AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Andrea, le charme à la française.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
MessageSujet: Andrea, le charme à la française.    2/1/2011, 00:33

VOTRE PERSONNAGE

Nom : Dupuis
Prénom : Andrea Elisabeth
Age : 23 ans.
Nationalité : Franco-américaine.

Emploi : Secrétaire dans un bureau d'avocat - Serveuse au Starbucks en soirée.

Description physique:
    Andrea mesure 1m75. En effet, on pourrait la prendre pour un mannequin avec son corps svelte et sa grande taille mais ce n'est pas le cas. Dotée d'une chevelure très soyeuse, d'yeux bleus foncés et d'une bouche pulpeuse, elle ne manque pas à la règle de séduction. Son visage angélique favorise son charme naturel. Pas besoin d'une tonne de maquillage, Andréa joue toujours sur la simplicité. Un coup de mascara noir sur ses yeux et une touche de gloss sur ses lèvres et hop, elle est impeccable. Quant à son style vestimentaire, la jeune femme ne se lésine pas sur les prix de sa garde-robe. Shopaholic, elle pourrait passer des heures dans des magasins de vêtements. Le style d'Andréa est très éclectique tout en restant classe. Elle adore les chaussures, elle en possède plus de 200 paires. Collectionneuse de robes, surtout les mini-robes, elle a toute une armoire de cette pièce vestimentaire.

Histoire :
    8 mai 1988. A Paris XIV.
    Dans l'après-midi, vers 15 heures, dans un hôpital de Paris, sur un lit d'accouchement se trouvait une jeune maman. Elle était sur le point de mettre au monde son premier enfant. Celle-ci était très heureuse à l'idée d'avoir un bébé qu'elle chérirait plus que tout au monde. Des médecins et sage-femmes l'entouraient pendant son exercice d'extraction du nouveau-né. Quelques minutes passèrent et la tête du bébé sortit enfin. Quelques mois auparavant, pendant les échographies, le sexe du bébé qui naîtrait était méconnaissable. Les jeunes futurs parents attendaient donc avec surprise le résultat, lors de l'accouchement. C'était une fille, une petite fille. Et cette petite fille.. c'était moi. Mes parents s'appellent Georges et Madison. Ils ont décidé de me nommer Andréa. C'est un joli prénom, n'est-ce pas ? Je faisais leur plus grand bonheur jusqu'à ce que ma petite soeur n'arrive à son tour. Ma petite soeur ? Elle s'appelle Diana et elle a deux ans de moins que moi. Je l'aime bien mais à partir de mes trois ans, elle a commencé à accaparer toute l'attention familiale sur elle. Bien sur, je ne lui en voulais pas au début.. je me disais juste que c'était normale puisque c'est la dernière de la famille. Mais bon, le temps est passé et rien n'a changé.

    Le temps passa donc, et je grandis.. Diana aussi. Mes parents n'avaient d'yeux que pour elle. Je ne cessais de me poser la question : qu'est-ce qu'elle avait de plus que moi ? Lorsque je questionnais ma maman à ce sujet, elle ne trouvait aucune réponse à part : ne fais pas de crise de jalousie comme ça. C'est ta soeur et on vous aime toutes les deux de la même manière. J'acquiesçais donc sans contester bien qu'au fond de moi, je commençais à nourrir une certaine haine contre ce fait là. Je ne détestais pas ma soeur, je haïssais juste le fait qu'elle soit plus chouchoutée que moi, qu'elle soit le centre de toutes les attentions. J'avais ce besoin d'être aimée et de me sentir aimée.. c'était le cas, je n'en doute pas mais pas comme je le voulais.

    La période de l'adolescence arriva à une grande vitesse et ma vie n'avait pas encore changé. Toujours la même rengaine, Diana et encore Diana par ci par là. J'en souffrais beaucoup à l'intérieur, mais je ne le montrais pas ou du moins, je faisais tout pour ne pas le montrer à mes parents. Je décidais donc de me réfugier dans toutes sortes d'activités pour panser cette grosse plaie en moi. Je commençais à sortir de plus en plus, chose qui ne plaisait pas forcément à mon cher père. Enfin, c'était la seule chose qui puisse attirer leur attention sur moi.. De plus, j'y trouvais un grand plaisir puisque je retrouvais tout le temps mes amis, avec qui je faisais les quatre cent coups. On était des incorrigibles adolescents. On n'avait pas froid aux yeux, on était prêts à tout pour expérimenter cette vie de jeune. Jusqu'à ce moment où une de mes copines, Kendy m'emmena chez les Junkies.

    C'était un soir d'été, et comme à mon habitude, je me retrouvais dehors avec les amis. J'avais commencé à boire, à fumer.. à faire comme tout le monde. Je dois avouer que je n'aimais pas du tout fumer mais je le faisais pour être comme tout le monde. J'avais ce besoin de me faire remarquer qui brûlait en moi. Kendy m'entraîna alors dans un endroit pas très propre où logeait des Junkies. Je trouvais ces gens fort sympathiques mais un peu -rien qu'un peu- défoncés. Bien sûr, dans ma quête de découverte, j'ai cédé à la tentation. Je pris alors quelques produits illicites dont je ne connaissais pas en détails les effets secondaires, le tout mélangés à un autre jus inconnu.. J'étais bien partie. Je me sentais bien, ou du moins, je planais. Je n'avais plus contrôle du tout sur mon corps. J'avais un gros mal de tête qui me tapait sur les nerfs, la bouche qui commençait à rougir. Kendy me disait que c'était normale ce qui m'arrivait. C'était le moment où je devais oublier tous mes soucis et ne faire qu'un avec les produits que j'ai avalés et inhalés. Quelques minutes plus tard, je perdis mon équilibre. Je ne sentais plus du tout mes jambes. Ma tête tournait à une vitesse folle. Je tombai alors par terre, avec un liquide blanc qui sortait de ma bouche.. Je n'étais plus du tout consciente. J'étais là, par terre.. inerte. J'avais mal à l'intérieur. Qu'est-ce que j'ai fait ? Qu'est-ce qui va m'arriver si mes parents apprenaient cela ? Pendant ce temps, Kendy qui était resté plus lucide que moi.. s'affolait et appela les secours. Elle prit soin de dire aux ambulanciers de ne pas prévenir mes parents de peur que je ne sois reniée et haïe. Les ambulanciers ne lui promirent pas mais qu'il fallait quand même prévenir un de mes proches. C'est là, que je brandis mon téléphone portable tout en restant dans mon mal être.. le numéro de ma tante figurait en premier dans mon répertoire. Les secours m'emmenèrent aux urgences et appelèrent ma tante. Une heure plus tard, je sortis des urgences. Je me réveillai alors sur un lit d'hôpital.. ma tante était là, à mes côtés. Elle pleurait. J'avais les yeux qui piquaient à cause de la lumière mais ne fit pas attention à ce détail, j'étais juste terrorisée de ce qui m'était arrivée. Je regardais ma tante et pris la parole : je suis désolée tatie.. je ne savais vraiment pas ce que je faisais. Ne le dis pas à maman et papa, je ne le referais plus jamais.
    Anna, ma tante n'esquissa qu'un petit sourire. Elle me caressa les cheveux et me fit un baiser sur le front. Elle était un grand soutien pour moi. Je lui devais beaucoup.. Sans elle, je n'aurais pas pu continuer de vivre et de changer en bien.

    Le temps continua de filer. La vie, ma vie reprit son cours. J'avais changé d'amis depuis ce fameux accident de parcours. J'étais devenue plus calme et plus proche de ma famille. Je finis alors avec un peu de mal mes études secondaires. Le diplôme en poche, je me mis à la recherche d'un travail plus payant tout en restant chez mes parents. Ma soeur et moi, nous étions très proches. La hache de guerre était enterrée entre nous. Mes 18 ans arrivé, je rencontrai un jeune homme, Alexis dont je me suis entichée. Il était comme mon premier amour. Je ne vivais plus que par lui. Mais comme on le dit assez souvent, l'amour rend aveugle et j'ai été aveuglée. Alexis profitait de moi.. de mon argent, de ma personne. Il abusait de moi, et je le savais très bien. Mais que pouvais-je faire puisque j'étais très amoureuse. Je n'arrivais pas à me défaire de lui, je l'aimais trop pour ça. Ce qui n'était pas son cas. Ce qui l'intéressait chez moi à la fin, c'était mon argent. Il ne faisait plus que me mentir et me battre lorsque je refusais de lui donner ce qu'il voulait. J'étais impuissante face à Alexis. C'est encore grâce à ma tante que j'ai pu trouver la force de le quitter 3 ans et demi après. Je coupais donc tout contact avec Alexis et continuais de mener ma vie. Par la suite, j'ai eu une autre aventure qui ne dura que 6 mois avec un autre homme, Joe. Tout allait bien mais mes sentiments n'étaient pas assez forts pour continuer mon chemin avec. J'étais trop affectée par ce que j'ai eu avant. Je n'étais plus incapable d'aimer comme il le fallait. Détruite surement mais bon, je restais debout quand même.

    J'avais beau continué ma vie comme si de rien n'était mais ma peine était plus grande que je ne le pensais. Alexis me hantait. Je regrettais beaucoup ce qui s'était passé avec lui. Je le haïssais aussi mais tant que je restais à Paris.. Je ne pouvais pas tourner la page malgré tout. C'est alors que Diana, lors d'un après-midi shopping entre fille, me donna l'idée de partir à New-York vivre ma vie. Là-bas j'aurais beaucoup d'opportunités de réussite me disait-elle. J'en parlais un peu à mes parents, surtout à ma maman lorsqu'on était à table le soir. Elle était un peu déchirée par cette séparation mais il était nécessaire que je le fasse. Je n'en pouvais plus de vivre dans la souffrance. J'en avais assez de vivre avec mes démons. Une semaine plus tard, je fis mes bagages et pris un vol aller simple pour New-York. Je n'eus pas de mal à trouver un logement puis un travail. Je postulais comme secrétaire dans un cabinet d'avocat. J'aimais bien être au standard à organiser les rendez-vous de l'avocat, recevoir des appels et tout ça quoi.

    Les mois défilaient les uns après les autres, je pris enfin goût à ma vie, à cette nouvelle vie. Je me fis de nouveaux amis et je profitais de chaque moment pour avancer dans la vie. Chaque chose qui m'arrivait était une sorte de leçon que j'apprenais. Lors des fêtes, mes parents et ma soeur sans oublier ma tante me rendaient visite chez moi. Je n'avais plus besoin de revenir à Paris. Ce chapitre de ma vie était bel et bien terminé. J'avais commencé une autre vie, un nouveau départ qui me plaisait beaucoup. Trois ans sont passés, et je suis maintenant heureuse de vivre à New-York. Bien sur, je ne dirais pas que je n'ai pas eu quelques galères ici mais je m'y plais bien et peu importe les soucis qui se présentent à moi.. la vie mérite d'être vécue et c'est grâce à mon entourage actuel que j'ai réussi à vaincre tous mes démons. Je vis ma petite vie, tranquille. Il n'y a rien de mieux que ça!

Caractère :
    Andréa est une personne qui au premier abord peut plaire à beaucoup de gens. En effet, elle est très gentille mais ne se laisse pas berner pour autant. Elle est serviable et ça lui va bien. Malgré la vie dure qu'elle a eu, elle reste optimiste vis-à-vis de la vie. Pour elle, la roue tourne et chacun a droit à une deuxième chance. Andréa aime beaucoup sourire et rire avec les gens qu'elle aime. Bien qu'elle soit dotée de grandes qualités, elle a une autre partie d'elle plus mesquine. Au fil du temps, elle s'est forgée une deuxième carapace qui lui permets de se protéger du monde extérieur. Joueuse, elle n'hésite pas à foncer lorsqu'elle a envie de s'amuser. La vie pour elle doit être croquée à pleine dent. A cause de l'attention parentale que sa petite soeur lui avait volée étant plus petite, Andréa a maintenant tendance à profiter des personnes qui l'approchent et qui la côtoient. Ce qui ne lui vaut pas une réputation d'ange. Elle a ce petit côté calculatrice qui ne plait pas non plus à tout le monde.. mais bon, quoi que les gens disent. Andréa est comme ça et ne changera pas. Autrefois fleur bleue, elle évite de se livrer de peur d'être abusée sentimentalement parlant.. En amour, la jeune femme est très jalouse et possessive. Elle ne partage pas l'homme qu'elle aime. Quiconque entravera sa vie personnelle se verra éjectée de suite comme une bombe. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, Andréa est quelqu'un de calme aujourd'hui mais à qui il arrive de s'amuser et de faire la fête. Sa capacité d'écoute lui vaut la sympathie des gens qui l'entourent. Elle est très attentionnée et douce. Andréa privilégie beaucoup les moments entre amis et ne s'en cache pas malgré son côté sombre qui ressort parfois. On l'aime pour ce qu'elle est, peu importe ce qu'elle fait.

Avatar : Dianna Agron.
Multicompte : Non.

VOUS

Prenom : Mimi.
Age : 17 ans.
Niveau de RPG : Normal.
Où avez-vous connu le forum : via google.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Andrea, le charme à la française.    2/1/2011, 19:45

Hey hey bienvenuuuuuuuue miss! Et ben dis donc, quelle présentation ! ^^

It's perfect ! ^^ amuses-toi bien parmi nous, je te valide ^^
Revenir en haut Aller en bas
 
Andrea, le charme à la française.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life In New York :: Corbeille :: Messages Supprimés :: Présentation & Gestion perso suppr-
Sauter vers: