AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The king is back! (PV Timeo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
MessageSujet: The king is back! (PV Timeo)   8/8/2015, 01:12

L’avion… Je déteste prendre l’avion public. Les enfants pleurent tout le temps, je me retrouve toujours à côté des toilettes ou bien coincé entre deux obèses. Mais je prends mon mal en patience. Bientôt, je vais revoir Tim. Depuis des mois, je suis loin de lui. Loin de l’amour qu’il me porte. Il m’a envoyé des lettres tout le long de notre séparation pour me tenir au courant de ce qu’il fait. Il m’a envoyé des photos de notre nouvelle demeure. Un condo dans Greenwich Village, près du fleuve Hudson. Je suis satisfait de son choix. Ce condo est luxueux, grand, magnifique. Parfait. Comme je les aime. J’ai hâte de pouvoir visiter par moi-même ce condo, prendre mes marques… Et marquer chaque pièce de ma présence. Je souris doucement à cette pensée et ferme les yeux pour les quelques heures qu’il me reste à passer dans cet avion de malheur…
Je me réveille dès qu’on atterrie et sort rapidement. Je veux passer les douanes au plus vite pour retrouver mon amant. J’ai besoin de le voir, de sentir sa peau, son odeur, son cœur battre sous ma main… Je souris largement et il me semble que le temps passe plus vite quand je pense à lui. À peine arrivé, je passe les douanes et me retrouve enfin dans le débarcadère. Je cherche rapidement Timeo du regard. Mais où il est encore?! Je me pince les lèvres, inquiet. Et si la police l’a trouvé? Et si elle a compris son lien dans mon organisation? Et si elle l’a enfermé?! Je sens mon cœur s’agiter bien que je ne montre rien. Enfin! Il est là, dans son coin, à parler avec je ne sais quoi. Je gronde et m’avance rapidement. Personne ne parle à mon fennec sans mon consentement! Je m’approche rapidement et saisie vivement Timeo par son collet avant de le tirer loin de cette chose dégoûtante. Je le fixe, en colère, avant de le forcer à se pencher pour qu’il soit à la même hauteur que moi. Je gronde de rage avant de l’embrasser sur le nez

-Tu as de la chance que je me sois en manque parce que tu peux être sûr que je n’aurais pas été aussi gentil.

Je le regarde, en colère, mais pas très longtemps. Je finis par sourire doucement et l’embrasser avec passion. Mon dieu que ses lèvres sont douces et exquises. Elles m’avaient manqué… Comment j’ai pu vivre si loin de lui aussi longtemps? Je le regarde droit dans les yeux et souris un peu. Ses beaux yeux verts… Ils ont l’air turquoise aujourd’hui. Comme s’ils ne savaient pas s’ils veulent être verts ou bleus. C’est magnifique, fabuleux, fantastique. Que j’aime voir ses yeux… Je caresse doucement sa joue avant de me serrer contre lui. J'entends son cœur battre. Trop rapidement... Je l'ai effrayé, je m'en rends compte. Je m'en veux un peu, mais ce n'est pas de ma faute. Il a osé parlé avec une autre personne! Alors que je n'étais pas là! Qui sait, peut-être il m'a trompé?! Si c'est le cas, je vais prendre bien soin de son cas et il n'osera plus JAMAIS me faire le coup. Il peut en être sûr. Mais mon fennec n'est pas un infidèle. Il est à moi. Et je suis à lui... Nous nous appartenons et nous oserons jamais nous trahir. On ne peut... simplement pas. Je ferme les yeux et caresse son torse du bout des doigts, voulant repérer chaque centimètre de son corps pour me rappeler toutes les nuits qu'on a passé ensemble.

-Tu aurais dû me faire une pancarte avec mon nom. Je me serais sentie bien plus important. ... Tá áthas orm bualadh leat, mo fear*.

-------------------------------
*Je suis heureux de te retrouver, mon homme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   8/8/2015, 01:56

J'attends ce jours depuis de longs mois.. Des mois interminable.  J'ai écris des lettres tous les jours à Rick.. Mais il me manquait toujours autant.  Je ne sortais pas.. Je restais enfermé et désespéré d'être ainsi séparé de mon homme.. Il est à moi,  je suis à lui,  on ne devrait jamais séparé deux personnes faites lune pour l'autre.  Je me passe un tas de scénario dans ma tête.  Je veux que nos retrouivaille soit parfaite.  Je veux lui faire voir à quel point il m'a manqué.  Il n'est que 04h00 du matin.. Son avoir atterri à 18h.  Comment je vais tenir encore si longtemps ?! Le temps semble interminable. Comme si il ne voulait pas passer, bien décidé à nous garder séparer.  Non ! Je refuse.  Je me lève vivement,  malgré l'heure.  Je sais que il est beaucoup trop tôt,  mais je n'arrive plus à dormir.  J'ai fais un horrible cauchemar où l'avion de mon Quokka se crashe.. C'est horrible.  Je ne demande pas la lune,  juste l'avoir près de moi.  Je vais à la cuisine et me fais un thé comme Rick les aime.. Je les déteste,  c'est stupide.. Mais je serais prêt à tout pour avoir l'impression qu'il est ici. Je m'assois à la cuisine. Fixant les aiguilles de l'horloge qui semblent me narguer.  Je bois de temps en temps une gorgé de thé en grimaçant.

Après avoir passé presque 5h dans cette fichu cuisine je suis allé prendre une douche puis j'ai enfilé un vieux tee shirt avec un pantalon troué.  Mon amant me ferais une crise..Mais il n'est pas là,  heureusement.  Je ne perd pas plus de temps et prépare l'arrivée de rickard.  Je met des ballons qui envahissent rapidement le hall d'entrée avant de faire un chemin de pétales de rose qui l'emmène dans chaque pièces pour le faire visiter. Dans la dernière,  notre chambre, je pose un ours en peluche avec un énorme bouquet de fleurs et des boîtes de chocolat de différents parfum,  seulement ses préféré.  J'espère qu'il va aimer.  Je retourne ensuite à la salle de bain ou je me déshabille pour prendre une nouvelle douche.  Je veux vraiment être parfait pour son arrivé.  En sortant de la douche j'attrape le costume que je met.  C'est lui qui me l'avais acheter.  Je le déteste.. Je ne le porte presque jamais.. Mais il mérite que je fasse cet effort aujourd'hui.  Je finis de me faire le plus présentable possible avant de partir pour l'aéroport.

J'arrive enfin sur place,  une boule à l'estomac. J'espère qu'il va bien. Je ne ne supporterai pas qu'il lui soit arrivé malheur.  Il n'est que 16h. J'ai encore deux longue heures à attendre.. J'ai vraiment l'impression que le temps est figé. Je vais m'asseoir sur un banc avec d'autres gens.  J'y reste une bonne demi heure avant de me levé et aller à la boutique pour acheter à manger,  je n'ai rien pu avaler aujourd'hui.. Je suis beaucoup trop angoissé,  sûrement pour rien.  Je mange une barre chocolaté en me baladant dans l'aéroport. Encore une demi heure de passé.. Plus que une heure et je pourrais enfin le serrer dans mes bras.  Je retourne au terminal de Rick et soupir.  Je ne sais pas comment je vais tenir cette heure.. Je suis appuyer contre un poteau quand l'homme à côté de moi entame la discussion.  Je suis assez réticent mais il me parle plus de lui et doucement je me détend, oubliant mes craintes.

Je suis soudain tiré par le col.  Mon coeur bat à la chamade,  qu'est-ce que sait ?! Interpole nous a trouvé ?! Non.. Rick je ne veux pas te décevoir. Je suis enfin lâché et me tourne vivement avant que mon visage ne s'illumine d'un sourire radieux.  Il est là ! C'est bien lui.. Je me penche vers lui sans avoir le choix.  J'ai du le mette en colère en parlant avec cet homme.. Je souris un peu quand il embrasse mon nez et l'observe.  Je ne dis rien,  trop ému.  Je lui rend son baiser avec passion et le serre contre moi.  Je ne veux plus le lâcher,  plus jamais ! Je ferme les yeux et le relâche au bout d'un moment avant de le regarder et sourire largement.

-Tu es l'homme le plus important du monde,  Rick.. Tu m'a tellement manqué.. Rentrons.  Je veux pouvoir profiter de nos retrouivaille.. J'ai tellement à te raconter.. Et tu a sûrement envie de voir notre chez nous.. C'est super tu va voir.  

Ma voix est tremblante d'émotion,  mais heureuse.  Je souris et lui vole un baiser avant de le prendre par la taille. Je prend sa valise de mon autre main et le conduis jusqu'à la voiture.  J'ai changé.  J'ai une jaguar maintenant.. Elle est magnifique,  noire,  comme il préfère.  Je lui ouvre la portière et le fais entrer. À côté de lui l'attend un bouquet de ses fleurs préféré.  Je ferme la portière et monte rapidement côté conducteur avant de le regarder. Je caresse sa joue et souris doucement avant de l'embrasser sur le front. Je démarre et le conduis à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   8/8/2015, 03:47

Je ne peux m’empêcher de sourire alors qu’il me parle. Sa voix… Mon dieu, sa voix. Il me semble que ça fait une éternité que je n’ai pas entendu sa voix. Elle est une mélodie dans mes oreilles, un chant angélique venu tout droit du ciel. C’est magnifique. Je ferme doucement les yeux et me concentre sur les mots qu’il dit. Sa voix… elle tremble. Son accent… m’avait tellement manqué. Ça m’a toujours excité de l’entendre. Ses mots semblent plus sexy dans sa bouche. Ils semblent prendre une autre profondeur. C’est tellement parfait que j’en ai des frissons. Je veux qu’il me parle plus! Je veux plus l’entendre! Mais il se tait. Je grommelle, énervé, mais je n’ai pas le temps de l’être qu’il me vole un baiser si passionner que je ne peux que lui pardonner. Je frémis doucement alors qu’il me prend par la taille. Ça faisait si longtemps que j’avais oublié la sensation d’un bras autour d’une taille. C’est réconfortant. Je me serre doucement contre lui. Je veux sentir tout son corps autour de moi. Je le laisse me guider hors de l’aéroport, lui faisant entièrement confiance.
Je marche lentement dans le stationnement. Je veux profiter de l’air extérieur, mais surtout de mon Timeo. Son corps qui avance au même rythme que le mien. Si je me concentre, je peux même entendre son cœur battre. Je le regarde et souris doucement. Il est magnifique… Et cet habit lui va à merveille. Je suis heureux de le voir habiller ainsi. Il est tellement beau. Et je vais avoir un plaisir fou à lui enlever tout ça… Je fronce les sourcils doucement quand je le vois me conduire devant une voiture noire. Ce n’est pas sa Ferrari. C’est une Jaguar. Pourquoi il est rendu avec une Jaguar? Il n’a quand même pas acheté ça pendant mon absence? Il ne devrait pas dépenser son argent pour ça… C’est inutile. Et si on se retrouve en difficulté financière un jour… Je secoue la tête. Non. Ça n’arrivera plus. J’ai un réseau mondial et Timeo est riche comme crésus. Ça n’arrivera plus jamais… Je frémis juste en repensant à cette époque de ma vie où je vendais mon corps aux premiers pervers pour avoir de quoi manger le lendemain. Je gémis un peu et enfouis mon visage dans le torse de Tim. Mon fennec… Il est là pour me protéger. Il ne me laissera jamais refaire ça, plus jamais. Il vendrait ses vêtements avant que je ne recommence à danser. Je détourne la tête de son torse quand je l’entends ouvrir la porte de la voiture et hésite un moment avant de monter.
Je fixe les fleurs à mes côtés, surpris. Des lys noirs, parfaite. Je souris faiblement et hume le parfum en fermant les yeux. Il me rappelle Londres… et les repas romantiques que me faisait souvent Timeo quand je revenais d’un long voyage. Les bons petits plats qu’il me préparait toujours. Ou bien des soupes lors de longues et froides journées d’hivers.  Et les nuits passées sous la couette, collé-collé pour se réchauffer. J’aime mon Tim. Il prend si bien soin de moi… J’ai peur qu’il décide de me laisser un jour, parce que je ne lui plais plus… Ou que je suis trop exigeant. J’ai tellement peur.  Non. Il ne peut pas faire ça! Il est à MOI. Il est ma propriété! Il ne peut pas me laisser, je ne le laisserais pas partir! Je le tuerais avant. Je lance un regard quand il entre enfin dans la voiture. Je le regarde alors qu’il démarre la voiture. Je ferme doucement les yeux alors qu’il me caresse la joue et pose ses lèvres sur mon front. Je le regarde et gémis un peu. Non! Je veux ses lèvres sur les miennes! Je veux le saisir par le menton et l’embrasser, mais il démarre la voiture avant que je ne puisse faire le moindre geste d’amour en son encontre. Je me concentre sur les fleurs avant de froncer les sourcils. Je ne connais pas la ville. Je n’ai pas envie de rentrer à la maison tout de suite. Je veux visiter, jouer les touristes un peu. Je sais qu’il est tard, mais c’est certainement possible, non? Je regarde Tim qui est concentré sur la route. Je grimace un peu. C’est bizarre de le voir conduire de ce côté. J’ai l’impression que tout est à l’envers. Je n’aime pas ça…  Je secoue la tête avant de me concentrer sur ce que je veux lui demander. Je ne dois pas me détourner de mes intentions ou je ne vais jamais y arriver.

-Ti…timeo…? On peut visiter la ville avant? Je veux faire mes marques, m’habituer à la vie d’ici. Tout me semble… bizarre. Inversé. Je n’aime pas ça… On peut faire un tour? Juste… visiter. Ça serait bien, visiter, non? Je sais que tu connais déjà la ville, toi, mais moi… J’en ai besoin. Tu veux bien? Ça va me faire du bien. Et j’ai besoin de marcher après toutes ses heures dans un foutu avion. SI tu savais l’enfer que j’ai vécu! Il y avait ce gamin, en arrière de moi, qui hurlais et chialait. Et la femme d’en avant avait un parfait dégoûtant! J’ai bien cru que j’allais mourir… Je dois empester, non? Tu vas devoir chasser cette odeur, Tim. Tu vas le faire, hein? J’ai besoin que tu me nettoie, une fois à la maison. Un bon bain. Avec des bulles! Et… de la musique classique. Du Chopin. Ou du Mozart. Tu as dû en acheter, non? Dis-moi que oui… Sinon, il va falloir arrêter à une boutique de musique et acheter tous les disques disponibles! Ou bien kidnapper un pianiste… Il doit bien en avoir quelques-uns dans cette ville. Et il pourrait jouer toute la nuit… Et après on pourrait le torturer et le tuer! Ça serait génial, non? Ça fait si longtemps que je ne me suis pas autant amusé… On fait ça, Tim! S’il te plaît…

Je lui fais un regard de chien battu, un petit sourire mignon sur le visage. Je veux vraiment m’amuser ce soir. Je veux retrouver notre vie d’avant, comme si rien n’avait changé. Comme si on était encore à Londres, dans notre maison gigantesque… Ça serait bien. Ça complèterait bien notre soirée, j’en suis sûr. Un meurtre ou deux, puis à la maison pour prendre un bain et se détendre. Peut-être même un peu d’action dans la chambre à coucher si je ne suis pas trop fatigué par le décalage horaire. Oui… Ça serait parfait. J’espère simplement que Timeo va penser la même chose que moi et accepter ma demande.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   8/8/2015, 04:59

C'est tellement beau.. Je le rêve depuis tellement longtemps ce jours, je suis tellement heureux. Rien ne peux me faire plus plaisir que d'être avec Rick.. Il est plus beau que jamais.  Quelques mois sans lui et j'ai l'impression qu'il a changer comme si c'étais il y a dix ans la dernière fois que je l'ai vu. C'est un amour magnifique.  Je ne regrette pas,  et je ne regretterai jamais d'avoir étais dans ce club gay durant ma jeunesse.. C'est la chose la plus intelligente que j'ai pu faire.  Je tourne doucement la tête vers lui,  autant qui possible avant de sourire et de regarder la route. Bien sûr que si il veux aller faire un tour en ville on va y aller.  J'avais très envie qu'il découvre notre toit,  mais ça attendra. À l'écouter son voyage étais horrible.. Mais tant quil n'y a pas eu de crash.. Je vais laver chaque parcelle de son corps.. Sans en oublier aucune partie.  Je souris à cette idée visualisant le bain de ce soir.. Tout va être parfait,  comme il le veux.  Et si il veux un pianiste   je vais en trouver un.. Puis il pourra en faire ce qu'il faudra,  c'est son jouet après tout. Je profite du feu rouge pour poser ma main sur son genoux.  Je le regarde, avec ses yeux de chien battus et souris tendrement.  Enfin.. Comme si j'allais dire non à un roi.. Je n'oserais jamais,  et je veux qu'il soit heureux. Je ne connais pas bien la ville mais je vais faire de mon mieux,  je veux que ça lui convienne et qu'il soit juste heureux.  


-Ne t'inquiète pas.. On fera tous ce que tu voudra. Tu aura le bain de tes rêves.. Même encore mieux. Tu verra.. Ce soir il m'y a rien que nous.. Et on va trouver un pianiste si tu veux.  Et ensuite tu en fera ce que tu veux.. C'est ton jouet,  tu en est le mettre.  Pour l'instant je meurs de faim... Ça te dis un petit restaurant ? On peux s'arrêter. Je connais déjà un ou deux resto simpa pour dîner.  Ensuite on peut faire un tour en ville à pied puis on trouver ce musicien.. Pour finalement rentrer et nous détendre en amoureux au son du piano.

Je me penche pour l'embrasser mais les voitures derrière nous s'impatiente et klaxonne.  Je ne n'avais pas fais attention au feu rouge devenu vert. Je me recule vivement et retire ma main avant de démarré.  Mon tendre Quokka ne va pas être content.. Mais je me ferais pardonner plus tard.  Je ne roule pas trop vite, je lui montre les petit coin sympa que je connais déjà avant de trouver un restaurant luxueux.  Il a l'air d'être bon. Je gare la voiture dans le parking sous-terrain et coupe le moteur avant de descendre.  Je fais rapidement le tour de la voiture et ouvre la portière de Rick.  Je prend sa main doucement pour le faire sortir et claque la portière avant de le serrer contre moi et l'embrasser avec amour.  Je le regarde et caresse sa joue tendrement.

-On va bien manger ici,  je pense.. Je voulais t'attendre pour l'essayer.  C'est un restaurant assez romantique.  Où voudrais-tu aller après ? Quel type d'endroit tu veux visiter ? Tu peux tout me demander.. Tu le sais.  Rien n'est trop beau pour toi.

Je le prend par les épaules et l'emmène doucement dans le restaurant. Je demande une table pour deux et suis le serveur jusqu'à une table,  au centre de la salle de restaurant.  Je tire la chaise à Rick avant de l'embrasser tendrement sur la mâchoire. Le serveur allume des bougies alors que je regagne ma place,  puis nous donne la carte. Je laisse le temps à mon amant de choisir avant commander.  On y mange très bien. C'est délicieux. Je n'ai pas souvent aussi bien manger.. Et je suis en la plus belle des compagnies. Je le regarde dans les yeux et souris,  perdu dans mes pensées,  je me souviens de nos plus beaux moments.. En commençant par le premier.. Par le début de notre histoire.  Notre première nuit ensemble dans cet hôtel magnifique.. Je devrais l'y remmener un jour,  pour ce souvenir.. Une nuit dans cette même chambre.. Ce serais bien, non ? Et j'aimerais qu'il me fasse une petite danse.. Mais je ne veux pas le mettre mal à l'aise.  Ça risquerai d'être des mauvais souvenir. Je finis mon verre et discute un moment avec Rick avant de payer l'addition.  Je ne la montre pas à Rickard,  il n'aime pas les montant aussi élevé.. Il fais très attention à l'argent,  même si on a bien assez.  Je le comprends tout de même.. Sa vie n'a pas était facile à mon tendre amant. Je prend donc son bras avant de sortir. Je le conduis à la voiture et le plaque à la carrosserie.  Je l'embrasse avec passion et me presse contre lui.

-Alors.. Tu a décidé ce que tu préfère faire ce soir ?  Tu a le droit à tout.. Profite en.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   8/8/2015, 20:04

Sa main chaude sur mon genou me rassure. J’aime sa poigne. Il me prouve que mon petit Fennec est fort et en pleine possession de ses moyens. Et son sourire… Je crois que c’est la chose la plus belle que je n’ai vu depuis mon arrivé dans cette ville. Moi qui déteste les feux rouges d’habitude, je commence à apprécier celui-ci. Si seulement chaque fois qu’on se promène ça pouvait être comme ça… Ça serait le paradis sur Terre! Il me dit tout ce que je veux entendre, qu’on va trouver un pianiste et qu’on va prendre un bain. Il m’invite même au restaurant! Décidément, j’ai l’homme le plus fabuleux du monde, rien qu’à moi. C’est merveilleux. Je ne pouvais pas espérer mieux comme amant. Il est parfait. Il est beau, affectueux, romantique… Il n’aspire qu’à mon bonheur et je me sens tellement en sécurité dans ses bras. J’ai peur de rien quand il est près de moi. Je sais qu’il veillera toujours sur moi, qu’il sera toujours à mes côtés pour me protéger. Il est à moi. Et je suis à lui… On se complète et on est parfait. Cette vie est parfaite… Je souris alors qu’il avance le visage vers le mien pour m’embrasser. Oui! Ses lèvres m’avaient manqué. Un bon baiser pour me mettre en appétit. Mais il recule vivement quand il entend des klaxons et retire sa main tellement sèchement que je ne peux retenir un grondement. Il peut être sûr que si je n’avais pas des fleurs dans la main, j’aurais tranché sa foutu gorge! Je siffle de colère et le boude alors qu’il me fait visiter. J’ai plus envie. Il a gâché le moment et je lui en veux. Qu’est-ce que ça peut bien lui faire qu’on se fasse klaxonner! Notre amour est prioritaire sur tout! Il aurait dû l’embrasser. Il aurait dû me laisser goûter ses lèvres!
Je fronce les sourcils alors qu’il va nous stationner sous terre. Ce pays est fou, décidément… Je sors lentement de la voiture quand il m’ouvre la porte. Je veux le bouder, mais il me prend la main avec tant de douceur et il me serre avec tant d’amour que je ne peux que lui rendre son doux baiser. Je ferme doucement les lèvres et souris un peu. Je ne peux pas être en colère contre lui… Je l’aime. Et il me le montre tellement bien là… J’aimerais que le temps s’arrête, se fige, pour qu’on puisse vivre cet instant à l’infini. Ça serait génial. Je me sens bien contre lui. Je dépose ma tête contre son torse et souris quand j’entends son cœur. Boum-Boum. Boum-Boum. Boum-Boum. Il ne bat… rien que pour moi. Le son est ensorcelant. Mais sentir sa main caresser ma joue me sort de ma torpeur et je lève les yeux vers lui. Je l’écoute avec un petit sourire avant d’hausser les épaules doucement

-J’en sais rien… Tu m’as dit que notre condo était près du fleuve, non? On pourrait aller marcher près de l’eau… Avec un peu de chance, ça va me rappeler la Tamise. Il y a des ponts comme à Londres? Ou des gondoles comme à Venise? Ça serait romantique, non? De faire un tour sur l’eau… collé l’un à l’autre… jeter un homme par-dessus bord et le regarder se noyer… Ou on pourrait aller à la petite Italie! Il doit y avoir un marchand de gelato! J’en voudrais un cornet à la fraise! Ou… ou bien aller dans Central Park. Ou voir la Statue de la Liberté! Roh! Il y a trop de choses, ici, je ne sais pas pars où commencer! Laisse-moi la soirée, ok?

Je souris doucement alors qu’il passe un bras autour de mes épaules et le suis docilement. Je me pince les lèvres quand les regards se tournent vers nous, une fois dans le restaurant, mais je me fie à Timeo et je les ignore jusqu’à ce qu’on soit à notre table.  Je me pince les lèvres en voyant que nous sommes au milieu de la salle. Je n’ai pas le temps de demander une autre table que celle-là. Tim me tire galamment ma chaise et je ne peux que m’y assoir. Je m’agite un peu, mal à l’aise d’être ainsi au centre de l’attention alors que je n’ai rien demandé. J’ai lu des tonnes de choses sur internet. Les américains n’aiment pas trop les gays. Si jamais ils y a des homophobes dans la salle, c’est sûr qu’on se fait ramasser à la sortie. Tim devrait le savoir pourtant! Enfin… Peut-être que je m’inquiète pour rien. Je dois probablement m’inquiéter pour rien. J’inspire profondément pour me ressaisir et prends le menu que nous tend le serveur. Je regarde les choix avant de sourire. Un bon fish’n’chips va me faire du bien. Après des mois en Asie à manger pratiquement que du riz et des trucs que je ne sais même pas de quel animal ça vient, un bon fish’n’chips va me rappeler Londres. Enfin, s’ils le réussissent. Je cherche partout dans le menu, mais ne trouve pas ce que je veux. Tout semble… luxueux. Du caviar? Du bœuf wagyu? Je suis presque sûr qu’il a même un animal éteint dans ce foutu menu! Je lève les yeux vers Timeo qui semble vraiment hésiter dans tout ce qu’il y a dans ce menu. Il semble vraiment bien ici, dans tout ce luxe et cette attention… J’aurais préféré une soirée à la maison ou manger dans un petit restaurant de rue. Mais Tim veut me faire plaisir… Je le sais. Je prends sur moi et cherche un mets qui pourrait me plaire. Quand le serveur revient, je commande un confis de canard et un verre d’eau alors que Timeo se prend tellement de nourriture que je me demande s’il ne va pas exploser à manger tout ça. Le pire, c’est qu’il m’oblige à goûter à tout. Au début, ça me gênait, mais plus il me fait goûter, plus je me détends. J’arrive même à rire à ses blagues. Je me sens beaucoup mieux. Il a le tour de me faire sentir à l’aise dans n’importe quelle situation. Je mange mon repas en l’écoutant me décrire sa vie à New York. Je fronce les sourcils quand il me dit travailler dans un zoo, mais ne réplique rien. Il n’a pas besoin de travailler! Pourquoi il se met en danger comme ça?! Travailler avec des bêtes sauvages… J’espère au moins qu’il fait attention et laisse les autres faire les tâches les plus périlleuses.
À la fin du repas, il prend la facture sans que je puisse la voir. Je fronce un peu les sourcils alors qu’il paye avec sa carte de débit. Il ne veut vraiment pas me laisser voir combien ç’a coûté, hein? On va voir ce qu’on va voir. Ce n’est pas les mesures de sécurité d’une banque qui va m’empêcher de voir combien il a déboursé pour un seul repas, ça non! Je grommelle un peu, mais me calme quand il me prend par le bras pour retourner à la voiture. Je le suis docilement, perdu dans mes pensées. Combien ç’a coûté? Ça m’effraie. Je ne veux pas qu’il jette son argent par les fenêtres alors qu’on peut trouver de bons restaurants pour bien moins cher! Je sors de mes pensées quand il me plaque contre la voiture. Je tousse, le souffle coupé, et gémis alors qu’il m’embrasse. Je me débats un peu et reprends vivement mon air quand il décolle nos lèvres. Je veux le frapper pour avoir osé s’en prendre à moi de cette façon, mais il presse son corps au mien, m’empêchant de bouger comme je le veux. Je l’écoute, la rage dans les yeux, avant de me figer. Sa voix… Seigneur… Pourquoi il est obligé de prendre cette voix là pour me parler!? Je me pince les lèvres vivement, mais ma langue glisse malgré tout entre elles, les humidifiant par la même occasion. Je détourne vivement le regard face aux yeux remplis de désirs de Tim et essaie de calmer mon propre envie grandissant. Je m’agite un peu, mais ça n’améliore pas mon cas, au contraire! Le tissu de mes pantalons fait de la friction sur mon entrejambe. Et la proximité de mon amant ne m’aide pas non plus! Je gémis un peu et pose une main sur son torse, essayant de le repousser de mon mieux. Je dois l’écarter de moi et vite, avant que mon corps ne décide pour moi…

-Arrête… On est en public… C’est… ce n’est vraiment pas le moment de… de faire ça. On ne sait pas quel genre de personne il y a ici. Il y a peut-être des homophobes, tu sais. Et… je ne veux pas te perdre… alors que je viens de te retrouver. Ça serait trop horrible. Tu... tu ne penses pas? Attendons à la…

Je gémis alors qu’il me force à me taire en m’embrassant. Je ferme les yeux instinctivement et passe une main autour de son cou. Je frémis quand je sens ses mains se balader sur mon corps. Je le laisse faire, appréciant toutes les sensations que j’éprouve, mais m’agite alors qu’il descend un peu trop ses mains.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   9/8/2015, 21:08

Un sourire amusé se dessine sur mes lèvres alors que je constate son état. Je le regarde et plisse les yeux, je vais le protéger, personne ne va lui faire du mal, il n'a rien à craindre. Je suis là pour le protéger.. Toujours. Quiconque osera se moquer, insulter ou s'attaquer à Jim auras à faire à moi. Ce n'est pas parce que je n'ai pas un corps de grand sportif que je n'en suis pas capable. J'ai toujours empêché qu'il lui arrive malheur, je n'ai pas peur d'éliminer quelqu'un. Je viens de le retrouver.. Je veux en profiter. Nous n'avons rien fait de mal, pour l'instant. Je l'embrasse vivement pour qu'il arrête de dire des bêtises et pour le rassurer. Je caresse son torse et balade mes mains partout sur son corps, comme si je le redécouvrais. Je les descends un peu et m'arrête quand ça le gêne trop, je ne veux pas le mettre mal à l'aise, de plus il serait capable de me faire du mal pour ça... Je le prends contre moi et recule avant d'ouvrir sa portière. Je le fais monter dans la voiture et veille à ce qu'il soit bien installé avant de refermer la portière. Je fais le tour de la voiture pour prendre le volant, je vais l'emmener au bord de l'eau, ce n'est pas comme la tamise de Londres, mais ça devrait lui plaire. Et je suis sûr qu'on pourra faire un tour sur l'eau, j'ai tellement envie de l'avoir contre moi.. Et ce seras magnifique avec la lune et ses reflets sur l'eau. Je souris doucement à cette idée. Mais après ça il faudra rentrer.. Rick va surement être épuisé, le temps d'un bain, de torturer notre pianiste.. Et au lit. Je rejoins mon Quokka dans la voiture et tourne la tête vers lui en souriant tendrement.

-Je vais te faire découvrir le fleuve Hudson. Il y aura bien quelqu’un qui acceptera de nous emmener sur son bateau faire un tour. Après ça on ira à la maison pour prendre un bain.. Comme tu voulais, un bain parfait. Et on finira tout ça en torturant le pianiste.. Tu aimes ? Demain je te ferais découvrir la petite Italie, la statut de la liberté et tout le reste.

Je suis certain qu'il va aimer.. L’essentiel c'est qu'on soit ensemble, pour faire quoi n'a pas vraiment d'importance. Je sors du parking souterrain et à peine quelques mètres que deux hommes dans un groupe de deux femmes et deux hommes nous lancent des pierres en nous insultant. Je serre le volant fermement entre mes mains, quels idiots.. Ma nouvelle voiture ! Je gronde de rage et ordonne à Rickard de rester dans la voiture je ne veux pas qu’il lui arrive quelque chose. Je descends et claque ma portière avec haine. Je regarde les impacts sur la carrosserie avant de m’approcher d’eux, je ne suis pas du inquiet, même si mon amant, lui, doit être mort d’inquiétude. Je ne laisserai personne nous interdire de nous aimer. Et encore moins abîmer une voiture tout neuve ! Je me dispute violemment, mais ne frappe pas le premier, j’aurais préféré éviter une bagarre, mais puisque c’est ce qu’ils veulent.. Je ne me fais pas prier et réplique aussitôt. Le second homme ne semble pas vouloir se mêler à la confrontation, ce n’est qu’un idiot en plus d’être lâche. Il devrait avoir honte. Et sa copine aussi. Qu’est-ce qu’elle peut trouver à un type pareil ? Pourquoi toujours vouloir empêcher deux hommes de s’aimer ? Cela ne les regardes pas.. Ça ne change rien à leur vie, ils n’ont pas qu’à se mêler de nos affaires, qu’est-ce que ça peut leur importer qu’on s’aime, qu’on se marie ou qu’on ait des enfants ? Il n’y a absolument rien de différent qu’eux est leur femme. Et maintenant j’ai gâché la soirée de Rick à cause d’eux. Il va m’en vouloir, et moi aussi je suis en colère. Je voulais que tout soit parfait, que nos retrouvailles soient marquées dans son esprit. Maintenant, tout ce qu’il se souviendra c’est comment j’ai fichu en l’air une soirée merveilleuse. Bon, il semble avoir compris et en reste là, ils partent, avec leur copine affolée, en me lançant des insultes que j’ignore. Je retourne dans la voiture et évite le regarde de Rickard, je sais qu’il m’en veux énormément, qu’il veut me punir.. Et ça ne serait tardé. Il réfléchit surement à la façon dont il va me faire souffrir. Il doit hésiter, mais il va trouver et il je n’ai pas intérêt de faire le malin. Je murmure tout de même un faible désolé, les mains crispées sur le volant. C’est inutile je sais bien, mais je le suis vraiment. Tout au long de la journée, je n’ai fait que des erreurs. Je  les ai enchaîné des que son avions est atterrit.  Je n’ai fait que le décevoir, le mettre en colère, le gêner.. Je ne le mérite pas. Il va me faire atrocement souffrir et je l’aurais bien mérité. Je n’aurais pas dû me montrer aussi démonstratif, c’est gens nous aurait laissé tranquilles. Je reste silencieux et évite de le regarder jusqu‘à arriver au fleuve Hudson. Je m’arrête  sur une place de parking pas très loin des bateaux, peut-être qu’il aura toujours envie de faire un tour sur le fleuve.. Me noyer lui fera du bien ? Je soupir tristement et descend avant de faire rapidement le tour de la voiture et lui ouvrir sa portière. Je tends la main pour l’aider à descendre. Il va surement me l’arracher.

-Nous somme arrivé.. Je vais essayer de trouver quelqu’un qui accepterai nous emmener faire un tour.. Si.. Ça te dit toujours. Sinon vous.. Enfin, fait ce que tu veux.

Je lève lentement les yeux vers lui, le cœur battant à la chamade alors qu’il sort de la voiture. Je me pince les lèvres attendant de voir ce qu’il veut faire. J’aurais bien apprécié ce petit moment romantique avec lui. Je ferme lentement la portière et prend une inspiration. Je plonge mon regard dans le sien, suppliant de me pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   10/8/2015, 00:27

Je soupirs de soulagement quand il arrête enfin ses idioties et recule. Je monte dans la voiture dès qu’il m’ouvre la porte, soulagé de pouvoir m’y réfugier. Je ferme doucement les yeux le temps que Timeo me rejoigne et souris doucement quand il prend place dans la voiture. Il me dit qu’il me fera découvrir le fleuve. Et qu’on va même torturer quelqu’un. Il se projette jusqu’à demain et ça me fait rire. Je caresse tendrement sa joue. Je veux juste passer du temps avec lui. Et je commence à être épuisé. Le décalage horaire me rentre dans le corps à 100 miles à l’heure et je sens que c’est pénible de garder les yeux ouverts. Je profite du fait qu’il n’a pas encore démarré la voiture pour poser ma tête sur son bras et regarder devant moi, les yeux de plus en plus petits

-Non… Pas la peine, le pianiste. Juste un bain et le fleuve, ça va être correcte. Je suis tellement fatigué, Tim… Tu n’as pas idée. C’est la première fois depuis des mois que je peux oser me reposer. Juste un peu de bateau et après un bon bain… Je ne crois pas être en mesure de rester éveillé plus longtemps. À moins que tu mettes un peu de piquant dans le lit ce soir… Mais je ne crois même pas avoir la force. Même si j’ai envie, mon chéri. Mais après des mois si longs… loin de toi et de Londres… C’est nécessaire un peu de repos. Tu me comprends, hm?

Je caresse tendrement sa joue et me redresse un peu quand il démarre la voiture. Je vais pour fermer les yeux quand j’entends un bruit sourd, comme s’il y avait de la grêle. Je rouvre lentement les yeux et me fige quand je vois un groupe d’hommes et de femmes qui nous lance des pierres comme au moyen-âge. Je les fixe, le regard terrifié. Pourquoi ils nous font ça? On ne fait rien de mal! Je veux demander à Tim de partir au plus vite, mais il sort de la voiture. Qu’est-ce qu’il lui prend?! Il va se faire tuer! Je m’agite sur mon siège, essayant de trouver mon arme dans mes valises, mais je n’y arrive pas. Je regarde Tim, impuissant, alors que le groupe s’approche de lui. Je sursaute quand il se fait frappé et veux lui dire de revenir dans la voiture, mais il réplique. Je le regarde se battre, à la fois énervé et inquiet. Comment ose-t-il se battre?! Pourquoi fait-il ça?! On aurait pu simplement les ignorer, mais non! Il est obligé de faire ça! Je gronde de rage et détourne la tête. J’espère qu’il sera blessé. Ça lui apprendra à se batte alors que cette soirée nous était réservée. Je le boude alors qu’il revient dans la voiture et l’ignore complètement tout le trajet. Quand on arrête enfin au côté du fleuve, j’ai parfaitement tout en tête pour le punir de sa bêtise. J’ignore sa main qu’il me tend et sors de la voiture dans un calme inquiétant. Le calme avant la tempête. Je n’écoute pas un seul mot de ce qu’il ose me dire et le fixe avec dédain alors que son regard me supplie. Comment peut-il me supplié après ce qu’il vient de faire?! Ce n’est pas seulement idiot, c’est dangereux! S’il y avait eu une patrouille?! Ils nous auraient arrêtés! Et une nuit en prison peut-nous être fatale! Je serre les poings de rage. Il va le payer amèrement. Je le saisie par sa cravate et l’oblige à se baisser pour qu’il soit au niveau de mon visage. Je le regarde avec haine avant de lui murmurer d’une voix doucereuse.

-Tu t’es bien amusé tout à l’heure? Frapper des étrangers? Hm? Dans un pays où on a À PEINE un début d’influence? Est-ce que tu te rends comptes de ta bêtise, Timeo? Est-ce que tu comprends dans quelle MERDE tu nous as foutu?! Ils ont vu ton visage! Ils vont aller voir la police et à cause de ton métier de merde, ils vont d’arrêter! Est-ce que tu t’en rends compte ou tu as besoin d’un dessin en plus?! Parce que, je peux t’en faire un. Laisse-moi t’expliquer. Ça, c’est la police –Je lève mon poing en grondant doucement – Et ça, c’est toi.

Je le frappe avec violence dans l’estomac. Jamais je ne le frapperais au visage, je l’aime trop pour ça. Mais quand il joue les imbéciles ainsi, il a besoin d’une correction. C’est la meilleure manière pour qu’il se rappelle et n’ose plus recommencer. Je le retiens toujours par la cravate alors qu’il se tortille de douleur. Je le saisie par la mâchoire et serre de plus en plus, jusqu’à ce que je vois des larmes de douleur dans ses yeux. Je le relâche avec violence et le fixe reculer. Je gronde de rage et lui ordonne de revenir en avant de moi. Il semble hésiter un moment avant de finalement obéir. Je le regarde et le gifle avant de me figer. Il pleure. Pourquoi il pleure? Il a l’habitude. Il est fort. Il n’a jamais pleuré. Je me détends petit à petit. Je m’en veux maintenant. Je ne voulais pas… J’ai tout gâché. Je voulais seulement passer un bon moment avec mon amant et je le frappe. Je m’approche lentement de lui, assez pour qu’on partage le même air. Il tremble. Le pauvre… Je caresse sa joue avec tendresse avant de l’embrasser avec tout l’amour que je possède pour lui. Je regarde la marque rouge laissée par ma gifle et je me mords la lèvre. Je l’embrasse sur la marque, avec douceur pour ne pas lui faire mal. J’enlève les larmes qui glissent sur ses douces joues et prends son visage entre mes mains. Je souris faiblement pour le rassurer

-Hey… Ne pleure pas. Je suis désolé, mon renard du désert. Je ne voulais pas… Je suis… juste sur les nerfs et… ça été trop tout à l’heure et… Pardon. Tu vas me pardonner, non? Je vais envoyer des employés s’occuper de ses crétins homophobes, ne t’en fais pas. Tu ne sauras pas arrêté. Tu vas rester avec moi… Rentrons à la maison. Allons prendre ce bain. J’ai vraiment besoin de me reposer et toi aussi. Nous irons sur le fleuve demain, ça ne fait rien. Je vais te laver et prendre soin de toi, mon amant. Allons-y, ok? Allons à la maison… S’il te plaît, mon fennec d’amour?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   10/8/2015, 02:37

Je suis forcé de me baisser quand il tire sur ma cravate et le regarde, je déglutis, terrifié. Je me force à le regarder pour ne pas que ce soit pire. Je sais que j'ai fait la merde.. que je nous ai mis en danger plus que ces idiots. Mais je ne pouvais pas les laisser faire sans réagir. Je devais faire quelque chose, On ne peut pas faire une tel chose.. se moquer de Rick et lui lancer des pierres sans en payer les conséquences ! Tant pis si la police vient me trouver.. J'assumerais, il n'aura qu'à partir à l'abri. Je ne dis rien à la police de mon quokka. Jamais. Je regarde son poing et ferme les yeux en déglutissant. Je me tortille de douleur en recevant son poing dans le ventre et gémis.  Je m’en veux tellement, je suis un idiot.. le pire des idiots, j’ai tout gâché. Il aurait dû avoir une bonne soirée sans ennuis. Mais par ma faute, il est en danger à peine quelques heures après son arrivé.  Quelques larmes se mettent à rouler sur ma joue, je m’en veux tellement. Je me tiens l’estomac et essais de retenir mes larmes, je ne veux pas le décevoir encore plus.

Je redresse la tête alors qu’il serre ma mâchoire et  le regarde, les yeux pleins de larmes. Je recule vivement et le passe la main sur la mâchoire avant de retourner devant lui, lentement quand il me l’ordonne. Je sanglote quand il me gifle et ferme les yeux. Ce n’est pas tant la douleur. Pas la douleur physique, mais mentale. Je ne voulais pas que le jour de son arrivé à New York ce passe ainsi.. Je voulais qu’il passe une soirée magique, sans soucis. Juste lui, moi et de l’amour. Pourquoi ce n’est jamais possible ? Je ne peux jamais le satisfaire comme il veut. Je rouvre les yeux, tremblant comme une feuille alors que je le sens se rapprocher de moi. Que va-t-il me faire ? Je sursaute alors que sa main se pose sur ma joue. Je me détends peu à peu grâce à la tendresse qu’il fait preuve. Je parviens à lui rendre son baiser doucement et ferme les yeux.  Je me mords la lèvre alors qu’il pose ses lèvres sur ma joue rouge, ça picote mais je ne dis rien. Je le regarde alors qu’il prend mon visage entre ses mains. Je me calme et retiens mes larmes. Je souffle un peu, soulagé qu’il ait fini de passer ses nerfs, j’espère qu’il me pardonnera d’avoir était imprudent et idiot. Je soupir de soulagement en l’entendant et me serre contre lui, Oui, je veux rentrer.. J’ai besoin d’être contre lui, seulement me blottir dans ses bras.

-D’accord.. Je veux bien, rentrons.. Je suis vraiment désolé, je ne voulais pas gâcher ton jour et nous mettre en danger. Mais je ne supporte pas que des gens comme ça se moque de toi, je voulais seulement te protéger, Excuse-moi !

Je me laisse tomber à genoux, contre con corps et enfoui mon visage dans son ventre, j’attrape sa main et la serre fortement. Je lève lentement les yeux vers lui et me lève lentement avant de rouvrir la portière, je le laisse monter dans la jaguar et vais de mon coter.  Je reste silencieux, m’en voulant toujours autant de ne pas être à la hauteur, de ne pas pouvoir le rendre plus heureux. J’aurais dû partir, ne pas essayer de faire peur à ses hommes, je ne voulais pas les frapper, mais je n’allais pas me laisser faire sans me défendre. Je l’aime tellement que je n’arrive pas à laisser des idiots pareil faire de tel chose.  Je soupir un peu fixant la route, la fatigue commence à me gagner.

Il est temps d’arrivé, heureusement, la maison n’était pas très loin. Je me gare sur notre emplacement privé et descend lentement, j’ouvre sa porte en passant près de lui et vais prendre sa valise dans le coffre. Je le regarde tristement et baisse les yeux avant de passer devant lui et ouvrir la porte. Je fronce les sourcils en me recevant des ballons et gronde.. Stupide décoration, comme si c’était pas le moment pour ça ! Comme si c’était de l’humeur de Rick ! Je le regarde et soupir

-Excuse-moi.. Je vais remettre de l’ordre dans tout ça.. Tu.. Tu veux aller faire couler le bain ? Il y a tout ce qu’il faut dans le placard du bas dans la salle de bain, et une bouteille de champagne au réfrigérateur, si tu en a envie..

Je le regarde et met un coup de pied dans les pétales pour les dégager sur le côté. J’attrape autant de ballon que possible avant de déposer la valise pour éclater les ballons, maintenant énervé par le comportement stupide et dangereux que j’ai eu. Je ne cesse de me reprocher mes idées stupides de toutes la journée.. Cette décoration plus horrible qu’autre chose, avec tous ces ballons et ces pétales de fleurs sur le sol, l’homme à qui je parler à l’aéroport et qui a fait du mal à Jim, le restaurant qui l’a mis mal à l’aise, mon attitude plus que stupide ! ..  Je n’ai rien fais de bien, je soupir et prend mon visage entre mes mains avant de gémir. Je suis désolé mon amour, atrocement désolé !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   11/8/2015, 01:47

Je le laisse me serrer contre son corps et je ferme lentement les yeux. Mon pauvre amant… Si blessé, si désespéré… Je soupirs de soulagement quand il me dit vouloir rentrer à la maison lui aussi. J’hoche lentement la tête et caresse son dos avec douceur. Je vais me faire pardonner à la maison. Un bon bain avec lui et tout devrait bien aller. Je fronce les sourcils en le voyant s’agenouiller devant moi et secoue la tête. Il ne doit pas faire ça. Il va briser son costume. Je vais devoir lui en acheter un neuf… Je caresse ses cheveux doucement avant de le forcer à se relever. Il n’a pas à faire ça. Je ne lui en veux pas. Pas tant que ça, du moins. Je veux juste pas qu’il se mette en danger de cette manière. Ça m’effraie quand je le vois faire. J’ai toujours peur qu’une personne plus forte s’en prenne à lui et le blesse mortellement. Que ferais-je sans lui? C’est mon vie! Mon amour, mon fennec. Sans lui, je ne suis rien. Sans moi, il n’est rien. Nous sommes en symbiose. Si l’un de nous meurt, l’autre meurt aussi. Je m’assoie dans la voiture quand il m’ouvre la porte et m’attache avant de fixer par la fenêtre, le regard perdu. Je soupire et ferme doucement les yeux pour que le voyage passe plus vite.

Je me réveille en sentant ma porte s’ouvrir et je sors lentement. J’observe attentivement la demeure qu’il nous a achetée. Elle est belle, de l’extérieur du moins, et elle semble même très chaleureuse. Je m’approche un peu de Tim, mais il me dépasse et ouvre la porte du condo. Je soupire un peu et y entre avant de sursauter quand Timeo gronde. Le décor que je vois par la suite est fou. Un chemin de pétales mène à toutes les pièces et il y a des dizaines de ballons avec des mots d’amour écrit tout partout, surtout en italien et quelques fois en irlandais. Je souris faiblement et me tourne vers Tim lorsqu’il saisit les ballons et botte les pétales après m’avoir expliqué de comment faire couler le bain. Je secoue la tête et prends les ballons de ses mains pour l’empêcher de faire une autre bêtise. Je les regarde un à un, souriant un peu plus à chaque message. C’est magnifique. Je savais mon amant romantique, mais à ce point, non. Tout est parfait ici… Les ballons et les pétales. Et puis le condo en lui-même. La décoration est très jolie et je suis fier de mon fennec. Je fronce les sourcils en le voyant prendre son visage et gémir. Je pose doucement une main sur son épaule que je caresse en douceur. Je relâche les ballons avant d’écarter ses mains avec tendresse. Je le regarde droit dans les yeux et souris faiblement pour le rassurer. Je n’aime pas le voir dans cet état. Je dois l’aider. Je dois le rassurer. Mon pauvre amour est si déboussolé, si perdu, si… Mon pauvre… Je me rends compte maintenant de tout ce qu’il a fait pour moi. Pour mon retour à la maison. Il voulait la perfection. Et il est triste de ne pas l’avoir atteint. Je soupire et le serre tendrement contre moi avant de murmurer en douceur dans son oreille, d’un irlandais implacable.

-Arrête, mon tendre amour… Arrête de te faire du mal ainsi. Tu as été parfait. C’est moi qui ne l’a pas vu avant. Tu m’en vois navré, mon soleil. Tous ces ballons aux mots remplis d’amour… et puis ces pétales, mon dieu… Ces pétales. Combien il y en a? Mille? Deux milles? Cinq? C’est de la folie, Tim. Une merveilleuse folie… C’est… parfait, mon amour. Parfait. Alors, arrête. Arrête de pleurer. Ton visage est horrible quand tu pleures. Je veux te voir heureux, mon petit fou. Souriant et remplie d’amour. Je veux te voir comme tous les jours quand nous étions à Londres. Alors, arrête. Et ressaisie toi, mon tendre fennec. La soirée est encore jeune. Allons prendre ce bain. Va chercher le champagne pendant que je vais le faire couler, ok? On va bien se détendre et je vais te rendre le sourire sur ses petites lèvres mignonnes. Promis. Aller.

Je l’embrasse et souris tendrement avant de chercher la salle de bain. Je la trouve facilement en suivant les pétales et commence à faire couler l’eau. Je la mets bien chaude, presque bouillante, et souris en la voyant fumer. Je fouille dans les bains-mousses que Timeo a achetés et en sort un à la vanille. Je souris et en fais couler dans l’eau avant d’agiter un peu. Je regarde les bulles se former avec un sourire avant de me redresser. J’hoche la tête, satisfais, et enlève mon veston puis ma cravate que je dépose sur le comptoir. Je me retourne en entendant Tim et lui souris tendrement. Je m’approche lentement et dépose les coupes sur le comptoir, à côté de mes vêtements, et le traine doucement vers le bain. Je l’embrasse tendrement avant de lui enlever son veston et défaire lentement sa cravate sans lâcher ses lèvres. Je recule un peu et souris e voyant son air un peu plus radieux. Un peu… C’est déjà un début

-Mon tendre, j’ai préparé notre bain. Ça va être parfait. Comme tu le voulais. On va se détendre et on va être bien, promis. Et après, nous irons dans la chambre… Et peut-être dormir. Si tu es trop épuisé. D’accord? Ça te plait, mon fennec? Ça va être merveilleux. Et tu sais pourquoi? Parce que tu es là. On est enfin réuni ensemble et plus jamais on va se séparer. Tu es l’amour de ma vie. Tu es à moi… Et je suis à toi. Pour l’éternité et au-delà, mon tendre. On va contrôler ce monde pourri et en faire mon royaume. Tu seras mon roi et nous gouvernerons côte à côte. Le monde entier sera à genoux et nous vénérera. Nous serons comme des dieux, Tim. Les dieux d’un nouveau monde et nous le gouvernerons comme on le veut!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   11/8/2015, 14:45

Je frissonne en sentant sa main se poser sur mon épaule, quoi encore ? Il veut une fois de plus me punir ? Je sais que c’est nul.. Que ce n’est pas ce qu’il attendait de la soirée. Je voulais que tout  soit parfait, que personne ne se mette sur notre chemin, juste voir ses yeux briller de bonheur.. Mais pas une seule fois je n’ai vu cette petite lueur de bonheur, comme le jour où je l’ai emmené à l’hôtel pour notre première rencontre, le lendemain en se réveillant il était tellement heureux en apprenant que j’étais à lui et qu’il était à moi... Avec ce petit rire joyeux qui ressemble à une douce musique, c’est ça que je voulais retrouver pour nos retrouvailles, mais je n’ai pas réussi, je l’ai déçu. Et je me suis moi-même déçu.  Comment ai-je pu rater une aussi belle soirée ? Tout était propice pour que ce soit magique, mais j’ai quand même réussis à en faire une catastrophe. Je retire lentement mes mains quand il les écarte de mon visage et regarde ses yeux avant de voir son sourire. Il essais de me rassurer, mais ça ne marche pas du tout, je sais que ce que j’ai fait est nul.

Pourquoi ment-il ? Pourquoi dit-il que j’étais parfait alors que je sais parfaitement que non… Il n’aurait pas eu besoin de me frapper, autrement.  Je fronce un peu les sourcils en écoutant ce qui semble être des excuses ? Il est navré.. Mais c’est moi qui devrais l’être, de ne pas être à la hauteur ! Il y a en réalité 6 959 pétales.. En comptant celles laissé de côté pour mettre dans le bain. Je renifle un peu et me ressaisis quand il me demande d’arrêter de pleurer et d’être heureux, je dois lui obéir. Je suis obligé.. Alors je me force à sourire et le regarde avant de lui rendre son baiser, je ne veux pas le décevoir encore plus.. Si il veut que je sois heureux et que je prenne ce bain alors on va le prendre.. Je le regarde partir vers la salle de bain en suivant le parterre de rose avant d’aller à la cuisine pour prendre la bouteille de champagne.. J’aurais bien prit quelque chose de plus fort pour m’aider à e détendre et être heureux comme il le désire, mais si il tombe sur l’alcool que j’ai acheté en son absence ça va encore plus gâcher notre soirée. Je sors deux verres à pieds en cristal avant de d’ouvrir la bouteille et le rejoindre.

J’observe la fumée sortir du bain, il à toujours la manie de nous ébouillantée quand on veut prendre un bain, c’est pour ça que je n’en prend presque jamais avec lui.. Je sors toujours rouge et fripé comme une tomate. Je soupir et le regarde ajouté la mousse à la vanille. Je m’approche un peu sans faire de bruit alors qu’il commence à se déshabiller mais il remarque quand même, c’est difficile de le prendre par surprise. Je le laisse prendre les coupes et la bouteille pour les poser à côté de ses vêtements pour m’emmener vers le bain. Je l’aide a retiré mon veston puis regarde ses mains s’occupé de retiré la cravate.. Si il savait combien de temps j’ai mis pour arriver à un nœud correct, il se moquerais de moi, c’est certain. Je souris un peu et le regarde avant de lui voler un baiser.

-Oui.. J’ai vu mon homme. C’est merveilleux, merci. On iras dormir ensuite.. je ne pense pas être très en forme ce soir.. Je veux juste profiter qu’on soit ensemble pour le moment, on verra bien la suite ensuite, d’accord ? Plus rien ne nous enverra loin l’un de l’autre.. Hum ? Tu es à moi et je suis à toi. Je ne veux plus être séparé aussi longtemps. Ce monde sera bientôt à toi, il n’y aura que toi qui décidera.. Tu donneras tes ordres et le monde entier obéira. Et ceux qui oseront s’y opposé perdrons la vie. Ça j’y veillerais. Je te promets que tu seras un vrai dieu, en attendant tu es le mien. Mon dieu tout puissant et tellement beau.  Je t’aime, mon mignon petit Quokka.

Je le prends par la taille et le serre contre moi avant de caresser sa joue tendrement, le visage un peu plus égayer. Je vais remplir les coupes de champagnes avant de les déposés sur le bord de la baignoire. Je reviens à lui rapidement et souris doucement avant de défaire les boutons de sa chemise de haut en bas. J’effleure la peau de son torse avec quelques contact fais exprès avant de faire tomber le tissu sur le carrelage de la salle de bain. Je caresse son torse du beau des doigts et plonge mon regard dans le sien avant de l’embrasser dans le cou. Je le mordille doucement en descendant mes mains le long de son corps jusqu’à sa ceinture que je défais. Je décolle mes lèvres de sa peau et lève les yeux vers les siens. Je fais descendre ses pantalons en emportant son boxer avec. Je l’ai retiré et ramasse ses vêtements que je pose soigneusement sur le comptoir avec le reste de ses affaires.  Je le presse un peu contre moi et caresse son dos avant de l’embrasser longuement. Je recule pour le faire entrer dans le bain. Je lui tends une coupe en souriant

-Mais toi à l’aise.. Je te rejoins dans quelques secondes. Juste le temps de retiré ce costume, spécialement mis pour l’occasion. La prochaine fois je te le ferais retirer avec les dents.

Je ris doucement et me recule avant de me dévêtir lentement sous ses yeux. Je défais lentement la chemise en souriant et ne le quitte pas des yeux.  Je la jette avec mon veston avant d’enlever mes pantalons que je lance avec mes vêtements un peu plus loin. Je souris en coin puis me tourne avant de faire subir le même sort au boxer. Je le regarde et m’approche doucement de la baignoire. Je passe une jambe après l’autre, lentement, pour m’habitué au bain chaud. Je m’y assois tout aussi lentement et prend Rick contre moi. Je souris et caresse ses cheveux. Je l’embrasse sur la mâchoire puis mordille son oreille. Je m’appuie contre la baignoire, mon amant contre le torse. Je bois un peu de champagne et ferme les yeux doucement, apaisé et détendu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   12/8/2015, 02:40

Je l’écoute faire son monologue avant de sourire tendrement, ému. Mon pauvre renard du désert. Il a autant souffert que moi de notre séparation. Même plus peut-être. Il voulait tant que ça soit parfait et il semble tant heureux de me ravoir près de lui. Je suis heureux. Heureux de le retrouver de nouveau et pouvoir l’aimer. Non, mon fennec. Plus rien ne nous séparera. Plus jamais. Je caresse tendrement sa joue alors qu’il me dit que je suis son dieu. Je ris doucement jusqu’à ce que je comprenne qu’il est sérieux. Je me pince les lèvres et déglutie un peu. Non. Je ne veux pas avoir cette responsabilité avec lui. Un dieu doit aider et veiller sur ses sujets obéissants et fidèles. Je ne peux pas me permettre une telle mission. Si jamais j’échoue? Que va penser Timeo? Il va me détester, m’haïr, me renier. Je ne veux pas que ça arrive! Je veux qu’il reste mon homme, c’est tout. Je veux rester son quokka… rien de plus… Je veux seulement une vie simple avec lui. Je ne veux pas être quelqu’un d’autre à la maison. Je suis déjà quelqu’un d’autre au travail. Je veux être moi avec lui, pouvoir me détendre et être humain, peut-être… Mais là… Être son dieu. Je ne veux pas, c’est trop. Je veux répliquer, mais il me prend par mes hanches et me tire vers lui. Il semble si heureux… Je ne veux pas gâcher son moment avec mes inquiétudes. Je suis son dieu maintenant. Je dois faire avec. Je ne peux plus me dérober. Je ferme les yeux en sentant sa main me caresser la joue.
Je gémis quand il s’éloigne de moi et l’observe remplir les coupes de champagne sans un mot. Je m’en veux de ne pas avoir la force de lui dire ce que je pense… Mais cette culpabilité est vite chassée quand il revient vers moi et commence à me déshabiller. Je gémis un peu, mal à l’aise. Je n’ai pas eu ce traitement depuis des mois et c’est si étrange de l’éprouver de nouveau. Je frémis lorsque ses doigts touchent à ma peau et soupire doucement de bien-être. Je frissonne alors qu’il laisse tomber ma chemise au sol et le regarde dans les yeux alors qu’il caresse mon torse. Il lève finalement le regard vers moi et je souris un peu avant qu’il ne m’embrasse dans le cou. Je penche ma tête en soupirant doucement pour lui donner un meilleur accès. Je ferme les yeux et gémis quand il me mordille et me pince les lèvres quand il descend ses mains à ma ceinture. Mon souffle devient un peu plus court, inquiet. Ça fait si longtemps que je ne me suis pas retrouvé nu devant lui. Et s’il n’aime plus ce qu’il voit? Et s’il ne m’aime plus à cause de ça?! Je m’agite un peu, paniqué, mais son regard se pose sur moi. Je le regarde et essaie de reprendre sur moi, mais c’est difficile. Je sursaute un peu en sentant mes pantalons ET mes boxers glissés sur ma peau. Je baisse la tête et les fixe tomber tous les deux au sol en déglutissant. Je reste tête basse alors qu’il prend mes vêtements pour les plier soigneusement et les déposer avec mon veston. Je me mordille les lèvres sans arrêt jusqu’à le sentir se presser contre moi. Je grimace un peu. Je n’aime pas le contact de vêtement sur ma peau nue comme ça… Je trouve ça étrange. Je déteste… Ça devient passable quand il me caresse le dos et m’embrasse. Je frissonne doucement et lui rends longuement son baiser. J’aimerais explorer sa bouche plus longtemps, mais il s’éloigne pour me laisser entrer dans le bain.
J’accueille avec soulagement l’eau chaude qui réchauffe mon pauvre petit corps frigorifié par mon fennec trop désireux de me voir nu. Je prends la coupe et bois un peu avant de rougir quand il me dit qu’il va me faire enlever son habit avec mes dents. Je déglutie un peu avant de boire une autre gorgée pour me calmer. Je le fixe, les yeux écarquillés, alors qu’il commence à me faire un strip-tease. Je détourne la tête, mal à l’aise de l’observer faire ça. Je reste un moment à fixer l’eau avant de lancer un faible regard. Je me sens tellement pervers de faire ça. De le regarder comme un objet de convoitise. Je n’ai jamais aimé ça, moi. Je me pince les lèvres quand il se retrouver nu et souris un peu. Je lui fais de la place quand il se décide enfin à me rejoindre et je m’appuie contre son torse en fermant les yeux. Je suis bien maintenant. Je suis au chaud, contre mon Tim, et j’ai l’impression que notre vie est redevenue normale. Je me mords soudainement la lèvre quand il commence à m’embrasser et me mordiller. Je déglutie doucement avant d’inspirer et ouvrir les yeux pour regarder devant moi.

-T..tim… J’ai… j’ai mis des bulles à la vanille… C’est… un aphrodisiaque. Je… pardon. Je ne voulais pas. J… je n’avais pas pris en compte que… tu serais tout aussi fatigué que moi. Je… Je n’aurais pas dû. J’aurais dû prendre celui aux pommes-cannelle. Il aurait été plus calme et plus détendant. Je n’ai pas réfléchie… Je ne suis qu’un imbécile! J’aurais dû m’en douté! Je… crétin, crétin, crétin!

Je lance ma coupe sur le plancher et prends mon visage dans mes mains. Je ne suis rien qu’un imbécile! Comment je peux être aussi stupide?! Qu’est-ce qui me prend?! Ça me fait peur. Rien que quelques mois loin de lui et je deviens fou dès que je le revois. J’oublie de réfléchir et de penser rationnellement. Je le frappe alors qu’il essaie seulement de défendre notre honneur. Et je mets un foutu produit aphrodisiaque alors qu’il est épuisé et veut seulement dormir! Je suis pathétique, horrible, méchant! Alors que mon pauvre fennec est tout pour moi, je gâche sa soirée qui a mis tant de temps à préparer. Je suis sûr qu’il pense à ce moment depuis mon départ. Depuis que je l’ai envoyé ici… Seul, loin de moi… Je le fais souffrir sans arrêt. Pourquoi est-il encore avec moi? Comment fait-il pour me supporter alors que je suis… horrible comme ça? Je gémis de désespoir et sursaute en entendant de l’italien. Je me concentre et essaie de comprendre ce qu’il me dit. Mon italien est rouillé…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   14/8/2015, 22:21

Je sursaute quand il jette la coupe de champagne au sol, je regarde les morceaux éparpillés et fronces les sourcils, furieux. Qu'est-ce qu'il lui prend soudainement ?! Il pense que c'est gratuit ?! Je les tiens de mes grands-parents, et il les jette l'air de rien contre le sol ?! Alors que tout ce que j’ai fait c’est l’embrasser dans le cou comme Je le pousse vivement, sans vraiment trop y mettre de force, c’est seulement un léger cou pour témoigner mon mécontentement. Pourtant, je le regarde avec haine, je lui en veux tout de même.. Il n’avait pas à faire ça. Je parle en italien, énervé, avec mon fort accent qui ressort, je ne le maitrise pas, c’est plus fort que moi.

-Je peux savoir pourquoi tu fais ça ?! Ce sont des coupes en cristal dans ma famille depuis trois générations, ce ne sont pas des jouets à briser quand monsieur Butler à décider de se défouler ! Je ne vois absolument pas pourquoi tu te mets dans cet état, je t’ai simplement embrassé dans le cou ! Où est la mal ?! Bon sang, tu ne peux pas juste être normal ?

Je me calme en voyant son regard embarrasser et triste, bien que je lis aussi un peu d’incompréhension, mais mon intention et mon expression lui fait bien comprendre que ce n’est pas du tout de la joie que je ressens... Je me pince les lèvres et prend sa main doucement avant de le tirer à moi. Je suis désolé.. Je n'aurais pas dû m'énerver comme ça. Je ne sais pas ce qu'il m'a pris. Je m'en veux tellement de lui avoir parler comme ça.. Il se sentait juste mal, il avait besoin de se défouler. C'est normal.. Je devrais le comprendre au lieu de m'énerver de cette façon. Je soupir et le serre contre moi avec tendresse. Je caresse son dos avec tout l’amour possible avant de poser mes lèvres contre sa tempe et murmure doucement en Irlandais. J'essaie de faire le moins de faute possible. Je n'ai jamais su le parler parfaitement bien même si j'arrive à le comprendre sans problème. C’est surement un blocage dû au fait que je veux être le meilleur pour lui, mais je suis stressé à l’idée de me tromper devant lui et donc me mélange les pinceaux. Je me débrouille quand même, ce n’est pas comme si je ne savais rien dire..

-Écoute.. On est tous les deux épuisé.. Ça a était une journée difficile et riche en émotions.. On devrait aller dormir. On se lave et on file dormir, ça va nous faire du bien. Ça ira mieux demain. Allez. Calme-toi, Rick. On se sentira mieux quand on auras passé une bonne nuit. Aller, mon tendre Quokka, ce n'est rien.. Nous avons tout donner tous les deux pour que ce soit parfait et on était beaucoup trop inquiet pour pouvoir profité pleinement.. Je n’ai presque pas dormi et ton voyage a été difficile, On est sur les nerfs, le mieux et de se calmer et prendre une bonne nuit de sommeil. Je te promets que demain ce passera mieux. Et je m’excuse infiniment pour ce que je t’ai dit. Je me suis emporté, mais ce n’est pas grand-chose.. Ce n’est jamais qu’une coupe, elle n’est pas irremplaçable, toi tu l’es.

Je lui souris tendrement et caresse sa joue avant de l'embrasser avec autant de douceur que possible et donc je suis capable.. une douceur infinie pour lui.. Je prends le savon et frotte son corps de partout, avec soin et délicatesse, jusqu'à ce qu'il soit propre avant de le laisser profiter dans l'eau pour se relaxer un peu. Je me nettoie ensuite le laissant se serrer contre mon torse, comme il le souhaite. Je pose un baiser sur ses cheveux et me lève pour sortir du bain. En lui disant de rester dans l'eau, je ne veux pas qu’il se blesse avec le verre brisé, je dois le protéger. J'attrape une serviette et me sèche rapidement avant de la nouée autour de ma taille. Je vais rapidement chercher le balai, dans le placard dans le couloir avant de revenir aussi vite, pour ne pas trop le faire attendre. Je nettoie le verre éclaté et me tourne vers Rick pour prendre sa main et le faire sortir de l’eau doucement, il est épuisé, et moi aussi, je n’ai qu’une hâte c’est de pouvoir me serrer contre lui et m’endormir. Je prends une serviette propre et le sèche en douceur avant de l’attacher autour de son bassin, je suis heureux de retrouver ses courbes, mais ce soir je n’ai vraiment pas la force de faire l’amour. Et je pense qu’il est de mon avis. Je le prendre dans mes bras et le soulève doucement en souriant, pour l'emmener à la chambre. Je suis les pétales jusqu’à notre immense chambre, que j’ai pris soin de décoré avec des photos de mon homme et moi partout.. Je dois bien avoué que cela m’a pas mal aidé à tenir loin de lui aussi longtemps. Pouvoir voir son visage, même si j’aurais préféré le voir pour te vrai, pouvoir le toucher.. Mais c’était déjà ça. Je le dépose sur le lit et le laisse découvrir les cadeaux pendant que je fouille dans sa valise pour trouver un pyjama. Je le dépose sur le bord du lit quand je le trouve enfin. Je retire ma serviette pour me mettre à mon tour en pyjama, enfin j’enfile boxer avant de le rejoindre dans le lit. Je souris et le serre contre moi avant d'embrasser sa joue. Je ferme doucement les yeux, les bras autour de sa taille et la tête contre la sienne. Je sens presque le sommeil me happer immédiatement, mais je lutte encore un peu.

-Les cadeaux te plaisent.. ? Ce n'est pas grand-chose, mais c’était juste une petite attention pour te faire plaisir quand on rentre. Aller.. Je suis épuisé, dormons, tu es d'accord mon amour ? Tu n’es pas fatigué toi ? Après cette rude journée..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   15/8/2015, 03:34

Ses mots me font mal. Horriblement mal. Je suis anormal. Il préfèrerait sûrement être avec quelqu’un d’autre. Un homme, ou une femme, qui n’a pas… toute cette folie en lui. Je suis horrible… Je gémis et fixe l’eau sans grand intérêt. Je n’ai plus du tout envie d’être dans ce foutue bain. Je m’agite quand il me serre contre lui et essaie de le repousser, mais je n’ai pas la force. Je n’ai jamais eu de force de toute façon. Surtout face à Tim. Il me parle en irlandais et je grimace un peu. Non… Ce n’est pas sa langue. Je n’aime pas ça quand il fait ça. Je gronde quand il me trouve des excuses stupides pour expliquer nos comportements. Ça ne se pardonne pas être anormal. Ça ne se pardonne pas d’être moi. Mon père me le disait tout le temps. Je suis une erreur. Un monstre… On devrait m’abattre avant que je ne devienne incontrôlable. Mais je crois qu’il est trop tard maintenant. Je suis incontrôlable. Je ferme les yeux alors qu’il m’embrasse. Je me laisse faire sans le lui rendre. Je n’ai pas envie de ses lèvres. Je ne les mérites pas. Pourquoi il est avec moi? Que me trouve-t-il? Et… et s’il est avec moi rien que parce qu’il a peur des représailles que je pourrais lui faire? Un jour, il pourrait voir à quel point je suis faible et fragile. Et il pourrait partir. Me laisser seul à jamais. Ou pire. Me trahir et rire de moi alors que je serais en prison. Me narguer de l’autre côté des barreaux et même m’apporter une femme, peut-être même des enfants! Je sursaute en sentant ses mains se balader sur mon corps et je gémis en essayant de l’arrêter. Mais je suis amorphe, sans énergie ni vouloir. Je le laisse donc continuer avant de sentir les larmes monter à mes yeux. Il est si bon avec moi et moi si rude avec lui. Je suis horrible… Pourquoi il reste avec moi? J’ai peur de l’avoir emprisonné en commençant à sortir avec lui. C’est un oiseau que j’en enfermé sans hésiter dans une cage, mais je ne suis pas foutu d’en prendre soin! Je me serre désespérément contre lui, sentant quelques larmes s’échapper de mes yeux sans que je ne puisse les retenir

-Ne me laisse jamais, Timeo. Jamais. Si jamais tu pars… je serais démolie. Je ne pourrais jamais me remettre. Je t’en prie. Jure le moi. Jure moi que tu seras toujours à mes côtés, jusqu’à ce qu’on soit vieux et tout ridé. Jusqu’à ce qu’on meurt de vieillesse, côte à côté, dans un grand lit douillet. Jure le moi, Timeo. Je veux te l’entendre dire, je veux que tu le grave dans ton cœur et que tu t’en rappelle pour l’éternité. Ne me laisse jamais. Quoique je te dise. Quoique se te fasse.

Il me répond en m’embrassant les cheveux et je gémis un peu. Ce n’est pas la réponse que je veux! Je le regarde se lever, désespéré, mais je respecte son ordre et reste gentiment dans le bain. Je le regarde se sécher sans un mot avant de fixer le plancher. Je lève lentement les yeux vers lui quand il prend ma main et je me laisse sortir de l’eau docilement. Je l’observe me sécher, fasciné par ses mains agiles qui vont et viennent partout sur mon corps. Je me laisse porté comme un princesse jusqu’à notre chambre, la tête plongée dans son cou chaud et rassurant. J’aimerais dormir comme ça cette nuit. Aussi près de lui. Je veux sentir son odeur, entendre son pouls, sentir sa respiration dans mes cheveux. Je veux le sentir tout autour de moi, protecteur et amoureux. C’est tout ce que je désir… Je lance un coup d’œil au plancher et souris faiblement en voyant les nombreux pétales. Je tends la main dans un fol espoir d’en attraper un. Évidemment, je suis trop loin pour ça, mais j’aime bien essayer. Peut-être que Tim va être gentil et m’en donner une poignée. Finalement, on entre dans la chambre et je fronce les sourcils en voyant les tonnes de photos tout partout. Je tourne la tête vers Tim quand il me dépose et souris un peu quand je vois des boîtes avec mon nom dessus. J’en prends une que j’ouvre lentement. À l’intérieur se trouve une magnifique cravate noire avec des têtes de mort blanches partout. Je passe mes doigts dessus et souris un peu plus. Un très bon tissu. J’aime. Je prends une autre boîte, plus petite, et l’ouvre sans hésiter. J’en sors de magnifiques boutons de manchettes en or et probablement en diamant. Je lève les yeux vers Timeo et secoue la tête doucement. Il n’aurait pas dû gaspiller de l’argent comme ça… Même si c’est magnifique. Le dernier cadeau, dans un sac, contient deux peluches. Un fennec et un quokka. En habit veston-cravate. Et sur leur petit mouchoir dans leur poche est marqué Tim, pour le fennec, et Rick, pour le quokka. Je me pince les lèvres, ému, et mets lentement mon pyjamas avant de serrer les peluches contre moi. Je lance les autres boîtes au sol pour dégager le lit et me couche lentement, me glissant sous la couette. Je frémis quand Tim me serre contre lui et je ferme lentement les yeux. Je mets les peluches entre nous et pose une main sur son torse, au niveau du cœur. Je lui réponds d’une voix ensommeillée, entre deux bâillements

-Oui… Je suis fatigué, Tim. Épuisé… J’ai juste le goût de dormir. Une vraie nuit pour une fois… Merci. Merci pour tous ces cadeaux. C’est magnifique. Tu n’étais pas obligé de faire ça… J’aurais pu m’en passer. Mais merci. C’est gentil de ta part, Timeo. Mon fennec, mon tendre fennec. Mon amour, mon ange mon Timeo…. Tu es à moi…

Je l’entends répliquer que je suis à lui et je souris avant de m’endormir rapidement. Mais je me réveille en sursaute au milieu de la nuit, en sueur et le cœur battant. Je me redresse vivement et regarde autour de moi, complètement paniqué. Je suis tremblant comme une feuille et j’ai les larmes aux yeux. Je sursaute en sentant quelque chose me toucher et je le repousse vivement, sur mes gardes. Je me détends en voyant que c’est Tim et je me sers désespérément à lui, me contrôlant pour ne pas pleurer. Je fixe son torse, le souffle court, n’arrêtant pas de tremblant malgré les bons soins de Tim.

-C’est horrible… J’ai… J’ai rêvé à toi… Mais c’était horrible… Je revenais ici, après être partie de l’Asie. Et il y avait l’agent de la CIA dans le salon. Tu… étais attaché à une chaise et… il te pointait une arme sur la tempe. Il m’a dit… que je devais mourir et tu allais mourir. J’ai refusé. Je connais ce genre de marché. Tu n’aurais pas survécu après moi! Et… il t’a tué. Tu… ton crâne a fait boum et… le sang…. Et ton cadavre… C’était si réel! Et… et… l’agent m’a arrêté et mis dans une cellule. Avec plein de photos de toi… de ton cadavre… Et…. Je n’avais rien pour te rejoindre. J’étais prisonnier! Je… j’ai souffert si longtemps puis… je me suis réveillé. Et tu es là. Vivant… Mon Tim… Je deviens fou… Aide-moi! Je t’en supplie, tu dois m’aider! Je suis fou!

J’éclate en sanglots incontrôlable, me serrant contre lui. Je n’arrive pas à m’arrêter. Je sais que ce n’était qu’un rêve, mais c’était si réaliste. J’ai eu si peur et si mal de l’avoir perdu. De savoir qu’il est loin de moi pour toujours et que je ne puisse pas le rejoindre. Ça m’a fait tellement mal… Je tremble toujours. Je suis incapable de m’arrêter, même si je suis revenu à la réalité. Je n’arrive tout simplement pas à me ressaisir. C’était trop. Voir mon seul bonheur mourir, c’était trop pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   15/8/2015, 20:11

Je souris en sentant sa main posée sur mon cœur et caresse doucement sa hanche. Je suis heureux qu'il aime c'est quelques petites choses, ce n’est pas grand-chose pourtant, mais il aime, c’est l’essentiel. Je lui réponds que je suis à lui et qu'il est à moi. Bien sûr que je suis à lui.. Je l'es toujours était.. C'est mon Quokka, je suis son Fennec et ça ne changera jamais. Je pose ma tête contre la sienne et m'endors aussitôt, épuisé. Je me réveil quand Rick s'agite. Je le regarde et fronces les sourcils, il est au bord des larmes, paniqué, je n’aime pas ça, je n’ai jamais aimé le voir dans cet état, je voudrais le voir toujours heureux.. Son rire est tellement magnifique ! Je me redresse doucement et pose une main sur son dos, que je caresse d’une main légère et douce pour le rassurer. Je le regarde surpris quand il me repousse, mais le laisse prendre le temps de réaliser que ce n'est que moi et qu'il n'y a aucun danger. Je le prends doucement contre moi et caresse son épaule une fois qu’il s’est reprit. Je le garde près de moi et m'appuie contre la tête de lit. Je l'embrasse tendrement et soupir. Qu'est-ce qui peux le mettre dans cet état ? Qu'est-ce qu'il a pu cauchemarder pour être aussi apeuré. . Aussi effrayé. Je l'embrasse sur les cheveux et le berce doucement pour le calmer. J’ai l’impression de tenir un bébé sans défense que je dois choyer.. ce n’est pas déplaisant, mais ça reste mon fort et courageux Rickard. Peu importe ce que c'était, ce n'est qu'un mauvais rêve. Inutile de se mettre dans cet état. Tu es fort mon amour.. Bien plus fort que des stupides rêves qui veulent t'effrayer. Tout va bien.. Je suis là. Tu n'as rien à craindre. Je l'écoute en silence, le berçant doucement. Je remonte la couverture sur lui pour ne pas qu'il est froid tout en le serrant contre mon torse. Je lui rends les peluches avant de sourire tendrement.


-Tu n’es pas fou, mon tendre. Tu n'as rien d'un fou. Tu es juste fatigué. Et nos disputes t'ont mis mal.. Mais je vais bien. On est tous les deux.. Personne ne va nous séparer. Cesse de t'inquiéter. On va vivre longtemps.. Très longtemps, ensemble et en pleine santé ! Tu me crois assez idiot pour qu'on puisse m'attraper.. ? Je t'en prie. Allez, mon Quokka. Arrête de pleurer. Ne fais pas ça. Je n'aime pas te voir triste comme ça.. Reprend toi. Ce n'est qu'un vilain rêve, on va très bien.. Et on est enfin ensemble. Tu n'a plus à t'inquiéter maintenant. Je m'occupe de tout.. J'assure ta protection. Personne ne va te faire du mal. Si jamais on essaye, je te promets que je ne laisserai pas une chose pareille passer sans rien faire. C’est comme avant, je suis ton garde du corps.. le garde de ce merveilleux corps qui m’appartient.

Je le serre contre moi un peu plus alors qu'il éclate en sanglots. Je soupir, détestant vraiment le voir dans cet état. Ce n'est pas bien.. Il faut qu'il se ressaisie, il est en vulnérable et ça pourrait lui couté. Heureusement personne ne nous connais encore pour le moment, dans cette ville. Je ne supporte pas de voir mon amant aussi triste.. Aussi mal. Il est fort.. Tout le temps. Et le voir aussi faible est toujours douloureux. C'est comme si j'avais raté quelques choses.. Comme si c'était de ma faute.. Mais ça l'es. Je devrais toujours m'assurer qu'il soit heureux. Et il ne l'es pas du tout depuis son retour. Je ne lâche pas et ferme les yeux un moment. Je fais mal mon travail, je ne le protège et pas je ne le rends pas du tout joyeux.

-Je vais te chercher un bon thé comme tu aimes avec du lait chaud.. Et pourquoi pas un cookie ? Je les ai fait hier. Tu verras, ils sont très bon.. Tu vas te régaler et tu vas pouvoir te rendormir tranquillement. Je vais bien m'occuper de toi, mon bel amant.. Tellement gentil, tellement parfait. Plus aucun mauvais rêve ne va t’embêter ce soir, je vais y veiller toute la nuit.

Je souris doucement et l'embrasse en tenant son visage entre mes mains. Je me lève et pose sa tête sur l'oreiller avant de mettre la couverture sur lui, bien comme il faut et lui donne les peluches. J'aime m'occuper de lui comme ça.. M'assurer qu'il ne manque de rien et le rassurer.. Mon petit homme.. Le plus important. Je le regarde avec amour et vais à la cuisine pour prendre quelques cookies que je fais réchauffer au four pendant que je prépare du thé avec un peu de lait. Je sors les cookies bien chauds du four et pose le tout sur un petit plateau. Je prends quelques pétales pour les disposé sur mon plateau et faire une belle décoration. Je veux que tout soit parfait, qu’il oublie ce dont il vient de rêver. Qu'il oublis sont affreux cauchemar. Je frissonne en y repensant et me reprend rapidement avant de retourner dans la chambre. Je pose le plateau près de Rick et caresse ses cheveux avec amour. Qu'il est beau.. Oui, j'ai un homme merveilleux.. Et il est à moi. Je lui murmure un ‘Je t'aime’ en italien. Je m’assois près de lui et souris en l’observant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The king is back! (PV Timeo)   27/8/2015, 02:07

Je me détends peu à peu sous les traitements de mon amant. Ses caresses, ses baisers et sa présence me permettent de me détendre et me reprendre petit à petit. Je sais que je ne vais pas réussir à me rendormir de la nuit après ce cauchemar horrible. Et la mort de mon fennec qui me revient en boucle, sans arrêt, sa tête qui explose et le sang… et cet agent, satisfait. Je perds de nouveau le contrôle. Malgré toutes les bonnes intentions de Timeo, je n’arrive pas à me retenir. Puis, je l’entends parler de nouveau. Il est toujours aussi calme, aussi serein. Dans les pires situations, il reste toujours là, près de moi à me supporter et m’accompagner. Comment arrive-t-il? J’aimerais connaître son secret… Il me parle de me faire un thé avec des biscuits. J’accepte d’un hochement faible de la tête et lui rends longuement son baiser, posant une main sur la sienne. Je gémis doucement quand il me borde comme un enfant et le regarde jusqu’à ne plus pouvoir le voir. Je m’agite un peu, craignant le pire. Et si l’agent était là? À attendre Timeo? Non! Je me redresse vivement et m’agite un peu plus. Je sursaute à chaque planche qui craque et chaque seconde qui passe me semble une éternité. Je serre fortement les peluches contre mon cœur et déglutie difficilement. Je ferme les yeux et me murmure des paroles en Irlandais. Une petite comptine pour enfant que mon père, dans ses bons moments, lui arrivait de chanter. Je chuchote encore et encore la comptine, le regard allant, à chaque bruit que j’entends, à la porte. Finalement, je vois Timeo revenir et je me tais en lâchant les peluches. Je souris faiblement quand il me dit ‘’Je t’aime’’ et prends doucement la tasse que je bois à petites gorgées, me brûlant un peu plus la langue à chaque fois. Je ne quitte pas des yeux Timeo, craignant qu’à chaque instant il disparaisse, se volatilise. Je prends un biscuit que je trempe doucement dans mon thé avant de manger lentement. Ils sont délicieux. J’envie Timeo et son talent en cuisine. J’aimerais pouvoir faire des plats aussi bons et réussi que les siens, mais ça n’arrive jamais, même quand il me donne toutes les consignes. Tim met quelque chose de spécial quand il cuisine, comme un ingrédient magique pour donner un goût de paradis à ses plats. C’est fabuleux et j’adore quand il me prépare à manger.
En Asie, je ne mangeais que très peu et souvent dans les restaurants. Je ne suis même pas sûr de la viande que je mangeais. Ça pouvait très bien être du porc ou du rat, mais je mangeais. Parce que j’avais en tête qu’un jour, je reviendrais auprès de Tim et qu’il me ferait un vrai repas comme je les aime. Et il m’a fait ces biscuits… Je souris faiblement avant de me rappeler toute ma cavale en Asie. Les policiers qui se rapprochaient toujours plus… Et la peur de ne pas pouvoir voir le jour. L’angoisse de ne pas recevoir les lettres de Tim avant de devoir quitter l’endroit. Le pire, c’est quand j’ai été blessé. Je l’ai caché à Tim, de toutes les manières possibles, et je dois m’assurer qu’il ne trouve jamais la cicatrice. J’ai reçu une balle, tout près de mon cœur. Ça m’a valu une hospitalisation pendant de longues semaines. Ça aurait pris moins de temps si je n’avais pas répondu aux lettres de Tim, mais je ne voulais pas qu’il sache. Je ne lui ai jamais dit. Et jamais je ne lui dirais. Il n’a pas à savoir l’enfer que j’ai vécu loin de lui. Il n’a pas à être inquiet à l’idée que j’aurais pu y laisser la vie là-bas, sans lui à mes côtés. Je frémis doucement et finis mon thé que je dépose dans le plateau avant de prendre le dernier biscuit. Je le mange lentement avant de plonger mon regard dans celui de Tim et parler doucement, presque dans un murmure, comme si j’avais peur que quelqu’un nous entende.

-J’ai eu peur, loin de toi. J’avais peur chaque jour. Je n’ai jamais été aussi loin de toi aussi longtemps. Je m’en suis voulu de t’avoir envoyé loin de moi. J’étais perdu, sans toi, je ne faisais pas attention à moi. Parce que je croyais que tu serais là pour me sauver à chaque fois. Mais, tu n’étais pas là. Je t’avais envoyé loin de moi et c’était stupide! Qu’est-ce que j’aurais fait, dit moi, si je t’avais perdu pour toujours? Que l’avion qui t’a mené ici ne se soit jamais rendu ou que tu te sois fait attaqué un soir et tu sois mort? Qu’est-ce que j’aurais fait, seul, ici, avec un cadavre comme seul compagnie? Jamais. Plus jamais tu ne seras loin de moi. Tu m’appartiens. Tu es ma propriété et je ferais en sorte de te protéger, te préserver. Je ferais en sorte que personne ne te fasse du mal. Je sais que c’est ton travail, mais… s’il te plaît. Laisse-moi le faire. Juste… pour moi. J’ai besoin de te savoir en sécurité… Loin de toutes menaces…

Je ferme doucement les yeux et me serre contre lui. Je serre les poings contre son torse avant de gémir doucement. Je me sens si faible, si dépendant. Mais n’est-ce pas ce que je suis? Timeo est tout pour moi. Je ne pourrais pas vivre sans lui. Il était là dans ma période la plus noir et il est encore là, près de moi, me soutenant quoiqu’il arrive. Je murmure encore plus bas, comme si je craignais d’entendre moi-même ce que j’ai à dire

- Je ne veux pas dormir… J’ai peur du cauchemar. Je ne peux pas me rendormir sans revoir les images…. Conte-moi une histoire, Timeo. N’importe quoi. Dis moi comment ça se passe à ton travail. C’est bien? Tu t’es fait des amis? Il y a un couple de quokka-fennec là-bas? Ça serait mignon, non? Tu ne penses pas qu’ils devraient en faire un, couple. Ça serait vraiment génial. Tu vas me faire faire un tour, un jour? Un tour privé. Me faire entrer dans les enclos! Ça serait incroyable à vivre… Tu vas le faire, Tim?
Revenir en haut Aller en bas
 
The king is back! (PV Timeo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life In New York :: Corbeille :: Messages Supprimés :: Sujets suppr-
Sauter vers: