AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Charly Jones - Come with me now ! - FINIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
MessageSujet: Charly Jones - Come with me now ! - FINIS   1/5/2016, 22:43


   
Charly Jones

   

   
LA BASE

Nom : Jones
   Prénom : Charly
   Age : 25 ans
   Nationalité : Américain
   Emploi/Etude : Étudiant en fac de psychologie
   Avatar : Dylan O'Brien



   
DESCRIPTION PHYSIQUE

Vous connaissez cette situation où, qu’importe la réalité, votre reflet est transformé par votre propre esprit ? Voilà ce que moi, je ressentais à cet instant précis. Maman me disait toujours que j’étais un beau garçon, avec une apparence bien singulière. Cette singularité se situait au niveau de mon regard, mes yeux sont vairons, l’un bleu et l’autre vert. Je vous l’accorde, ça ne fait pas de moi un homme foncièrement différent, mais il faudrait voir à expliquer aux gens que je suis un monsieur tout le monde dans ce cas. Lorsqu’on voit certains regards appuyés dans la rue, on est en droit de se demander si la personne nous trouve attirant, ou si elle veut juste nous faire griller au barbecue pour ça. Je dis ça parce que, il existe encore des gens, surtout dans notre cher pays qui s’imaginent qu’avoir les yeux de deux couleurs différentes constitue un signe du diable. Oui… Si Satan habitait ma caboche je serais le premier informé n’est-ce pas ? Toujours est-il que ces yeux s’accompagnent d’un visage assez harmonieux, si vous suivez l’avis de ma mère. Le Charly à l’état sauvage arbore aussi une longue crinière noire, ayant la capacité de partir dans tous les sens malgré tous les traitements possible et imaginable. A croire que mon corps n’a pas encore comprit que cela ne servait à rien d’essayer vainement de faire peur aux prédateurs dans le sens où le plus gros risque que je cours est de me faire mâchonner par un tigre échappé du zoo. Quoi que… Je préférerais sans doute une panthère, noire s’il vous plait. C’est plus classe.
Niveau fringue, j'avoue aimer arborer des t-shirts sur le thème de la pop culture. C'est mon petit côté geek, que voulez-vous ? Mes pieds ? Ils ne vont jamais sans mes converses rouge vif. Je les bichonnes ces pompes. Comme si il s'agissait de mes propres petits bébés.  



   
CARACTÈRE / PERSONNALITÉ

   

Hé bien… Je vis selon une philosophie… Si tu ne m’embête pas sur mes défauts, moi je ne le ferais pas sur les tiens. Accro au Hakuna Matata, je ne me prends pas pour le roi, qui suis-je pour juger les autres ?! D’un tempérament calme, je ne perds que rarement mes moyens (a part lorsque je suis sujet au stress, ou lorsque je rencontre une des nouvelles conquêtes de mon père, là c’est différent, n’est-ce pas ?) D’une zen attitude sans nom, il faut carrément pousser mémé dans les barbelés pour que j’en vienne aux mains. La normalité affligeante de ma vie me gonfle. J’avoue regretter de temps en temps la vie que je menais avant. Mais j’essaye de faire avec. Je suis… Résigné ? J’avoue ne pas être un parfait optimiste, en fait je suis plus du genre à voir la vie en noir et blanc comme un vrai poète. Mon estime de moi se situe dans mes chaussettes, sait-on jamais, peut-être qu’un jour elle rencontrera ma confiance ? Enfin ce manque de confiance est camouflé sous un emballage assez charmant.
Mon père dit toujours que j’ai mal choisis ma filière, que j’aurais dus être commercial plutôt que dans la psycho. Après tout d’après lui, je cite « Ce gamin serait capable de vendre une poignée de sable à un chameau ». Vous l’aurez compris, j’ai la tchatche, je suis sociable, une vraie pile électrique montée sur ressort. Mais cette facette de moi cache ce petit garçon qui a peur du noir, ce petit garçon qui peine à avancer et à voir les couleurs de l’arc en ciel.

La vie a fait de moi un p’tit gars espiègle, presque roublard. Débrouillard et doté d’un intellect me permettant de sortir de bien des situations, j’avance malgré tout sans me détourner de mon but. Je fonce tout droit, et déjouerais tous les obstacles que je croiserai sur ma route. Un dernier petit détail… N’allez pas croire que je suis de mauvaise compagnie, cela est complétement faux. Mes nombreux cours de théâtre que j’ai pris il y a quelques années m’ont permis de créer un personnage que je montre en société, après tout… La vie est une sorte de jungle, si on a pas de griffes ni de camouflage, on finit en chaire à corbeau.



   
HISTOIRE


Certains naissent avec une cuillère en argent dans la bouche, d’autres non. C’est mon cas. Issu d’un amour de lycée, certes reconnu par mon père, ce dernier disparut peut après ma naissance, laissant ma mère s’occuper seule de son rejeton. Ma mère a toujours été une bonne personne. Envers moi comme envers les autres. Peut-être un peu trop naïve, mais cela importait peu. Nous vivions heureux dans cet appartement un peu miteux de Brooklyn. Ces année-là sont celles que je chérie encore aujourd’hui. Ma mère tentant de s’en sortir, travaillait dans un petit restaurant familial. En fait ce bloc-là était comme une grande famille pour moi qui n’avais pas de père. Et pourtant… Pourtant, il y avait un manque, une ombre au tableau. Hé oui, si j’avais su, je ne me serais pas plaint de l’absence de mon père, puisque désormais c’est tout ce dont je rêve.
Pour tout vous avouer, j’ai toujours été un gamin un peu à part. Assez malin pour s’en sortir quoi qu’il lui en coûte, mais aussi assez fragile psychologiquement. En réalité j’avais une maman super attentive mais je n’osais jamais lui parler de mes soucis d’ordre… Sociaux ? Comme quand les gamins se moquaient de moi en me surnommant « l’Alien » … Pourquoi ?! ça c’est encore un mystère non élucidé ! Mais j’avoue que ces réactions avaient tendance à me chauffer les oreilles et à m’enfermer dans le mutisme. Les gamins sont méchants entre eux, mais ça… Je n’en ai jamais douté ! Mais qu’importait. Il ne fallait pas créer de problème. Mais vous savez, cet aspect de pseudo bonheur ne dure jamais bien longtemps. Il y a toujours quelque chose qui fait qu’il y a un cafouillage. Quelque chose qui se brise. Et cette histoire n’est pas un conte de fée, c’est pour ça que le cafouillage est présent. Oui… Si j’avais voulus raconter une bonne histoire, j’aurais sans doute commencé par « Dans un trou vivait un hobbit. Ce n'était pas un trou déplaisant, sale et humide, rempli de bouts de vers et d'une atmosphère suintante, non plus qu'un trou sec, nu, sablonneux, sans rien pour s'asseoir ni sur quoi manger : c'était un trou de hobbit, ce qui implique le confort. » Mais je ne l’ai pas fait. Et vous allez vite deviner pourquoi. Alors que j’avais une bonne quinzaine d’année (l’âge ingrat où tu es énervé contre tout et tout le monde -ceci implique même le trottoir sur lequel tu marches), j’avais retrouvé une foule de gens à la maison, en rentrant d’une journée assez difficile. Ne faisant pas partit du gang des populaires et EN PRIME adorant l’informatique, je n’avais pas été déçu du voyage. Toujours est-il que ces personnes s’avéraient être le personnel médical d’une maison dont j’essaye d’oublier le nom. « Encore un coup de mes chers camarades, ou une moquerie quelconque » me dis-je… Mais j’étais pas au bout de mes surprises. C’était à propos de ma mère. Ho bien sûr… Je savais que quelque chose clochait. Elle ne travaillait plus, et je devais l’aider pour un peu près tout, mais je n’en parlais à personne… Parce que c’était mon fardeau, rien qu’à moi. Que personne ne pouvait ni ne devait me séparer de ma mère.

« Gamin… Suit-nous, il faut qu’on parle, et très sérieusement. »

C’était un homme robuste qui avait parlé, celui qui bien plus tard apparaîtrait dans quelques essais de textes sous le nom de « Dr Steevenson » il avait toujours le mauvais rôle. C’était toujours lui « le méchant ». L’homme original n’était pas mauvais, mais c’était lui qui avait endossé la responsabilité de m’expliquer la situation. M’emmenant dans une vieille et grande demeure, il me fit ensuite assoir dans un bureau.

« Mon petit gars, Charly c’est ça ? J’ai quelque chose de très important à te dire. »

Il y eut un gros silence, comme si il rassemblait tout son courage pour parler. Avant qu’il ne s’exprime enfin.

« Des policiers ont retrouvé ta mère déambulant dans les rues. Elle semblait totalement perdue et a agressé quelqu’un. Elle est donc restée en garde à vue quelques heures, puis les forces de l’ordre nous ont contactés. Maintenant c’est à toi de me dire depuis combien de temps elle est comme ça. »


Ma gorge se serra alors que mon regard se perdait dans le vide. Je m’humectais les lèvres, me préparant mentalement à parler.

« Un an. Ça a commencé par des trucs pas si horribles, elle n’arrivait plus à se souvenir du trajet pour le boulot, et elle oubliait des petites choses. Puis elle a perdu son indépendance à force. »

Je lançais un regard apeuré à cet homme.

« Je… Je m’occupe bien d’elle ! Je m’en occupe très bien je vous l’assure, elle mange bien, elle est calme et à la maison. Elle… Je m’occupe bien d’elle ! Je suis un bon fils ! »

Il fit quelque chose de très simple. Posant sa main chaude sur mon épaule, il me regarda d’un air doux.

« Nous savons tout ça… Nous le savons. Mais ta maman a besoin de soins. Alors ton père a décidé qu’il valait mieux la laisser chez nous. Comme tu es trop jeune pour rester seule, il doit reprendre ta garde. »

Ce jour-là fut le plus dur de toute ma vie. Mon père n’était pas un mauvais bougre. Mais dieu qu’il était frivole. Mais il n’y eut pas que ça en grand changement. Hormis les belles- mères à peine majeures qui changeaient très souvent, il y avait aussi ce passage de la précarité à la richesse. Je n’ai jamais aimé ça. Je ne me suis jamais sentis aussi à l’aise que lorsque mon quartier était ma famille. La suite de mon histoire n’est pas bien intéressante. Ma mère continuait à s’enfoncer indéfiniment dans la démence et la perte de mémoire. Quant à mon père, il avait fait de gros efforts, je l’appréciais mais… Quelque chose bloquait mon affection. Peut-être était-ce surtout parce que je ne le connaissais pas, ou du moins ne l’avais jamais connu. Quant à moi… Je terminais mes études avec succès. Ce que je fis ensuite ? Je m’occupais un peu de moi. Décidant de prendre une année sabbatique pour voyager où bon me semblait. C’était un raisonnement égoïste digne d’un gosse de riche. Mais n’était-ce pas ce que j’étais en quelque sorte ? J’avais besoin de prendre du recul… Pas mal de recul. Puis cette année sabbatique en entraîna une autre, puis une autre. Au final, j’avais passé plus de six mois en Inde, et un an et demi au Japon, deux pays que j’appréciais (surtout à cause de leur culture). Puis une autre année en Norvège. Oui… J’avais VRAIMENT besoin de me couper du reste de mon monde. Depuis mon retour je suis en fac de psychologie où je suis des cours un peu comme monsieur tout le monde.



   
VOUS

Prenom : Appelons-moi Zazou :D
   Age :  21
   Niveau de RPG : Je dirais assez bon ? Mes rp vont de 500 mots à plus selon l'inspiration
   Multicompte : nop
   Où avez-vous connu le forum : Via FB !
   Code : Liny ?


   
Fiche Créée par KIARIE de BLACK EDEN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Charly Jones - Come with me now ! - FINIS   3/5/2016, 11:23

:) Double post pour prévenir que j'ai finis ma fichette !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Charly Jones - Come with me now ! - FINIS   3/5/2016, 11:47


   
CONGRATULATION!

   

   
Et maintenant?

Félicitation, ta présentation a été validée!

   Pour continuer sur ta lancée, nous te conseillons :

   - De bien compléter ton profil si cela n’est pas déjà fait et ce, avec les informations de ton personnage. (Note bien qu'a la partie "A NY Depuis:" il faut répondre soit toujours, soit par le mois et l'année d'arrivé de ton personnage dans la ville).

   - De consulter la liste d’information de base sur les membres du forum > ICI < afin de voir si tu peux te trouver de potentiel liens ou affinités avec un personnage pour lui proposer un sujet. Au passage, donnes tes informations pour pouvoir être ajouté à la liste pour les autres membres.

   - D’ouvrir ton sujet de référencement de tes sujets > ICI < et ton sujet de liens > ICI < toutefois, ne te contente pas d’un sujet avec juste écrit « UC ou en construction » cela n’a aucun intérêt. Une fois tes sujets ouvert, place leur lien dans ta signature pour que tous les membres aient rapidement accès à tes fiches et donc les informations clés de ton personnage.

   - De faire ta demande de logement > ICI < histoire de ne pas être à la rue.

   - Viens nous rejoindre sur la chatbox ou dans le flood pour faire connaissance avec les autres membres et crées des liens !

   Voilà ! Si tu as des questions, n’hésites pas à contacter un membre du staff !


   
Fiche Créée par KIARIE de BLACK EDEN
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Charly Jones - Come with me now ! - FINIS   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charly Jones - Come with me now ! - FINIS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life In New York :: Corbeille :: Messages Supprimés :: Présentation & Gestion perso suppr-
Sauter vers: