. J’attendais qu’elle se décide ou pas à e suivre dans ma folie. La main tendue j’attendais.  Je rigolais en même temps qu’elle à sa question mais ne répondis pas de suite, lui faisant un petit sourire désolé. J’eu un pincement lorsque je la vi passer une main sur sa joue… Des larmes… Non…

Je ne voulais pas qu’elle pleure. Ce n’était pas le but. Mais je devais lui laisser le choix. Elle devait me dire si elle acceptait ma présence auprès d’elle ou non, ce qu’elle fit finalement. Je sentais un poids s’enlever de mes épaules alors qu’elle prenait ma main. Son autre main vint se poser contre ma joue et ce contact fut si agréable que je fermais les yeux un moment. Elle avait la peau si douce. Je rouvris les yeux et lui souriais doucement. Je serrais sa main tendrement et l’attirais plus proche de moi. Je la contemplais alors qu’elle me regardait et lui fis un sourire tendre. Doucement je me penchais pour lui faire la bise avant de la regarder dans les yeux :

« Ne t’en fais pas. Je comprends ! »

Je ne lâchais pas sa main mais me rapprochais d’elle, passant une main sur sa joue, la laissant là, pour ensuite poser doucement mon front contre le sien. Elle pouvait reculer à tout moment. Doucement je prenais la parole :

« Pour répondre à ta question… Pourquoi je te sors tout ça maintenant ? Parce que j’ai passé huit ans à me ronger de l’intérieur parce que je pensais ne pas avoir été là pour elle… Ne pas avoir pu lui dire une dernière fois je t’aime … Parce que je veux que tu saches avec qui tu t’engages. Je veux que tu saches ce que j’ai vécu, pourquoi, ce que je ressens, ce que je suis. Je ne veux pas qu’un jour tu te réveilles ne te demandant si je ne suis pas quelqu’un d’autre que ce que je prétends être. Je veux… Je veux si jamais tu m’en laisse l’occasion, pouvoir me réveiller un jour à tes côté, heureux de t’avoir dit la vérité depuis le début, ne pas à avoir peur que tu découvres mon passé, ne pas avoir peur de te perdre parce que je n’ai rien dis, ne pas me réveiller emplis de remords. »

Je passais doucement mon pouce sous son œil de sort à effacer les traces de larmes pour de bon. Je lui fis un petit sourire rassurant avant de me reculer légèrement, gardant toujours ma main dans la sienne et mon autre sur sa joue.

« Je suis désolé si tout est si soudain… je … je ne savais juste pas comment faire autrement. Je voulais que tu saches… Enfin... Que tout soit clair… Désolé si c’était trop brutal. »

Je la regardais dans les yeux et me perdais dans ses magnifiques yeux verts. Elle était si belle, si douce. Je lâchais doucement sa main pour poser la mienne sur sa joue effaçant aussi la des traces de larmes sous ses yeux. Je penchais doucement ma tête souriant timidement et après avoir lâché son visage je ne savais plus que faire de mes mains. Je prenais donc les siennes. Merde elle me rendait dingue. Ca voulait dire quoi prendre son temps ? Genre ne plus se voir ? Etre proche mais sans plus ? Apprendre à être proche petit à petit ? Je ne posais les milles questions que j’avais et me contentais de faire un petit sourire.

« Tu n’es pas obligée de rester pour la peinture si tu ne veux pas. Je pense que je ne serais pas en état de peindre de toute façon ! »

Je la regardais toujours avec ce sourire. Je voulais tant retrouver le gout de ses lèvres. Alors que je déglutis doucement mon regard voyageât de ses yeux à sa bouche. J’en avais tant envie. Ressentir son souffle contre ma peau… Ses lèvres sur les miennes. Un frisson me parcouru le dos et je me rendis compte que j’étais toujours torse nu face à elle. Faudrait peut-être que je m’habille non ?

......................................................................................................................................................

     


Présentation                 Relations               Topics
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   13/8/2015, 22:25

Comment réagir face à ce genre de déclaration ? Evelyn tombait des nues. Elle n’avait pas les mots, ni ne savait exprimer ses sentiments avec autant de facilité. Ce genre de choses ne lui était jamais arrivé, qu’on puisse lui accorder autant d’importance alors qu’ils ne se connaissaient à peine, voire quasi pas du tout. Il ne connaissait pas grand-chose d’elle : à part peut-être là où elle bossait désormais, au musée de Brooklyn, que sa couleur préférée était le mauve, qu’elle aimait beaucoup le thé ou encore qu’elle était plutôt du genre comédie romantique… Enfin allez savoir ce qu’il avait pu également remarquer d’autres puisqu’ils passaient leur temps à se surveiller par la fenêtre et à s’envoyer des textos.

Là, à le voir la toucher, lui sécher ses larmes tout en racontant qu’il ne voulait pas de faux-semblant, qu’il voulait qu’elle sache qui il était réellement d’entrée, qu’il ne voulait absolument rien lui cacher comme si déjà, ils étaient devenus un couple… ou plutôt il lui disait ça pour qu’ils en deviennent un… Tout était clair à son sujet. Il avait eu le temps de méditer un peu tout ça durant toutes ces années avant de découvrir que son frère jumeau et cette Evangeline s’étaient littéralement foutus de lui…

Je…Qui dit que je ne serais pas comme cette Evangeline …

Elle était pleine de doutes, ne pouvant s’en empêcher…Elle leva les yeux vers lui, mais elle n’avait pas tort. Certes, il avait flashé sur elle et pour tout ce qu’il voyait et remarquait chez elle semblaient lui plaire et… oui, il lui avait dit que si elle lui laissait une chance mais qui savait si en le lui accordant, elle ne finirait pas par le blesser. Il venait de lui relever le cerveau à l’envers… Comme quoi s’ils s’étaient rencontrés, ce n’était que pour remonter la pente tous les deux, que c’était comme si c’était leur destinée…

Je suis désolée.

Bon, ce n’était pas comme si elle le rejetait ou mieux encore, il n’était pas en train de lui demander en mariage… mais elle avait besoin de reprendre un peu ses esprits-là. Liam avait décidé de la surprendre sur ce coup. Elle passa ses mains dans ses cheveux. En plus, il restait là tranquillement torse nu face à elle et … un homme ne l’avait jamais perturbée ainsi, et comme ça… Il existait des hommes qui ne souhaitaient pas profiter d’elle.

Personne ne m’a dit ce genre de choses !

Et encore là ! Elle ne savait que faire ? Se jeter sur lui ? L’embrasser ? Le violer sur place ? Il n’avait pas honte de la faire tourner ainsi ?

Le pire, c’est que tu me plais beaucoup, Liam ! lâcha-t-elle, toujours dans les mêmes émotions que précédemment, dans tous ses « états ».

Elle n’était pas du genre très loquace ou à faire de grands discours sur ce qu’elle pouvait ressentir ou non mais au moins, elle exprimait son ressenti car oui, Liam était un homme plein de charme... mais il ne fallait pas trop lui demander là, sinon dans ce cas, il le faudra quand elle aurait les idées un peu plus claires. Elle se rapprocha de lui pour qu’il la prenne dans ses bras, et par ce geste, en quelque sorte, cela démontrait qu'elle ne souhaitait pas partir de suite, mais également indirectement qu'elle lui laissait sa chance...
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 330
● Date de naissance : 13/02/1986
● Age : 31
● Originaire de : texas
● A NY Depuis : aout 2015
● Emploi/Etudes : Etudiant en Médecine
● Avatar : Joseph Morgan
● DC : Serena Johanson


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   14/8/2015, 12:19

J’avais parlé. J’avais beaucoup parlé. J’avais eu peur aussi. Peur du rejet. Peur de me jeter dans quelque chose qui me dépassais.  Comme la peur de se jeter dans une piscine, sans savoir s’il y a de l’eau ou pas. Evelyne était celle qui devait s’assurer qu’il y aurait de l’eau, moi je devais m’assurer de sauter. C’était idiot quand même comme métamorphose… Faudrait peut-être que je trouve autre chose. J’effaçais ses larmes, je la prenais contre moi. J’avais besoin de l’avoir contre moi. De lui caresser la joue, de lui prendre la main. Elle était si belle et ses yeux…

J'eus un sursaut de rire lorsqu’elle me parla d’être comme Evangeline. Non elle ne l’était pas. Ma main toujours sur sa joue, je caressais celle-ci de mon pouce en lui souriant.

« Je ne pense pas que tu sois comme elle. Si tu étais comme elle tu aurais déjà cherché à profiter de plusieurs situations, tu n’aurais pas demandé du temps… SI tu étais elle, tu ne serais pas aussi fragile… Aussi douce… »

Je me reperdais dans ses yeux. Elle était si belle. Ok ok je me répète. Mais merde je préférais me focaliser sur ce qu’elle dégageait niveau charisme, que de repasser à qu’elle point elle savait bien embrasser et se rendre désirable une fois assise sur un comptoir ! Ah ça y est je risquais de déraper. Lui souriant toujours j’essayais de me calmer alors qu’elle s’excusait. Je pris son visage en coupe et le remontais, lui souriant :

« Tu n’as pas besoin de t’excuse ! Je comprends que … Fin … Ça doit être énorme à encaisser. »

Je fis un sourire d’excuse. Ah ben parfait, je l’ai traumatisée. Moi qui voulais juste être honnête. J’allais repartir dans mes paroles pour me répandre en excuses, lui faire comprendre qu’elle n’y était pour rien. Que c’était moi qui la forçait en quelque sorte, mais que d’un autre côté je ne voulais pas la forcer, je voulais juste qu’elle sache. J’allais lui dire tout ça, lorsqu’elle enchaina. Je ne pus m’empêcher de sourire. Non mais désolé, fierté masculine obligé. Je souriais du coup avant que mon sourire ne devienne légèrement plus triste.

« Jamais personne ne t’as dit la vérité ? Ne t’as dit vouloir construire quelque chose sur des bonnes bases ? Que tu as de beaux yeux ? Que tu es une femme superbe ? Que tu mérité de savoir dans quoi tu t’engages ? Ecoutes je… je sais que j’ai beaucoup parlé aujourd’hui, que je t’ai avoué pas mal de trucs… Mais je sais que ... Quoi qu’il advienne de ta décision, tu sais qui je suis. Si jamais … Si jamais tu nous laissais une chance je sais que je n’aurais pas besoin de cacher des trucs, ni d’inventer des histoires pour couvrir les huit dernières années, ni à mentir concernant mes cicatrices. Je sais que si jamais on sortait ensemble et que ça n’irais pas ... Ce ne serait pas à cause de mensonges. »

C’est à ce moment qu’elle reprit la parole. Je lui plaisais… je lui plaisais ! Je lui fis un petit sourire. Pure je craquais totalement sur elle. Je trouvais innutile de lui dire qu’elle me plaisait aussi, vu tout ec que j’avai avoué elle devait bien s’en rendre compte. Du coup jeremis n mèche de cheveux derrière son oreille avant qu’elle ne se serre doucement contre moi. Mon cœur se mit à battre légèrement plus vite. Au début étonné, je ne bougeais pas les deux premières secondes avant de doucement passer mes bras autour d’elle. Je la serrais doucement contre moi. Plus petite j’eau l’occasion d’enfuir mon visage dans ses cheveux. Doucement je penchais ma tête et embrassais le haut de sa tête doucement avant d’enfuir finalement, tout aussi doucement mon visage dans ses cheveux. Elle sentait bon. Intérieurement je sautais de joie, plus heureux et fier que jamais. J’avais une chance. Extérieurement je démontrais de la tendresse et du calme. Doucement je murmurais :

« Prends tout le temps qu’il te faut ! Je serais toujours là. »

Je resserrais alors un peu mon étreinte autour d’elle avant de ne plus bouger. Je savourais son corps contre le mien. Pas d’un aspect sexuel mais juste… La savoir là contre moi, qu’elle me donne une chance, qu’elle donne une possibilité à un « nous » d’émerger… Une chance d’être heureux. De vivre ma vie. Et elle me la donnait.

......................................................................................................................................................

     


Présentation                 Relations               Topics
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: You're in my mind ! [Liam - Terminé]   14/8/2015, 23:35

Liam lui assura qu’elle n’était pas comme elle. Comment pouvait-il en être aussi sûr depuis le temps qu’ils se connaissaient ? Quelles situations ? N’avait-elle pas essayé de profiter de lui tout à l’heure sur le comptoir ? Il la voyait aussi fragile ? Elle se haïssait pour ça car justement elle voudrait être plus forte…

Si on ne lui avait jamais dit ce genre de choses, c’était le cas. Qui s’intéressait à sa véritable nature ? On lui avait déjà complimenté sur son apparence, qu’elle était une magnifique jeune femme, on l’avait déjà dragué et parfois dans l’idée d’avoir un coup d’un soir, mais de là à avoir une relation sérieuse ? Ces relations sans lendemain ne l’avaient pas jusque-là énormément dérangés, comme sa relation avec Castiel, si ce n’était pas pour lui permettre d’oublier ses sentiments qu’elle avait portés à son cousin par exemple, mais ne vous en faites pas, celui-ci avait désormais « disparu » de sa vie.

Malgré tout ça, elle se demandait pourquoi elle ? Pourquoi elle plus qu’une autre ? Pour qu’elle mérite avoir cette vérité, cette envie à ce qu’on la rende heureuse sur le champ ? Liam était vraiment doux avec elle, attentionné… Certes, on pouvait la prendre pour une folle à faire confiance à un ex-taulard (mais elle ne voyait que le meilleur des gens)… Il lui paraissait si… sincère. Il était vraiment plaisant à regarder, et pas que… Méritait-elle un homme pareil ? S’engouffrant dans ses bras, elle profita de ses bras protecteurs qui lui mit un peu de baume au cœur. Liam était si tendre. Au bout d’un moment, Evelyn s’écarta quelque peu.

Il faut que je m’en aille.

A ces dires, Evelyn pouvait remarquer que le sourire de Liam s’effaçait mais elle le rassura.

Mais ne t’en fais pas. La pizza n’est que partie remise ! fit-elle avec un petit sourire amusé et un éclat de bonheur dans les yeux. Un petit peu d’humour ne faisait pas de mal…

Ses propres dires rassurèrent Liam. Son sourire revenait ses lèvres. C’était mieux ainsi. Elle préférait le voir sourire ainsi parce qu’il était si … sexy. Son regard planté dans le sien, elle ne savait si elle devait l’embrasser ou … Elle s’approcha de lui et lui fit une bise sur sa joue, bien que cette bise était assez proche du coin de ses lèvres… Puis elle s’écarta de lui, lui tint la main, faisant une petite friction dessus. Puis s’en alla doucement, quittant alors l’appartement… Pour une journée remplie d’émotion (alors qu’elle n’était pas finie), Evelyn en avait eu sa dose.
Revenir en haut Aller en bas
 
You're in my mind ! [Liam - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life In New York :: Corbeille :: Messages Supprimés :: Sujets suppr-
Sauter vers: