AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Isabel De Maestri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
MessageSujet: Isabel De Maestri   28/11/2010, 23:20

~Isabel De Maestri~




Nom : De Maestri
Prénom : Isabel Maria
Age : 28 ans.
Nationalité : Franco-Italienne.

Emploi : Elle est artiste/peintre et a une galerie d'art. Pianiste à ses heures pour des représentations de galas.

Description physique:

Notre chère Isabel est une femme plus que charmante. Elle a héritée de toute la beauté rayonnante italienne et de la classe à la française. Isabel est une jeune femme blonde, aux cheveux longs et épais, avec quelques reflets dorés. Ses yeux sont en formes d'amandes. Certains disent qu’elle a des yeux de chat, captivants et mystérieux. La couleur de ces derniers sont d’un bleu lagon, parsemés d’une touche de couleur verte. Tout dépend le temps et la saison. Ce qui lui donne un regard profond. Son nez est petit et quelque peu atypique. Elle a un sourire ravageur et ravissant. On pourrait dire que c’est son premier atout: avoir un sourire magnifique! Par la suite, elle est de taille plutôt grande, environ un mètre soixante-huit. Elle a des formes harmonieuses. On pourrait dire que c’est une belle plante, bien dessinée. Mince, svelte et élégante. Elle a sculptée son corps en faisant du sport.
Coté vestimentaire, elle adore porter des habits classes, avec un brin de fantaisie. Particulièrement attirée par le glamour, elle adore porter des robes de hautes coutures! Mais elle en porte occasionnellement, que lorsqu’elle doit jouer pour des représentations. Elle a ce côté bohème qui lui fait tout son charme. Elle aime porter des tenues simples et légères, comme de simples petites robes ou jeans. Elle aime rester classe mais sexy. Elle rajoute souvent une touche de couleurs vives dans ses vêtements. Cela lui rappelle l’Italie.

Histoire :

Isabel naquît le 20 août 1982 dans la belle ville de Florence, en Toscane. La petite été attendue, c’est certain. Ses parents la souhaitaient plus que tout au monde. Au bout de sept ans de mariage., leur patience fut récompensé un beau jour: leur tout premier enfant. Une fille de préférence. Il paraît que ses parents s’étaient disputés pour trouver son prénom. Son père italien et sa mère française, n’était point d’accord sur le choix du prénom de leur tendre enfant. Son père, Donatello voulait l’appeler Francesca mais sa mère, Elizabeth, voulait l’appeler Marie. Ce fut alors une longue discussion qui s’en suivit jusqu’à temps que les deux époux se mettent d’accord: se sera le hasard qui décidera! Ouvrant alors un dictionnaire pour les prénoms, ils tombèrent à l’aveugle sur le prénom « Isabel ». Ils furent sous le charme. Mais étant donné qu’ils étaient tombés sur un prénom français, Donatello exigeait que le deuxième prénom soit italien. Et pour arranger tout le monde, se serait Maria, le même que Marie mais en italien. Voici comment commença la vie d’Isabel De Maestri.

Isabel descend d’une longue famille d’illustres peintres dont le plus connu, fut Lazzaro De Maestri. Son père, Donatello travaillait en temps que professeur d’Histoire de l’art à l’Université de Florence, tandis que sa mère, Elizabeth était femme au foyer. Elle grandit donc dans une famille plutôt aisée grâce aux différents objets qu’ils ont hérités au fil des années. Sans pour autant vivre sur l’or, c’est plus les objets qui font leur réputation. Etant donné que sa mère était à la maison, elle put lui apprendre tous ce qu’elle voulait et passer beaucoup de temps avec elle. Elle lui apprit très jeune à jouer du piano. Elizabeth avait été une jeune pianiste dans sa jeunesse et elle avait tout arrêtée par la suite, dès le jour où elle avait rencontré le futur père de sa fille. Elle avait donc envie de lui transmettre sa passion de la musique classique et baroque. Isabel passait donc ses journée à jouer, à apprendre tant qu’elle le pouvait, parce que contrairement aux apparences, même si sa mère était autoritaire, Isa aimait beaucoup le piano et s’amusait. Elle était déjà très jeune, une fille espiègle et curieuse, qui s’intéressait à tout. C’est ainsi qu’elle demanda à son père de lui apprendre à peindre. En effet, son père peignait des toiles, il avait vraiment du talent mais ses œuvres ne fut jamais exposées. Il ne cherchait pas non plus la célébrité, malgré les recommandations de sa femme qui lui disait sans cesse qu’il fallait oser. Elle avait cette amertume d’avoir laisser tomber son métier et en voyant que son mari n’avait point d’ambition, elle avait rejetée tout ses espoirs sur Isabel. Mais cette dernière n’avait pas le temps d’étudier plusieurs choses en même temps, avec l’école, le piano, la peinture…Sa mère avait donc décidée de lui faire cours à domicile, au grand désarrois de son père qui lui disait sans cesse que s’était une mauvaise idée pour l’épanouissement d’Isabel. Apparemment, il avait eu tord car Isabel passa toute son enfance jusqu’à l’adolescence, heureuse. Elle appréciait ce mode de vie, très bohème. Cela lui venait déjà de très jeune, ce p’tit côté bohème. De plus, ils vivaient tous les trois dans une petite bâtisse en pierres anciennes, entourée de lierres et de fleurs, pas très loin de la ville. Un endroit rêvé où on laissait court à son imagination. Elle grandit donc en apprenant les cours le matin, la peinture dans l‘après-midi et le piano dans la soirée. Une vie chargée mais riche, que Isabel su cultiver avec soin.

Pendant l’adolescence, Isabel avait bien grandit et ce fut la période des premiers amours. Mais avant cela, elle faisait toujours les cours à la maison. Elle avait grandit dans un univers à part, loin du parcours scolaire classique. Mais cela ne l’empêchait pas d’avoir des amis, loin de là. Elle sortait souvent, quand sa mère l’acceptait, rejoindre les enfants d’un ami de son père. Ils étaient deux, une fille et un garçon. Ils formèrent ainsi tout les trois une bande d’amis, bien ensemble et se racontant les histoires les plus loufoques. Isabel n’avait pas vraiment besoin d’être entourée, étant habitué à être en présence de peu de monde. Mais elle était tout de même sociable, très loin d’être l’adolescente solitaire er réservée. Elle révéla d’ailleurs très tôt son côté extraverti et dynamique. C’est sûr, elle était pleine de pêche! La jeune fille continuait à apprendre le piano et elle était devenue une virtuose. Logique, quand on met son enfant à jouer du piano avant qu’il apprenne à marcher! Sa mère prévoyait de l’envoyer dans l’une des plus prestigieuses écoles de musique de Russie. Mais Isabel ne l’entendait pas de cet oreille. Pour elle, ce qui la passionnait le plus, c’était l’art, la peinture. Elle voulait suivre les traces de son père. Mais elle avait beaucoup plus d’ambition que ce dernier, elle ne voulait pas rester enfermée dans un atelier toute sa vie, sans que l’on puisse connaître ses peintures. Elle voulait tenter sa chance, allait loin. Au moins, sa mère lui avait transmit le goût de la réussite. Elle aimait la piano, certes, mais comme passe-temps, loisir. La peinture, c’était sa vie, elle voulait en faire son métier. Par la suite, son père, heureux d’apprendre cette nouvelle, prit tout ses renseignements possibles pour l’envoyer, dès ses dix-huit ans, dans une école d’art. Isabel ne disait rien à sa mère, préférant lui épargner un chagrin de plus. Les années passèrent, elle continuait à apprendre le piano avec plus de fermeté qu’avant. Sa mère ne l’a lâchait plus, enthousiasmée de l’envoyer dans une école de musique. Isabel ne disait rien et continuait. Ce n’était pas une corvée, loin delà, elle aimait le piano. Mais elle avait un choix à faire et ce choix était la peinture, l’art et non la musique. Entre temps, sa mère lui avait apprit à cuisiner italien. Elle adorait la cuisine italienne par rapport à la cuisine française et voulait lui transmettre une part de cette culture. C’est ainsi qu’elle apprit à préparer de bons p’tits plats, entre autres, des pâtes avec toutes les sauces possibles et inimaginables, des picatta de veau, des lasagnes typiquement italienne…bref, tout ce qu’une femme italienne devait savoir préparer avec succès. Entre temps, elle connu l’amour dans les bras d’un jeune italien, passionnait de mécanique, un dénommé Dino. Ce fut son premier amour, celui que l’on n’oublie pas. Elle avait dix-sept ans Mais leur amourette de jeunesse ne dura qu’un temps car le jour de ses dix-huit, Isabel devait partir dans une école loin de la ville de Florence, loin de l’Italie.

Le jour tant attendu était enfin arrivé et Isabel devait dire à sa mère son choix. Mais suite à la décision de sa fille de vouloir étudier l’art plutôt que la musique, sa mère n’avait pas été surprise, ni choquée. Bien au contraire! Elle avait été heureuse…parce que son mari lui en avait parlé et ils s’étaient mit d’accord pour l’envoyer dans une école d’art qui faisait parmi plusieurs options, celui de la musique classique. Isabel n’avait été mise au courant de rien. Mais cela ne la dérangeait pas, bien au contraire, elle allait pouvoir allier ses deux passions. Elle fut donc obligée de quitter ses parents et son petit-ami, Dino. Elle avait été triste, comme tout départ, mais la séparation fut moins douloureuse avec Dino qu’avec ses parents. Elle avait depuis longtemps fait le deuil de son petit-ami, en essayant d’espacer leur soirée, leur rendez-vous, en faisant en sorte de ne pas le croiser souvent. Bref, elle avait prit les devants avant qu’elle ne s’attache trop et que la séparation devienne insupportable. Elle avait été astucieuse sur le coup, si on peut appeler cela une forme d’intelligence. Et puis, Dino eût vite le cœur de nouveau comblé. En effet, Isabel avait apprit quelques jours avant son départ, que son futur ex petit-ami sortait avec la plantureuse et incandescente Suzana. Cela arrangeait Isabel, elle n’avait pas passer des heures à essayer de trouver les bons mots pour ne pas qu’il souffre trop de leur séparation. C’était une épine en moins à enlever du pied. Car oui, notre chère Isabel était quelque peu…comment dire…hormis son extravagance…très spéciale comme fille. Oui, elle avait une vison complètement différente de la vie et du monde qui l’entourait. Ce qui lui causait souvent l’incompréhension la plus totale dans son entourage. Il n’y avait que ses parents qui l’a comprenait. Normale, après tout, ils étaient aussi déjantée qu’elle! Elle prit donc le premier avion et parti loin de ses parents, de son pays natal, de ses racines pour aller…en France! Découvrir les racines de sa mère, ce qui la consolait plutôt bien!

Et oui, notre chère demoiselle De Maestri avait été envoyée dans la plus prestigieuse école d’art: Les Beaux Arts! Un établissement prestigieux et réputé. Son père s’était battu pour lui avoir une place, quitte à lui payer toute son année de scolarité. Mais il n’en fallut rien, la directeur de l’établissement avait déjà entendu parler de son père, Donatello, et aimait ce qu’il peignait. C’est ainsi donc qu’Isabel fut prise dans cette école, ayant le droit en plus à une bourse. Les mois passèrent et Isabel eût un peu de mal à s’adapter. Le fait d’être confronter à des jeunes de son âge, elle n’avait pas l’habitude depuis son enfance. Habituée à rester à la maison, à faire ce qu’elle voulait; cela lui changeait d’avoir un emploi du temps serré et pleins de camarades de classe d’un seul coup. Car oui, elle était souvent seule à apprendre avec deux, trois enfants du quartier, donc…vous imaginez un peu le changement?! Elle fut cependant très vite acceptée, son côté décalé et bohème plaisait aux artistes. Après tout, les artistes ne sont-ils pas des êtres incompris? Ce ne fut point le cas pour notre jeune De Maestri qui prit tout de suite ses marques auprès de nouveau camardes de jeux. Oui, elle voyait la vie comme un jeu, où les gens venaient et partaient au fil de leur vie…qu’un jour une personne sera là et l’autre jour, autre part…que la matière et l’esprit pouvait se dissocier et partir loin de l’autre…Heuu, oui, tout cela est très philosophique, mais revenons au sujet. Elle passa alors plusieurs années dans cette magnifique école, où elle apprit à développer son talent artistique dans presque tout les domaines, mais surtout en peinture. Car oui, son but premier était de se surpasser en matière de tableau. Elle voulait en faire son métier donc mieux fallait si mettre vraiment et dépasser ses limites. Elle apprit plusieurs styles d’arts, de peintures, de techniques. Elle continuait le piano en parallèle, la seule option qu’elle avait choisit. Après tout, cela lui faisait penser à sa mère, un moyen d’être proche d’elle-même si elle les appelait souvent et leur envoyer du courriers. Mais ce n’était pas la même chose que de les avoir avec soit.
Elle passa donc cinq ans à travailler pour décrocher son diplôme. Elle s’était faîte des amis, avait eu une histoire d’amour plutôt compliqué. C’était du genre « on s’aime mais on ne sort pas ensemble…enfin, si mais pas tout le temps. » En faîte, c’était la phrase que répétait toujours Antoine, son petit-ami, pour faire une blague des plus hilarantes à ses proches. Bon ce n’était pas toujours amusant, certes, mais il était sympathique dans son genre, lourd mais gentil!
Cinq ans après, elle décrochait son diplôme avec succès, sans non plus avoir mention, faut pas délirer! C’est quand même les Beaux Arts?! Son professeur d’art l’avait conseillée d’aller aux Etats-Unis parce qu’il avait parlé d’elle en tant que jeune élève tout particulièrement douée à une personne de la profession. Touchée par cette considération, la jeune femme décidait de partir pour New-York, pour la célèbre Big Apple! Elle voulait emmener Antoine dans ses bagages mais il n’avait pas réussit sa dernière année. Il était donc obligé de redoubler et de rester en France. Isabel eût mal, cette fois-çi, mais elle essayait de reprendre le dessus et de rester positive, comme toujours. Qu’il allait rester ici encore un an et qu’ensuite, il viendrait la rejoindre à New-York! Oui, Isabel imaginait l’avenir comme cela. Elle partit de France à l’âge de vingt-deux ans.

Elle fut donc recruté chez un professionnel qui faisait éclore au grand jour les artistes de demain. Il lui apprit le métier, les différentes façon de gérer son entreprise, la peinture…Oui, Isabel s’enrichissait de jour en jour auprès de lui. Un an passa donc, et elle attendait Antoine à l’aéroport. Ils étaient téléphonés pour donner l’heure et le lieu des retrouvailles. Une heure passa…puis deux heures…au bout de deux heures et vingt minutes, Isabel perdit tout espoir de le revoir. Il n’était pas venu. Elle avait espérée pendant un an, elle avait attendu un fantôme pendant tous ces mois. Elle reprit donc la route, avec sa première blessure de la vie. Car oui, Isabel avait un regard rêveur et naïf sur les choses dans son ensemble. Cette épreuve l’a fit mûrir très vite et changea un peu sa vision du monde.
Les années passèrent et au bout de quatre ans, grâce au professionnalisme et au soutiens de son mentor; grâce à la volonté d’Isabel, cette dernière réussit enfin à se faire connaître du grand public. Elle pu acheter sa toute première salle où elle allait pouvoir exposer ses tableaux et en créer pour des clients; grâce aux peintures qu’elle avait vendu ces derniers mois.

Isabel De Maestri est maintenant propriétaire d’une galerie d’art où elle expose ses peintures, ainsi que celles de jeunes débutants. Cela fait maintenant deux ans qu’elle vit vraiment de son métier, parce qu’avant, elle jouait du piano dans les théâtre/café pour arrondir ses fins de mois. C’est aussi ici où elle fut repérée grâce à sa mère. Mais que vient faire sa mère dans cette histoire? Pas grand-chose, hormis son nom qui été connu. En effet, ne vous ai-je déjà pas dis que sa mère était connu en temps que pianiste avant d’arrêter sa carrière? Et bien avant d’épouser le père de sa fille, elle s’appelait Elizabeth Desage. Connu sous ce nom-là, Isabel fut très étonnée, un soir, par une question d’un client. Il lui avait d’abords demandé son nom. Ils avaient discuté et au fil de la conversation, Isabel avait parlé que s’était sa mère qui lui avait tout apprit et qu’elle était plus jeune, une pianiste. Sur ce, il demanda alors le nom de jeune fille de sa mère: Desage! Cela fut une révélation car cet homme était un grand connaisseur de musique classique. Depuis ce jour, il lui propose de jouer de temps à autres dans des représentation et des galas. Isabel conjuguait alors ses deux passions. Elle travaillait vraiment en temps qu’artiste/peintre, et elle jouer du piano quelques fois, un week-end sur deux, ou deux fois par semaine. Tout dépendait des concerts. Ce qu’elle aimait par dessus tout, c’était les concerts en plein air. Elle a maintenant vingt-huit ans et vit paisiblement au-dessus de sa galerie. Une New-Yorkaise parfaitement intégrée même si l’Italie lui manque toujours.

Caractère :

Artiste/peintre, pianiste à ses heures, un peu bohème. Elle est un peu philosophe, se posant des questions existentielles. Rêveuse, elle a une vision complètement différente du monde qui l’entoure. Elle est déjantée, fofolle même voir sarcastique. Elle sait ce qu’elle veut. Sûre d’elle dans la vie mais plutôt maladroite quand il s’agit de relations humaines. Elle voit les relations amoureuses avec une certaine naïveté sans non plus être idiote. Mais plutôt terre-à-terre vis-à-vis de ce sujet. Elle dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas avec une franchise et un naturel déconcertant. Elle ne se rend pas compte ou elle ne se préoccupe pas de comment vont réagir les gens, disant au fil de la conversation sa pensée. Elle se rend compte facilement quand quelque chose ne va pas. Elle est observatrice, spontanée et naturelle. Elle est plus extravagante dans sa façon de penser plutôt que dans ses vêtements. Elle est sensible, créative, intuitive. Espiègle et curieuse. Forte et déterminée. Elle croque la vie à pleine dent en vivant au jour le jour à travers des yeux joyeux, quelque peu entachés par une certaine mélancolie. Un peu susceptible sur les bords et chieuse. Elle aime n’en faire qu’à sa tête! C‘est une femme très charmante et pétillante. Il parait que son sourire en fait chavirer plus d'un et c'est ce qui lui fait tout son charme. Elle n’est ni fragile, ni une dure à cuir! Elle est simplement elle-même, forte et touchante. Sympathique, aimable, amoureuse. Elle est intimement persuadée que l’homme parfait existe! Que toutes les femmes ont leurs hommes parfaits quelque part sur terre. Que l’homme idéal est différent pour chacune d’elle. Elle n’est pas non plus la femme romantique et fleur bleue à l’extrême. Plutôt ironique sur ce sujet. Elle est mystérieuse, mâture, une femme classe avec un brin de fantaisie. Légèrement perdue et blessée, comme si une part d’ombre venait obscurcir le tableau. Elle s’habille classe, glamour ou simplement. Elle se passionne pour l’art, la lecture et la cuisine italienne!

Avatar : Kate Hudson
Multicompte : Jones...Savannah Jones! XD

VOUS

Prenom : *Trou de mémoire...* Ha oui! Sarah!
Age : 18 ans à c'que j'sache.
Niveau de RPG : On va dire comme d'hab'
Où avez-vous connu le forum : Par ma Savane!

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Isabel De Maestri   30/11/2010, 00:43

Bienvenu ma cher que j'attendais avec impatience^^

Tu es bien évidement validé et je vais de ce pas posté notre sujet^^
Revenir en haut Aller en bas
 
Isabel De Maestri
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life In New York :: Corbeille :: Messages Supprimés :: Présentation & Gestion perso suppr-
Sauter vers: