AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Stand on the horizon [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
● Nombre de messages : 80
● Date de naissance : 10/10/1984
● Age : 32
● Originaire de : Ecosse
● A NY Depuis : Fin Juillet 2016
● Emploi/Etudes : Commissaire-priseur à la recherche d'un emploi.
● Theme Musical : Run, I'm A Natural Disaster.
● Avatar : James Mcavoy
● DC : Aucun.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Stand on the horizon [Terminé]   31/10/2016, 22:00





Stand on the horizon
Castiel L. Wilde & Rory O'Shea


Right action, right words.

Une bière, sa canette encore à la main et l'humidité s'imprégnant dans son pantalon. Il avait quelques secondes auparavant percuté un lampadaire et s’était promptement excusé d’un “pardon madame” avant de reprendre la route et de se rendre compte de sa bêtise.

Fuck, souffla-t-il.

Les bras écartés, Rory baissa la tête et se mit à jauger l'étendu des dégâts. Il n’était plus à ça près. Il renversa la tête en arrière, drainant le reste de sa bière. Durant de longues minutes l’Ecossais continua de marcher sans but. Arrivé devant une énorme porte il tira une dernière taffe puis l’écrasa sous sa semelle tout en observant les petits pète-secs qui sifflotant du champagne derrière la porte vitrée. Il prit quelques secondes pour checker son reflet dans le vide non sans pencher d’un côté puis d’un autre. Soudain un joli petit cul qui passe sous son nez. Rory haussa les sourcils avant de relever les yeux. Le choc : Viviane ici. Inspire, expire. Titubant, Rory franchit rapidement, d’un pas large et imposant, la porte en se cognant dans l’encadrement. Le regard rivé sur sa belle blonde, Rory tendit le bras avant de s’emmêler les pieds et de s’écraser lourdement au sol. Paf ! Le choc. Il se redressa rapidement pour suivre la jeune femme, celle qui avait volé son coeur vingt ans plus tôt. Tous les regards étaient posés sur lui. Les petits riches de New York se pressaient autour des oeuvres dont ils ne connaissaient rien ou presque. Un traits par ci un trait par là et si ça pouvait faire criser môman alors c’était la plus belle oeuvre du monde. Pour eux ce n’était qu’un achat comme un autre alors que pour Rory c’était simplement tout ce que Viviane lui avait appris, l’ouverture sur un autre monde. Sans plus attendre il poussa, bouscula les petits fils à papa sans quitter son ex-femme du regard.

Viv’...

Il avait envie de dire qu'il la connaissais comme si il l’avait fait et que malgré les dix ans d’absence, il pouvait encore le croire, malgré l’amertume, la rancœur et l’agressivité ravalée qui se dégage de chacun de ses traits. Il croyait que le résultat serait le même de toute façon,

Il fronça les sourcils quand un vieux lui passa devant. Grognant il tourna la tête vers son ex-femme qui n’était déjà plus là. Rory tourna la tête à droite puis à gauche, espérant voir la petite tête blonde mais rien. Il y avait trop de monde à cette “putain” de galerie. Il avait presque envie de dire qu’il connaissait Viviane comme si il l’avait fait et que malgré les années d’absence, il pouvait encore croire, malgré l’amertume, la rancoeur ravalée qui se dégageait de ses traits, il savait qu’elle avait du fuir en l’entendant l’appeler. Se passant une main sur le front il tourna les talons et s’approcha d’un tableau, sortit sa flasque et se mis une bonne rincée dans le cornet. Soupirant il tituba vers un autre tableau. C’était drôle comme ça le faisait chier d’être ici, d’avoir perdu Viviane dans une foule aussi dense. Ca lui donnait envie de tendre le bras, d’attraper ce plateau de coupe de champagne et de l’envoyer à travers la gueule du premier venu. Et leur gueule de petit…

Une coupe, monsieur ? lui demanda-t-il.

Rory fit volte-face vers le serveur, la flasque encore à la main. Il acquiesça d’un signe de tête, prenant le verre, le portant à ses lèvres et le vidant presque aussitôt. Claquant le verre sur le plateau il se pencha peut-être un peu trop en avant, ce qui lui fit perdre l’équilibre. Il alla s’écraser contre le mur en ricanant. Les petit marmonnement gênés, les “oh” de surprise et de dégoût, il n’y faisait même pas attention, bien trop alcoolisé pour comprendre son environnement. Il se mit à rire sans trop savoir pourquoi. La chaleur ambiante, les regards, les sourires, la tristesse de la situation ? Tout cela n’était qu’un beau mélange d’un samedi soir comme les autres.


camo©015

......................................................................................................................................................

SAME RULES APPLY


Dernière édition par Rory O'Shea le 5/11/2016, 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 1044
● Date de naissance : 11/11/1980
● Age : 36
● Originaire de : Moscou
● A NY Depuis : Février 2006
● Emploi/Etudes : Directeur d'une galerie d'Art
● Theme Musical : Ex's & Oh's
● Avatar : Misha Collins
● DC : Wilde, Wong, Wright


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur http://stephanyhardy.deviantart.com/ https://www.facebook.com/https://www.facebook.com/stephanie.hardy.00 https://twitter.com/https://twitter.com/St_Hardyz
MessageSujet: Re: Stand on the horizon [Terminé]   31/10/2016, 22:39

Une autre soirée de vernissage à la Wilde Galery. Celles-ci étaient habituelles à vrai dire. Malgré tout comme à chacune, Castiel appréciait celle-ci comme les autres, ne s'en lassant pas. Bien que pouvant aisément se passer des formules de courtoisie et de politesses qui allaient de paire avec ce genre d'évènements, c'était un plaisir pour lui de faire connaître un nouvel artiste au grand monde, ou bien de présenter les nouveaux travaux d'un déjà connu. Il était simplement dommage que la moitié des gens ici présents ne s'y connaissent pas en Art. Certains prétendaient s'y connaître, d'autre aimer cela, mais généralement, ce n'était que du vent. Et, en grand connaisseur et amateur qu'était Castiel, il savait faire la différence entre les menteurs et ceux qui y portaient un véritable intérêt. Ces derniers étaient rares, mais au moins, ils étaient bien choyés et les bienvenus dans ces lieux. Et il était sûr, qu'au milieu de ces gens habillés de leurs beaux costumes, et de ces femmes dans leurs belles robes, s'en tenait quelques uns. Jusqu'ici, cependant, rien de tel. De simple amateurs qui n'avaient pas la prétention de s'y connaître, rien de plus pour l'instant.

Vêtu d'un costume noir, à la chemise blanche, Castiel était, comme pour à chaque fois qu'il sortait, élégant. Outre sa tignasse brune qui avait du mal à être domptée, il était toujours important pour lui d'être au mieux. Et depuis que son fils, étudiant en stylisme était dans les parages, sa garde robe n'en n'était que plus classe. Il n'allait pas s'en plaindre. Au contraire, il avait bien souvent des compliments sur ses tenues. Même si ce n'était pas pour cela qu'il tenait à toujours bien présenter. Ici, c'était pour présenter l'artiste exposé ce soir à une haute figure de New York qu'il était la, le sourire aux lèvres, en parfait hôte. Alors qu'il était en pleine discussion, l'un de ses employés vint à sa rencontre, pour lui faire un discret signe qu'il avait à lui parler. S'excusant poliment auprès de ses interlocuteurs, il prit congé d'eux pour aller voir ce qu'on lui voulait.

Excusez-moi de vous déranger, mais il y a la bas un homme qui est visiblement … et bien, bourré.

Castiel ferma les yeux en laissant échapper un soupir las. Bourré ? Déjà à cette heure-ci ? Si ce n'était pas triste. Il arrivait bien souvent que lors de soirées, il y ait des débordements. Des gens bourrés, ou des personnes ne sachant plus comment se tenir, ou justement, tenant des propos qui n'avaient rien à voir avec les lieux. C'était triste, mais ça arrivait. Il posa son regard azuré sur son employé en lui faisant un petit signe de tête.

Très bien, dans ce cas, j'imagine que je n'ai qu'à voir ce qu'il en est avant de le faire discrètement partir du hall.


Cela ne se faisait pas d'éjecter un invité, comme ça, sous les yeux des autres. Un peu de discrétion si cela était possible. Et sinon, tant pis, la personne n'avait qu'à se tenir. D'ailleurs, qui avait bien pu boire à s'en rendre ivre ? Il n'allait pas tarder à le savoir, puisque son employé le guida au travers la foule jusqu'à l'homme en question. Castiel le vit alors, contre un mur, à ricaner, visiblement dans son monde. Sérieusement … Si on ne sait pas boire, on évite dans des lieux publics bon sang ! Ces gens. Le russe se mit a marcher, pour se rapprocher de lui. Pas trop, dans le doute ou l'homme ait l'alcool mauvais.

Monsieur, est ce que tout va bien ? Vous voulez vous asseoir ?


Lui demanda t-il calmement, une main un peu relevée au cas ou l'homme ne perde totalement l'équilibre. Et par s'asseoir, il ne voulait pas dire ici, mais il pensait plus à une pièce tranquille, ou avec un peu de chance il pourrait décuver à l'écart. Sans gêner les autres. Mais outre le souci d'avoir un convive alcoolisé, un autre problème lui vint alors. Fronçant les sourcils, il observa l'homme en question. Ses invités, il les connaissait. Hors, cet homme la lui était totalement inconnu. Pour avoir pu passer les portes, soirée privée oblige, il avait dû entrer avec l'un des invités, mais ne saurait dire qui.

Mais qui êtes vous donc ?


Il savait, trop de question lorsqu'on est bourré, c'est difficile. Difficile de répondre à tout, de se concentrer sur une seule est ardu, alors sur trois …. Mais s'il pouvait au moins décliner son identité, ça l'arrangerait. Faire sortir les gens de force par les agents de sécurité n'était pas quelque chose que le propriétaire et directeur des lieux aimait.

......................................................................................................................................................

Castiel L. Wilde
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 80
● Date de naissance : 10/10/1984
● Age : 32
● Originaire de : Ecosse
● A NY Depuis : Fin Juillet 2016
● Emploi/Etudes : Commissaire-priseur à la recherche d'un emploi.
● Theme Musical : Run, I'm A Natural Disaster.
● Avatar : James Mcavoy
● DC : Aucun.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Stand on the horizon [Terminé]   5/11/2016, 14:42




Stand on the horizon
Castiel L. Wilde & Rory O'Shea


Right action, right words.

Rory se mit à rire en se pinçant le nez. La tête de six pieds de longs que faisait les admirateurs, les sourires et les rires gênés. Il se mit à rire de nouveau tandis que certains s’amaçaient autour de lui quand d’autres préféraient l'ignorer comme on ignore un SDF dans la rue. Petit à petit un léger sifflement dans ses oreilles lui fit froncer les sourcils. Le silence ? L’alcool ? Tout changeait petit à petit. Ses lèvres devinrent livides, comme au bord du vomissement. Il se mordit la lèvre. Le silence commençait à le mettre mal à l’aise. Le barbu se passa une main sur le visage. Que lui arrivait-il ? La redescente ? Déjà ? Un frisson le parcourut tout à coup. Il détourna le regard et fixa une oeuvre pour masquer son embarras. Il leva sa flasque et pris une nouvelle gorgée. Soupirant il laissa son bras retomber contre son flanc.
Il tourna vivement la tête vers l’inconnu, le jugea rapidement avant de soupirer. Sa présence ne l'énervait pas mais qu’on lui pose des questions, même complètement saoul, pouvait le pousser à bout. Rory, de toute évidence ne s’étendrait pas sur ses problèmes. Non seulement il ne l’avait pas entendu s’approcher mais surtout sa politesse presque crispé le rendait malade mais attisait sa curiosité. Rory se laissa glisser le long du mur.

Nan ! Chui déjà assis. , bafouilla-t-il

Il se passa une nouvelle fois la main sur le visage en soupirant. Encore une question. Rory ne se rendait pas compte qu’il gênait avec son comportement plus que déplacé. A en juger par l’expression du type il était tout aussi gêné que lui. De toute évidence la situation était déplacée. Viviane… Elle était là, l’observait derrière quelques personnes. Il avait croisé son regard et se mit à déglutir bruyamment. Non, il s‘était promis de ne plus jamais souffrir autant que depuis leur séparation, la mort de leur fils… Baissant les yeux  il s’efforça de contenir une agitation intérieure. Le barbu se leva finalement, fronça les sourcils et inspecta l’homme. Son pouls battait si fort et si violemment qu’il avait l’impression de sentir son coeur cogner dans ses tempes. Il tremblait comme une feuille, ne pouvant supporter cette situation.

Je ne suis… personne.

Rory écrasa les paupières. Une sueur froide lui mouillait le front, les dents commençaient à claquer et des spasmes secouant ses membres. Le barbu eut toutes les peines du monde à comprendre sa dernière question. Il y avait cet homme, plutôt sexy, dans son champ de vision. L’observant de nouveau il soupira.

Z’êtes qui vous ?

Rory se pinça l’arête du nez. Un mal de crâne, comme après chaque gorgée de Whisky, lui martelait le crâne. Bon dieu que c’était douloureux. Il tourna la tête vers Viviane qui secoua la tête, visiblement dégoûté par la vision de son ex-mari saoul au milieu d’une galerie d’art.
Il fixa l’homme sans un mot avant de reprendre :

Z’êtes un type qui aime bien les pauvres mecs comme moi ?


camo©015

......................................................................................................................................................

SAME RULES APPLY
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 1044
● Date de naissance : 11/11/1980
● Age : 36
● Originaire de : Moscou
● A NY Depuis : Février 2006
● Emploi/Etudes : Directeur d'une galerie d'Art
● Theme Musical : Ex's & Oh's
● Avatar : Misha Collins
● DC : Wilde, Wong, Wright


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur http://stephanyhardy.deviantart.com/ https://www.facebook.com/https://www.facebook.com/stephanie.hardy.00 https://twitter.com/https://twitter.com/St_Hardyz
MessageSujet: Re: Stand on the horizon [Terminé]   7/11/2016, 12:11

En voyant l'homme bourré se laisser glisser le long du mur, et clamer qu'il était déjà assis, Castiel releva un sourcil. L'air de dire «  bah oui, tiens donc... » Effectivement, ainsi, il était assis. Mais par la, Castiel pensait bien sûr à le faire s'asseoir ailleurs qu'ici au beau milieu de tout le monde. Et sur une chaise si possible. Bien. Il ne savait pas qui était cet homme, avec qui il était venu, ni s'il y avait une quelconque raison à son état d'ébriété, mais il semblait évident que ça n'allait pas fort. Non mais comme il le disait à ses aînés, ce n'est pas la peine de se mettre à picoler comme un trou si on ne tient pas l'alcool ! Si c'est pour ressembler à ça …

Personne vous dites …


Certes. Et bien Personne, sachez que vous n'êtes pas au bon endroit pour vous bourrer. Autour d'eux, quelques personnes, curieuses jetaient quelques coups d'oeil. Que ce soit simplement intrigués ou bien encore dégoûtés de voir un tel manque de tenue. Enfin ça allait, Castiel s'en chargeait, nul doute qu'il allait éloigner cet individu de leurs yeux délicats, pas vrai ? C'est vrai que si on pouvait éviter qu'il ne vomisse en plein milieu, ou autre, ce serait bien. Castiel finit par fléchir les genoux et se mettre accroupi face à lui, ses coudes sur ses genoux et les yeux posés sur l'homme, qui n'allait plus rester ici bien longtemps. Non, il n'allait pas le faire sortir comme ça. Surtout s'il était venu avec quelqu'un d'important, ça le ferait mal. Pendant qu'il l'observait, il vit l'inconnu le regarder, du moins autant que possible dans cet état. Qui il était ? Oh, faisons simple.

Je suis le directeur des lieux. Castiel Wilde.


Celui qui, malgré qu'il voyait que ça n'allait pas fort, pouvait le faire sortir de la. En le voyant se pincer le nez, Castiel eu un peu peur qu'il ne leur fasse un malaise, aussi, il avait relevé une main vers l'une des épaules de l'homme, comme pour l'empêcher de s'effondrer. Il ne suivit pas non plus son regard lorsqu'il le vit regarder ailleurs. Des fois ce n'est pas très utile de s'alarmer pour tous les trucs que fait un type bourré. En revanche, il eu un sourire en coin, suivit d'un souffle amusé à sa question.

Non, disons que je les préfère consentants, et si possible, pas sur le point de s'effondrer.


Quoique pour ce dernier cas, vu sa position … Blague à part.

Et vous avez assez amusé la galerie pour l'instant. Venez, je vous emmène plus au calme.


C'était à la fois bien sûr pour l'homme, mais aussi pour ses clients. Et surtout, pour sa réputation. Si ça arrivait de voir des gens qui abusaient des cocktails ou du champagne, n'abusons pas. Alors sans lui demander son avis, Castiel s'était un peu redressé, et rapproché de lui. D'une main, il prit son bras pour le soulever et lui faire passer autour de ses propres épaules, commencer à le hisser, passer son autre main dans le dos de l'inconnu, puis en poussant sur ses jambes et tirant sur ses bras, fit lever l'homme sans trop de problèmes. Ce n'était pas parce qu'il était directeur d'une galerie d'Art qu'il en avait une condition physique négligée. De toute façon, l'un de ses employés qui avait assisté à la scène, était rapidement venu en renforts pour l'aider à le faire tenir debout et par la suite, marcher.

Je ne doute pas que vous pouvez marcher de vous même, mais je préfère ne pas prendre de risque inutiles. Venez, on va le mettre dans une salle de réunion.


La fin de la phrase était adressée à son employé. Ainsi, ils commencèrent à marcher, entraînant avec eux l'homme. Sans non plus se frayer un chemin au beau milieu de la foule. Castiel préféra emprunter un passage plus discret, moins peuplé. Bien que cela n'empêcha pas quelques curieux de tourner les yeux, se demandant qui était l'homme que le directeur trimbalait avec lui. Et pendant qu'ils marchaient, traînant l'homme, Castiel avait un peu tourné les yeux vers l'inconnu, lui demandant tout de même :

Ça va au moins? Vous ne voulez pas vomir ?


Si tel était le cas, qu'il prévienne. Il n'était pas sûr que les invités aimeraient que les petits fours soient agrémentés d'autre chose …

......................................................................................................................................................

Castiel L. Wilde
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 80
● Date de naissance : 10/10/1984
● Age : 32
● Originaire de : Ecosse
● A NY Depuis : Fin Juillet 2016
● Emploi/Etudes : Commissaire-priseur à la recherche d'un emploi.
● Theme Musical : Run, I'm A Natural Disaster.
● Avatar : James Mcavoy
● DC : Aucun.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Stand on the horizon [Terminé]   13/11/2016, 23:43




Stand on the horizon
Castiel L. Wilde & Rory O'Shea


Right action, right words.

Rory inspira profondément. Le directeur ; rien que ça. On envoyait le général au front pour résoudre une affaire mineure ? Qu’est ce c’était cet endroit ? Une petite galerie amatrice ? Con… Consentants ? Mais de quoi il parlait ? Les idées et les mots s'entrechoquaient sans que Rory ne puisse assembler le tout. La déconstruction de l’ordre et des souvenirs ne l’aidaient en rien à suivre une conversation. Il voulait l’emmener ailleurs pour éviter d’amuser la classe bourgeoise qui ne voit que ce genre d’événements à la télévision. Il eut à peine le temps de comprendre que déjà il se fit redresser. Rory avait la tête qui tournait, les tableaux bougeaient de droite à gauche comme dans un navire. Il écrasa les paupières avant de poser une main sur le torse du fameux Castiel.

Ca tourne ou on est sur un bateau ?

Un autre type avait débarqué sans qu’il s’en rende compte. L’Ecossais haussa les sourcils en comprenant enfin sa phrase sur les hommes consentants. Il ria dans un souffle.

Oh… Z’êtes… Il secoua la main en l’air d’un air entendu puis la laissant tomber en soupirant de nouveau il haussa les épaules. Ouais moi aussi… en quelque sorte.

Il se laissa guider sans opposer de résistance. D’un pas relativement rapide ils passèrent rapidement dans les pièces. Rory ne faisait même pas attention aux regards, ni même à la douleur de revoir son ex-femme. Il secoua la tête.

Nan. J’pas envie de vomir. Et puis bon… On peut bien vomir devant un Keith Haring, non ?

Il ria dans un souffle en relevant la tête et voyant le tableau il ricana. Rory détestait ses oeuvres. Le chômeur grogna devant la répétition des formes et les traits noirs avec des couleurs vives, les symboles ; anges, silhouettes… Il avait appris tant de chose sur l’artiste avec son ex-femme qu’il le rebutait depuis leur séparation. Quel que soit le support, le style de Haring était reconnaissable à sa ligne. C’était cette ligne continue, d’une épaisseur constante, nette, extrêmement graphique, qui le rendait malade. Le fait qu’il condensait en quelques lignes les formes des objets et des personnages.

Z’avez acheté cette merde ? Ce truc coloré ?

La sobriété des personnages ne devait pas faire oublier la complexité et la diversité des situations dans lesquelles ils étaient placés. Il secoua la tête. Bordel cet artiste lui prenait la tête. Rory s’arrêta, les forçant à faire de même. Posant ses yeux sur Castiel il ricana :

C’est votre genre ? Z’êtes un mec qui achète ça ? Un truc qu’on trouve les agendas des gamines prépubère ?

Il ria un peu plus franchement.

Vous me plaisez. Vous me plaisez vraiment.

Il pencha la tête sur le côté, sur son épaule.


camo©015

......................................................................................................................................................

SAME RULES APPLY
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 1044
● Date de naissance : 11/11/1980
● Age : 36
● Originaire de : Moscou
● A NY Depuis : Février 2006
● Emploi/Etudes : Directeur d'une galerie d'Art
● Theme Musical : Ex's & Oh's
● Avatar : Misha Collins
● DC : Wilde, Wong, Wright


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur http://stephanyhardy.deviantart.com/ https://www.facebook.com/https://www.facebook.com/stephanie.hardy.00 https://twitter.com/https://twitter.com/St_Hardyz
MessageSujet: Re: Stand on the horizon [Terminé]   14/11/2016, 11:25

Il ne connaissait pas ce type, mais en tout cas ça allait, il avait l'alcool un peu joyeux. Le pire aurait été que l'homme ait l'alcool mauvais, et pas sûr que ça se soit passé si bien. Que ça le fasse rire sa phrase sur les gens consentants ne le fit pas réagir, ni lorsqu'il réalisa ce que cela impliquait. Ah donc, s'il s'en amusait, c'est parce qu'il était aussi dans ce cas la ? Et en quelque sorte ? Oh, bon, il était bourré de toute façon. Bourré et potentiellement attiré par les hommes. Génial, super les informations. Ça allait l'aider à savoir qui il était ! Se déplaçant dans le hall, pour éviter d'attirer trop les regards, il fut soulagé d'apprendre que l'homme n'avait pas envie de vomir. Pour le moment.... Mais s'il pouvait ne pas le faire ici devant tout le monde ce serait vraiment bien. Devant un Keith Haring ou non. Un peu surpris qu'en état d'ébriété, l'inconnu reconnaisse le tableau, Castiel eu un petit soupir.

J'aimerais autant éviter voyez-vous.


Ce serait bien de ne pas gerber devant ce tableau, ou n'importe lequel présent ici. En sentant l'homme s'arrêter, pensant qu'il allait rendre le contenu de son estomac, Castiel se stoppa également, penchant un peu la tête vers lui, l'air inquiet. Oh, non, en fait ça allait très bien vu comment il continuait à se foutre allègrement des travaux de Keith Haring. Loin de lui l'idée de perdre du temps en relevant la petite pique, il préféra lui adresser un regard un peu désolé.

C'est amusant, j'ai cru l'espace d'un instant que vous vous y connaissiez un peu en Art.


Par contre, la suite, lorsque l'homme rigola, Castiel ne s'y était pas trop attendu. En même temps, le pauvre homme était bourré, il aurait dû s'attendre à tout et n'importe quoi … Il releva les sourcils, l'air surpris, en le voyant venir poser sa tête sur son épaule, avant qu'il lui ait dit qu'il lui plaisait. Castiel cligna un peu des yeux, avant de les relever vers son employé. Après lui avoir adressé une mimique qui disait qu'il ne fallait pas y prêter attention, il resserra un peu son étreinte autour de l'homme.

Et bien merci. Je vous aurait rendu la pareille si vous n'étiez pas bourré.

Il ignora superbement le regard interrogateur de son employé avant de remettre la cavalerie en route, incitant l'homme à avancer. Ils quittèrent le hall de réception pour se rendre dans les zones réservées au personnel. La bas, Castiel poussa la première porte de la salle de réunion. Il aurait pu le mettre simplement dans le couloir, sur une des chaises mais au cas ou, ça ferait désordre. Son employé se détacha d'eux pour dégager et tourner une chaise, sur laquelle Castiel força un peu l'homme à s'y poser.

Anderson, vous voulez bien me ramener un verre d'eau ? …. Et une bassine, sait-on jamais.


J'y vais monsieur.

Bien qu'il lui avait dit ne pas avoir envie de vomir, par expérience, il savait qu'il ne fallait pas vraiment se fier aux dires d'un type bourré. Une fois le jeune homme de parti, Castiel prit une autre chaise qu'il plaça face à celle de l'homme et s'y assieds, fixant ce dernier. Les coudes sur les genoux, mains jointes, Castiel lui dit alors très calmement, mais sérieusement :

Vous me dites votre nom ou il faut vraiment que j'aille jusqu'à vous fouiller pour trouver une réponse ? Comprenez que je n'ai pas que ça à faire.


Notons que ce dernier point ne lui déplairait pas, mais au cas ou l'homme face à lui était quelqu'un d'important, il préférait éviter de se causer des ennuis.

......................................................................................................................................................

Castiel L. Wilde
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 80
● Date de naissance : 10/10/1984
● Age : 32
● Originaire de : Ecosse
● A NY Depuis : Fin Juillet 2016
● Emploi/Etudes : Commissaire-priseur à la recherche d'un emploi.
● Theme Musical : Run, I'm A Natural Disaster.
● Avatar : James Mcavoy
● DC : Aucun.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Stand on the horizon [Terminé]   14/11/2016, 20:11




Stand on the horizon
Castiel L. Wilde & Rory O'Shea


Right action, right words.

Il se mit à rire une deuxième fois. Ca lui avait presque manqué les critiques sur ses goûts en matière d’art. Son point de vu n’avait jamais été apprécié et pourtant chacun avait bien le droit à son opinion. C’est ce qui avait fait de lui un commissaire priseur apprécié. Depuis que l’Ecossais avait quitté son pays, il n’avait plus eu l’opportunité de mettre ses goûts sur la table, préférant l’alcool au travail. Rory ne s’était même pas rendu compte qu’il avait été assis dans une pièce. Le trajet était un flou total. Il se remit à rire quand on demanda qu’on apporte une bassine. Rory secoua la tête. Lui il gardait tout, l’alcool, bon ou mauvais. Il plongea son regard dans celui du fameux Castiel, la vision a moitié floue. La pièce tournait encore… foutu bateau. Rory arqua un sourcil. Qui il était ? Se léchant la lèvre il soupira :

Personne, je vous l’ai déjà dit.

Il secoua la main en l’air.

Je ne suis personne d’important.

Rory se laissa glisser, le bassin au bord de la chaise. Il se laissa retomber contre le dossier et plaça ses bras sur l’accoudoir. Il soupira.

Qu’est ce que ça peut bien vous faire, savoir qui je suis. Je n’ai rien détruit, rien touché… Juste touché…

Il leva son bras non sans difficulté et se désignant les yeux il reprit avec toute la difficulté du monde :

… touché avec les yeux.

Gémissant plaintivement, Rory laissa retomber ses bras dans le vide. Ce fameux Castiel posait beaucoup de question. Rory lui en posait-il autant ? Non ! Bon alors ? Rory voulait simplement être seul et que cette foutu pièce arrête de tourner. Il redressa la tête et fixa l’homme.

Qui me prouve qu’z’êtes le dirlo ? Z’avez pas trop la gueule à tenir ce genre de bouiboui. Enfin… Je veux pas dire bouiboui.. c’est… pouuuf… heu… grand ?

Rory ricana de sa blague. Il s’était emmêlé les pinceaux et avait bafouillé. Il se pinça le nez tout en l’observant. Visiblement l’homme n’allait pas lâcher l’affaire mais Rory ne voulait pas qu’il appelle la police ou il ne savait quoi. Il ne connaissait pas bien les lois du pays mais c’était surement comme chez lui, interdiction d’être bourré sur la voie publique. Haussant les épaules, le jeune homme reprit le cours de la réalité. Ca faisait des mois qu’il n’avait pas vu des oeuvres d’arts alors les voir complètement saoul ça il n’avait jamais tenté l’expérience. C’était une première et c’était dans la galerie de Castiel qu’il avait fait son premier test. Il devait être heureux.

J’m’appelle Rory.

Il pencha la tête sur le côté, se mit à sourire en dévoilant ses canines.

Enchanté.


camo©015

......................................................................................................................................................

SAME RULES APPLY
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 1044
● Date de naissance : 11/11/1980
● Age : 36
● Originaire de : Moscou
● A NY Depuis : Février 2006
● Emploi/Etudes : Directeur d'une galerie d'Art
● Theme Musical : Ex's & Oh's
● Avatar : Misha Collins
● DC : Wilde, Wong, Wright


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur http://stephanyhardy.deviantart.com/ https://www.facebook.com/https://www.facebook.com/stephanie.hardy.00 https://twitter.com/https://twitter.com/St_Hardyz
MessageSujet: Re: Stand on the horizon [Terminé]   15/11/2016, 17:29

Loin de moi l'envie de me montrer désagréable mais sur ce point la je ne peux que vous approuver. Si vous étiez quelqu'un d'important, je vous connaîtrais.

Non pas qu'il connaissait tout le gratin New Yorkais, mais un bon nombre. Et ce soir, il connaissait tous ses invités. De ce fait, pour ne pas le connaître, il pensait logiquement qu'il était venu accompagner quelqu'un. Qu'il ait pu joyeusement entrer, sans alerter la sécurité ? Non, l'idée ne lui vint pas à l'esprit, pas une seconde. En temps normal, il aurait peut être répondu à l'homme pourquoi ça pouvait bien lui faire quelque chose de qui il était. Les raisons étaient multiples, mais il n'avait pas envie de s'épancher en de longues explications qui perturberaient sûrement l'inconnu. Il savait que le type n'avait touché à rien, encore heureux d'ailleurs, mais quand un type déboule dans sa galerie, dans sa soirée de vernissage en état d'ébriété, ça le regardait.

Répondez simplement à ma question.


Qu'il leur facilite la vie à tous les deux. Castiel roula discrètement des yeux en entendant l'homme sous entendre que rien ne lui prouvait qu'il était bien le dirlo, selon ses dires. Quoi il n'avait pas la gueule pour ça ? Oui, mieux vaut ne pas s'attarder sur le reste des mots choisis. En tout cas le russe en avait compris l'idée globale.

Vous sous entendez quoi alors, que je serais plus crédible en tenancier d'un cabaret aux mœurs légères ?


Lança t-il avec un léger rictus en coin des lèvres. Il fallait vraiment qu'il l'ouvre ce fichu cabaret. Il ferait un malheur. A ce moment-la, son employé fut de retour parmi eux, amenant un verre d'eau pour l'homme ainsi qu'une bassine en mesure de précaution. Mais oh ! Miracle ! L'homme lui dit enfin son nom ! C'était pas trop tôt ! Il se retint de justesse de soupirer, alors que Rory donc, continua sa petite présentation avec même un sourire.

Et bien vous voyez quand vous voulez !

A son tour, Castiel eu un sourire. Soulagé d'enfin pouvoir mettre un nom sur cette personne. Il aurait aussi aimé un nom de famille, mais il allait faire sans. Il releva la tête vers son employé pour s'adresser à lui :

Anderson, veuillez voir avec qui ce cher Rory a pu venir.


J'y vais monsieur.


Une fois Anderson parti, Castiel regarda Rory, avec un petit sourire amusé aux lèvres.

Voyez, je donne les ordres parce que je suis le directeur. Mais plus sérieusement, qu'est ce que vous faites ici ?


S'il avait tout de même envoyé Anderson, c'était parce qu'il doutait fort pouvoir obtenir quoi que ce soit de cet homme. Se redressant un peu sur son siège il le regarda simplement, sans méchanceté ou pitié dans le regard. C'était bien sympa de s'occuper personnellement des petits souci de sa galerie, mais malgré sa patience, n'avait pas envie ce soir de s'attarder pour autant la dessus. Ce pourquoi il ajouta :

Et essayez de me donner une réponse, sinon je vous fait mettre dans un taxi sans plus traîner. Ou peut être qu'une cellule de dégrisement serait plus adaptée ?


......................................................................................................................................................

Castiel L. Wilde
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 80
● Date de naissance : 10/10/1984
● Age : 32
● Originaire de : Ecosse
● A NY Depuis : Fin Juillet 2016
● Emploi/Etudes : Commissaire-priseur à la recherche d'un emploi.
● Theme Musical : Run, I'm A Natural Disaster.
● Avatar : James Mcavoy
● DC : Aucun.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Stand on the horizon [Terminé]   19/11/2016, 21:02




Stand on the horizon
Castiel L. Wilde & Rory O'Shea


Right action, right words.

Rory eut un petit rictus. Il avait la tête de l’emploi. Se passant une main sur le visage il continua de rire, dévoilant ses canines.

Vous feriez un malheur dans un cabaret et… plus personne ne parle de moeurs légères ou alors… au 18ème siècle peut-être. Il leva la main en signe d’apaisement. Je ne dis pas ça pour vous traiter de “vieux”... ce n’est absolument pas le cas.

Non il ne voulait pas créer une dispute ou chercher un quelconque conflit. Il soupira comme pour se reprendre :  

On a quoi… Le même âge, peut-être.

Redressant la tête, Rory observa son interlocuteur. Bien chic pour un dirlo. Rory ne prêta même pas attention à l’assistant bassine/verre d’eau pour ne garder ses yeux que sur Castiel. Beau gosse, bien bâti, même bourré, Rory savait reconnaître un morceau de choix. A ses mots sur la personne avec qui Rory avait bien pu venir il se remit à ricaner. Secouant la tête, le barbu se pinça le nez.

Vous donnez les ordres, vous êtes le chef… Chapeau.

Il ne savait pas ce que ça pouvait bien lui faire, la façon dont il avait pu entrer mais a priori c’était l’information la plus capitale du monde. Rory n’allait pas expliquer sa situation. Il était venu seul c’était la stricte vérité. Non il n’allait pas expliquer que son ex-femme qu’il suivait partout était venu là et que voyant la lumière d’une belle blonde, l’ex mari n’avait pas pu s’empêcher de la suivre. Psychopathe bonsoir. Soupirant, Rory l’observa non sans défi. Il avait déjà été en cellule de dégrisement, déjà mis dans un taxi, de force, sans qu’il n’y puisse dire grand chose.

Je suis venu tout seul.

Il leva les mains comme pour appuyer son propos.

Juré craché, m’sieur.

Ca semblait peut-être difficile à croire mais oui, Rory était rentré sans l’aide de personne. Peut-être y avait-il eu une faille ou il ne savait quoi du système de sécurité mais il était bien entré sans montrer une carte ou une invitation.

Ca peut vous sembler dingue mais j’ai pas eu besoin de me justifier pour rentrer ici.

Se mettant sur le bord de son siège il reprit d'un air entendu :

On peut peut-être s'arranger, non ?


camo©015

......................................................................................................................................................

SAME RULES APPLY
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 1044
● Date de naissance : 11/11/1980
● Age : 36
● Originaire de : Moscou
● A NY Depuis : Février 2006
● Emploi/Etudes : Directeur d'une galerie d'Art
● Theme Musical : Ex's & Oh's
● Avatar : Misha Collins
● DC : Wilde, Wong, Wright


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur http://stephanyhardy.deviantart.com/ https://www.facebook.com/https://www.facebook.com/stephanie.hardy.00 https://twitter.com/https://twitter.com/St_Hardyz
MessageSujet: Re: Stand on the horizon [Terminé]   21/11/2016, 12:20

Un air ennuyé sur le visage, Castiel se contenta de soupirer doucement. Si l'homme face à lui était en pleine possession de ses moyens, il lui aurait répondu poliment que si, on disait encore mœurs légères. Il suffisait d'être un minimum bien élevé pour ça, d'avoir un peu d'éducation et de savoir vivre. Visiblement, l'homme en manquait et devait avoir vécu jusqu'ici entouré de gens parlant un langage plus que déplorable. Ou bien Castiel s'était il juste embourgeoisé sans même le remarquer, à vivre depuis tout ce temps dans l'Upper East Side ? Hum, ça, c'était possible. Mais il avait toujours eu un langage plus poussé que la plupart des gens. Chacun son délire. Mais bon. Vu que le type était manifestement bourré, il ne se sentait pas d'entamer un débat sans queue ni tête, se contentant alors de soupirer. La remarque du type l'avait fait, à son tour, observer l'homme un peu plus en détails. Hum, c'est vrai qu'il avait plutôt une belle gueule ce type. Il ne faisait pas non plus mâle ultra viril, mais il avait un très beau visage, agréable à regarder. Mettant de coté son regard qui trahissait son état, le reste était plutôt pas mal. Quoique, peut être un peu négligé, mais était ce sûrement dû à l'alcool. Et puis il dégageait un truc à part. Non, pas les effluves des boissons.... Autre chose, sur laquelle Castiel ne parvenait pas à mettre le doigt dessus. Qu'importe.

Oui, à peu de choses près, sûrement.

Ils devaient tous deux avoir la trentaine, autour des trente cinq ans. Quelque chose comme ça. En tout cas, suite à cette petite observation, Castiel se dit qu'il était dommage d'avoir croisé Rory ainsi. S'il avait été un peu plus sobre et pas dans sa galerie sans explication, il lui aurait sûrement plu. Pas que ce n'était pas le cas à l'heure actuelle, mais il y aurait eu des idées derrière la tête du russe. Une fois Anderson de parti, Castiel se dit qu'en effet, ça allait être difficile d'obtenir quelque chose d'un type, ou il avait dû demander à quelques reprises pour un simple prénom une réponse plus élaborée. Assis sur sa chaise, Castiel le regardait se démener avec ses propres pensées, le temps qu'il lui réponde. Bon sang, dans ces situations, il se disait que vraiment, un adulte bourré, ça ressemble à un gosse. A tenir des propos incohérents, à l'ouest, dans son monde … Dur dur. Surtout quand au final, Rory lui lâcha être venu tout seul ici.

Vraiment ?


Répondit Castiel, un peu perplexe. Ne sachant pas s'il devait vraiment croire l'homme, ou au contraire s'y pencher. La, peut être qu'un peu, sa confiance au personnel de sécurité vacilla. Juste un peu. Encore un petit peu plus lorsqu'il insista. Normalement, pour rentrer, il devait se présenter à l'entrée, ou une liste des invités était établie. Sans y être, la seule façon d'entrer, était d'accompagner une personne invitée. Le premier venu ne pouvait pas s'inviter à ce genre de soirée. A moins d'être de la presse ? Il allait devoir attendre le retour de son employé pour voir ce qu'il en était. Plongé dans ses pensées qui pour résumer, allaient d'engueuler sévèrement les agents de sécurité se devant d'être à l'entrée pour avoir commit cette bévue à se demander comment un type bourré avait pu s'y faufiler, il reprit ses esprits en voyant Rory s'avancer sur son siège et lui lancer un regard. … Et bien, un regard que Castiel avait vu maintes et maintes fois. Et savait bien ce qu'il signifiait. Mais fut un peu surpris de voir un tel regard maintenant, la, de suite. Il releva un sourcil aux paroles de Rory, un peu surpris d'une telle chose. Il cligna quelques fois des yeux avant de pencher légèrement le haut de son corps vers lui.

Je crains bien d'avoir compris de quel arrangement vous voulez parler. Mais par simple curiosité, pourquoi pensez vous que j'accepterais ?


Castiel lui adressa un petit sourire en coin, l'air sûr de lui. Hey, ce n'était pas comme s'il était tellement en chien qu'il devait se rabattre sur le premier mec bourré qui lui faisait des avances. Mais s'il ne l'avait pas envoyé paître, c'était que dans un premier temps une telle chose n'était pas dans ses habitudes, et ensuite qu'il était un peu intrigué par ce déroulement. Disons qu'un type qui vous propose implicitement un petit arrangement pour éviter des ennuis … on l'écoute. En tout cas lui.

......................................................................................................................................................

Castiel L. Wilde
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 80
● Date de naissance : 10/10/1984
● Age : 32
● Originaire de : Ecosse
● A NY Depuis : Fin Juillet 2016
● Emploi/Etudes : Commissaire-priseur à la recherche d'un emploi.
● Theme Musical : Run, I'm A Natural Disaster.
● Avatar : James Mcavoy
● DC : Aucun.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Stand on the horizon [Terminé]   29/11/2016, 20:43




Stand on the horizon
Castiel L. Wilde & Rory O'Shea


Right action, right words.

Oui il était venu seul. Viviane ne l’avait pas invité et ça ne choquait absolument pas son ex-époux. Elle ne voulait plus parler, l’embrasser, le câliner ou bien tout simplement être amical avec lui. Il était allé bien trop loin sans pour autant se rappeler des circonstances.  L’accident avait été un coup dur tant physiquement que psychologiquement. Il avait du remonter la pente, tenter de retrouver une vie de couple, une vie de famille sans histoire… Rory en avait rêvé, il avait tout fait pour que Viviane se sente au mieux, ne pensant qu’à elle, à ses besoins mais non. Elle s’était renfermé, vivant la mort de son fils à chaque seconde, à chaque respiration. Le moindre mouvement de l’Ecossais, l’agaçait, la rendait malade. Rory avait tout fait pour se faire pardonner de ce dont il ne se rappelait pas. Il avait du se relever tout seul… grâce à l’alcool.
Rory hocha la tête avant de répéter :

Juré craché.

Plongeant son regard dans celui qui se présentait comme le directeur de la galerie, Rory sembla réfléchir un millième de seconde. Il fit sa proposition plus que déplacée. Les idées du jeune homme était flou et chaque acte n’était qu’un appel à l’aide mais le voilà presque à le supplier d’avoir un acte physique avec un inconnu… vraiment pas moche à regarder. Rory se mit à sourire. Il haussa les sourcils puis les épaules.

Je ne sais pas.

Rory releva les yeux et fixa le plafond en faisant la moue. Il n’avait pas de réponse, seulement cette question encore en suspens. Ses pensées s’étaient emmêlés. Baissant lentement ses yeux sur lui il étira un léger sourire.

Vous voulez pas vous éclater un peu ? Sans se prendre la tête… si je puis dire.

Roy dévoila ses canines tout comme son jeu. Il fallait bien qu’il se dépatouille de cette galère sans passer par la case police. Il n’avait absolument pas envie de passer encore une nuit au poste sachant que la dernière datait seulement de deux jours. Le barbu pencha la tête sur le côté.

On est d’accord pour se dire que ça fera pas de mal, hein. Ça peut rester entre nous et… Il inspira un petit moment avant de reprendre, Vous êtes pas moche, vous le savez déjà !

Le barbu avait une chance sur deux pour que la proposition passe. Une chance sur deux pour s’en sortir tranquillement. Le jeune homme n’avait aucun problème à coucher avec des hommes. Ce ne serait pas la première et surement pas la dernière fois qu’il consommait ce genre de “délice”. La véritable question était de savoir si il allait accepter ou non.


camo©015

......................................................................................................................................................

SAME RULES APPLY
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 1044
● Date de naissance : 11/11/1980
● Age : 36
● Originaire de : Moscou
● A NY Depuis : Février 2006
● Emploi/Etudes : Directeur d'une galerie d'Art
● Theme Musical : Ex's & Oh's
● Avatar : Misha Collins
● DC : Wilde, Wong, Wright


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur http://stephanyhardy.deviantart.com/ https://www.facebook.com/https://www.facebook.com/stephanie.hardy.00 https://twitter.com/https://twitter.com/St_Hardyz
MessageSujet: Re: Stand on the horizon [Terminé]   29/11/2016, 21:13

Castiel ne saurait dire pourquoi est ce que Rory lui proposait un tel truc. Si c'était pour seulement éviter des ennuis, ou bien s'il pouvait lui plaire. Le fait est que, voilà, il lui avait juste bel et bien proposé de régler leur petit différent par un moyen un peu plus … lubrique. Le voilà qu'il reprenait en effet sa proposition, lui demandant s'il ne voulait pas s'amuser, sans prise de tête.

- Alors vous êtes ce genre d'hommes ? Intéressant.

Pas le genre d'homme qui puisse être attiré par d'autres, mais celui qui pouvait proposer comme ça de but en blanc de coucher avec lui. En plus pour se sortir d'un mauvais pas. Oui, cela allait sans dire, ça ne pouvait pas faire de mal, et comptez sur Castiel pour ne pas ébruiter cette histoire, si histoire il y avait. Bon, par contre, à sa dernière affirmation, tentative pour obtenir gain de cause, Castiel laissa un bref rire lui échapper.

- Et bien merci tout de même !


Effectivement, Castiel savait ne pas être dégueulasse. Il n'avait pas non plus mis la moitié de New York dans son lit avec ses connaissances en Art. Ce n'était pas pour autant qu'il en jouait ou s'en servait vraiment. Il était conscient de ses atouts, ça s'arrêtait à ça. Mais reprenons un peu notre sérieux. S'avançant un peu sur son siège, Castiel regarda le jeune homme face à lui, avec un peu de sérieux.

- Rory, je dois vous dire que, oui, vous êtes vous aussi un bel homme, du genre que j'aime à avoir dans mon lit.


Les mauvaises langues diront que de toute façon, tant qu'une personne a un peu de charme, elle risque fort de se trouver dans son tableau de chasse.... Il lui adressa un sourire, laissant flotter un petit silence, avant de redevenir sérieux.

- Mais aussi intéressante qu'est votre proposition, je me dois de la refuser. Je veux bien ne pas appeler les flics. De toute évidence, vous n'êtes pas dans votre état normal pour venir vous pointer ici, bourré au milieu de mes invités, et venir joyeusement me proposer de coucher avec vous pour oublier tout ça ….


Castiel eu un léger soupir. Ouep, de toute évidence, cet homme était bien allumé et ne devait pas comprendre ce qui se passait autour, ou du moins ne pas bien le calculer. Impossible autrement. Ou alors il était débile. Mais l'alcool ne rendait pas particulièrement intelligent non plus.

- Alors, restez ici, sagement, pendant que je retourne chercher quelqu'un, qui restera avec vous et vous appellera un taxi, que vous puissiez rentrer chez vous.


Et ce par la porte de derrière merci. Malheureusement, Rory n'était pas la première personne qu'ils faisaient sortir en douce. Castiel s'était ensuite relevé, mais, avant de le laisser, avait cherché dans sa veste quelque chose. L'ayant trouvé, il s'était ensuite penché vers Roy pour lui mettre quelque chose dans la poche de sa veste à lui, et lui expliqua les choses avant de lui adresser un clin d'oeil :

- Et ça, c'est mon numéro. Au cas ou, une fois sobre, votre proposition tiendrait toujours.


Ah non mais vous avez cru qu'il laisserait un potentiel plan cul s'envoler comme ça ? Vous êtes chou. Peut être que demain, lorsque Rory aurait décuvé, et qu'il retrouvera la carte de visite de Castiel, il se demandera ce que c'est. C'était possible. Mais au cas ou … il serait ravi de le revoir. Pas bourré, et pas entré sans invitation dans une soirée de vernissage.

......................................................................................................................................................

Castiel L. Wilde
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 80
● Date de naissance : 10/10/1984
● Age : 32
● Originaire de : Ecosse
● A NY Depuis : Fin Juillet 2016
● Emploi/Etudes : Commissaire-priseur à la recherche d'un emploi.
● Theme Musical : Run, I'm A Natural Disaster.
● Avatar : James Mcavoy
● DC : Aucun.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Stand on the horizon [Terminé]   18/12/2016, 19:39




Stand on the horizon
Castiel L. Wilde & Rory O'Shea


Right action, right words.
Le sourire de Rory s’étira. Ce soir, ça allait être chaud !Un spasme de nausée et un vertige lui confirmèrent qu’il avait peut-être un peu dépassé la dose autorisée d’alcool dans le sang. Chaque semaine depuis bientôt un an il s’astreignait à des séances quotidiennes de bonnes doses d’alcool pour tenter de lutter contre la tyrannie de la réalité, de la loi de la vie, et torturait de descente, de vomissement en tous genres. Il parvint à mesurer cinq mots :

Un monstre après l’autre.

Il lui fit un clin d’oeil. Rory sentit une vague douleur et de fatigue le balayer. Sa voix morne et ses traits tirés ne l’aidaient en rien pour paraître charmant et à faire changer l’avis du directeur. Il était un bel homme, il lui avait dit et il était open pour un plan d’un soir. Son sourire se figea quand la sentence fut tombée. C’était un non, clair et net. Tout cela ne pouvait être réel, et quoi quil en soit, Rory allait nier l’éventualité le plus longtemps possible. Il lui rétorqua son sourire n°3 : une grimace imitant un sourire forcé. Des années de pratique pour une seconde de perfection.

Vous êtes sûr ? Ca n’engage à rien, hein.

Il se retint de lever les yeux au ciel. Les sourcils de Castiel, dans les yeux de Rory, semblaient être froncés et le regardait avec un air sévère. Chercher quelqu’un ? Qui ? Rory ne put retenir un petit rire avant de se pincer le nez en secouant la tête. Il n’était pas sérieux ?

Quelqu’un va me chapr…

A cet instant précis, au moment même où Rory allait offrir en guise d’adieu un bouquet de phalanges, il se passa quelque chose de tout à fait incroyable. Il s’était levé et lui tendait une carte de visite avant de la fourrer dans sa veste. Les sourcils de Rory se haussèrent sans vraiment comprendre. C’est après avoir épuisé un certain nombre d’hypothèses tordues qu’il se remit à sourire.

Oh.

Il ricana.

J’espère avoir assez décuvé demain pour m’en rappeler.

Il posa ses yeux sur ses doigts. Sa peau semblait douce. L’Ecossais releva les yeux vers Castiel en entrouvrant les lèvres. Cet homme aurait pu obtenir tout ce qu’il voulait, c’était du moins son impression. Il aurait pu contraindre des candidates de télé-réalité à porter des pulls de Noël moche, persuader les maigres de devenir obèse. Il inclina sa tête sur le côté. Rory se mit à sourire. Alors aussi vite qu’elle était monté en lui, la colère se dissipa :

Je viendrai vous voir, sobre.


camo©015

......................................................................................................................................................

SAME RULES APPLY
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 1044
● Date de naissance : 11/11/1980
● Age : 36
● Originaire de : Moscou
● A NY Depuis : Février 2006
● Emploi/Etudes : Directeur d'une galerie d'Art
● Theme Musical : Ex's & Oh's
● Avatar : Misha Collins
● DC : Wilde, Wong, Wright


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur http://stephanyhardy.deviantart.com/ https://www.facebook.com/https://www.facebook.com/stephanie.hardy.00 https://twitter.com/https://twitter.com/St_Hardyz
MessageSujet: Re: Stand on the horizon [Terminé]   19/12/2016, 21:01

Oui il était sûr de ne pas vouloir. Il avait bien entendu déjà testé, mais coucher avec quelqu'un qui est bourré, c'est nul et chiant. Pour peu que la personne finisse par se sentir mal et c'est totalement foutu. Et en plus, coucher avec lui juste pour que Rory ait sa peau de sauvée, non. Il ne marchait pas à la corruption, aussi tentante soit-elle. Et il était bien au courant que ça n'engageait en rien. S'il avait dû s'engager avec toutes les personnes avec lesquelles il avait couché … Enfin, de lui avoir mis sa carte de visite dans sa poche avec la petite invitation fut semble t-il la solution miracle pour calmer l'homme face à lui. Une fois qu'il eu compris tout, Castiel le vit à nouveau sourire, avant de finalement ricaner, espérant s'en rappeler demain.

En ce qui me concerne je serais vite fixé.


Il se demanda un peu, si jamais il n'allait pas s'en souvenir demain et oublier ça, avant de retomber par hasard sur sa carte de visite, quelles seront ses pensées. Il ne le saura peut être jamais. Ses yeux posés sur lui, Castiel soutint son regard sur lui, perdu dans ses pensées semble t-il. Ou peut être juste dans son propre brouillard, il l'ignorait. Finalement, le russe lui adressa un léger sourire.

Je vous avoue que je l'espère aussi, que la prochaine fois que nous nous reverrons, vous serez sobre.


Si ça se trouve, sobre, il était chiant et sans conversation. Peut être qu'il sera fixé, mais pas aujourd'hui. Il fit un pas de coté pour se reculer de Rory et lui adresser un dernier regard.

Restez ici, je vous envoi quelqu'un pour vous conduire à un taxi. Sur ce … portez-vous bien et peut être à une prochaine fois.


Avec un dernier sourire, Castiel détourna le regard de l'homme pour finalement quitter la pièce, et aller chercher un agent de sécurité et lui donner la simple consigne de mettre l'homme qui attendait dans cette pièce dans un taxi, et ne pas le brusquer. Malgré cette petite parenthèse étrange, Castiel voua le reste de sa soirée à faire passer à ses invités une bonne soirée et se comporter comme un directeur de galerie d'Art convenable, et pas comme un type qui avait à peu près répondu à ses avances à un type bourré il n'y a pas cinq minutes. Et après cette soirée, il allait passer un savon au service de sécurité pour avoir laissé rentrer quelqu'un comme ça. Bourré en plus. Bien que ça avait déboulé sur une rencontre agréable, ça n'avait plus intérêt à arriver.

......................................................................................................................................................

Castiel L. Wilde
Revenir en haut Aller en bas
 
Stand on the horizon [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life In New York :: New York :: Batiments :: Wilde Gallery-
Sauter vers: